Discours du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, M. Nasser Bourita, lors de la 10ème Réunion Ministérielle du Forum Mondial de Lutte contre le Terrorisme (GCTF) tenu, le 25 septembre.

0

Honorables Ministres,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

1. C’est avec le plus grand plaisir que je vous souhaite à tous la bienvenue à la 10ème Réunion ministérielle du Forum mondial contre le terrorisme.
2. Nous considérons votre participation à cette réunion comme une marque importante de soutien au GCTF et à ses objectifs. Cela nous encourage, en tant que coprésidents, à poursuivre nos efforts pour préserver cette plateforme, élargir sa portée et renforcer son impact.
3. Aujourd’hui, en m’adressant à cet auditoire honorable, composé de certains des partenaires les plus dévoués à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, je voudrais me concentrer sur quatre messages fondamentaux :

1. Premièrement : “l’absolue nécessité de maintenir un engagement fort dans la lutte contre le terrorisme”.

4. Il est certain que des progrès indéniables ont été réalisés au cours des deux dernières années dans la lutte contre le terrorisme.

5. Toutefois, ce fléau continue de toucher toutes les régions du monde, faisant des ravages dans la vie des populations ainsi que dans la sécurité, la stabilité et les efforts de développement.

6. Notre engagement collectif continu et solide constitue la base de notre résilience et assure notre force face à ces menaces.

7. Dans ce contexte, notre action doit continuer d’être orientée vers la consolidation de nos acquis et la poursuite de nos efforts contre les défis persistants, tels que :

– Le nombre inquiétant de militants qui restent dans des zones de conflit et qui ont probablement créé des cellules dormantes pour reconstruire ce qu’on appelle le “califat de Daesh” ou qui se sont dispersés dans le monde entier pour rejoindre des groupes terroristes existants ou en créer de nouveaux ;
– Les importantes ressources financières détenues par les groupes terroristes. Selon les rapports, Daesh seule détient toujours trois cent millions de dollars US (300 millions $) ;
– La persistance des idéologies extrémistes fallacieuses et des récits violents diffusés parmi les populations les plus vulnérables ; et les liens opportunistes établis entre les groupes terroristes et criminels dans différentes régions.

8. Nous devons également continuer à prendre des mesures audacieuses contre les facteurs qui ont contribué à la montée du terrorisme et de l’extrémisme violent ; tant qu’ils existeront, le terrorisme restera une menace mondiale.
9. Enfin, nous devons faire un pas en avant et rester à l’avant-garde afin d’empêcher le terrorisme et l’extrémisme violent de menacer des vies innocentes à travers des moyens nouveaux et déplorables.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,
2. Mon deuxième message est le suivant : “il faut mettre l’accent en particulier sur la lutte contre le terrorisme en Afrique”.

10. L’Afrique a connu des niveaux de violence sans précédent en 2018. Les pays du Sahel ont enregistré un nombre de victimes quatre fois plus élevé en 2018 qu’en 2012.
11. Entre novembre 2018 et mars 2019, la croissance du nombre de victimes civiles a varié de 300 % à 7 000 % dans certains pays du Sahel, par rapport à la même période l’année précédente.
12. Au cours des six premiers mois de 2019, le continent a été le théâtre de plus de deux cents (200) attaques terroristes, faisant plus de cinq mille (5000) victimes parmi les populations civiles et les forces de sécurité.
13. En outre, alors qu’en 2010 il n’y avait qu’un seul groupe terroriste dans le Sahel, il y en a aujourd’hui plus d’une douzaine dans la région.
14. La montée alarmante de l’extrémisme violent en Afrique pourrait conduire à une nouvelle vague mondiale de terreur, mettant gravement en péril non seulement l’avenir du continent, mais aussi la stabilité internationale, étant donné que notre sécurité est une et indivisible.
15. Afin d’éviter une telle situation, il est urgent de :

– Accorder une attention stratégique à la compréhension et à la lutte contre les facteurs conduisant à la prolifération des groupes terroristes en Afrique ; et

– Soutenir le développement de capacités de sécurité adéquates qui correspondent à l’évolution de la menace

16. Le GCTF a un rôle fondamental à jouer en ajoutant de la valeur aux efforts déjà entrepris aux niveaux international et régional.

3. Mon troisième message est “l’importance de soutenir le rôle de pionnier du GCTF et de continuer à soutenir la mise en œuvre de ses livrables”.

17. Au fil des ans, le GCTF a réussi à démontrer sa forte capacité à examiner les dimensions multiformes inhérentes à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent et à attirer un soutien important des États membres.
18. Nous devons préserver cet atout et tirer parti des réalisations du Forum en continuant de travailler en coopération, de manière constructive et avec détermination pour susciter l’intérêt des praticiens et des décideurs politiques afin d’identifier, de discuter et de porter une réflexion sur les voies à explorer pour relever ensemble et avec succès tous les défis restants et ceux qui pourraient surgir, en tenant compte de l’importance de la protection des droits humains.
19. Permettez-moi de saisir cette occasion pour féliciter l’Australie, l’Allemagne, l’Indonésie, le Nigéria, la Suisse et les États-Unis pour les efforts qu’ils ont déployés pendant un an en vue de l’élaboration de quatre nouveaux documents cadres.
20. Nos remerciements s’adressent également à tous les membres du GCTF pour leurs précieux commentaires et contributions au cours de la procédure de développement.
21. Cependant, Mesdames et Messieurs, la valeur réelle des bonnes pratiques et recommandations du GCTF est mesurée par l’impact qu’elles ont sur le développement des politiques nationales. L’ampleur et la profondeur de cet impact, à son tour, dépendent fortement de l’appropriation et de la mise en œuvre de ces bonnes pratiques aux niveaux national, sous-régional, régional et international.
22. Nous sommes reconnaissants aux membres du GCTF, aux pays partenaires et aux institutions – en particulier les institutions inspirées par le GCTF, l’IIJ, la Hedayah et le GCERF – pour les partenariats, les initiatives, les contributions financières et en nature existants visant à promouvoir la mise en œuvre des outils du Forum.
23. Une mise en œuvre efficace nécessite des projets sous-régionaux et régionaux spécifiques pour répondre efficacement aux besoins spécifiques et contextuels ; nous encourageons donc une plus forte mobilisation de tous les membres et partenaires du GCTF.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

4. Mon dernier message est la nécessité de s’appuyer sur l’héritage de la coprésidence maroco-néerlandaise et de rester déterminé à servir les buts et objectifs du GCTF.

24. Cette année marque la quatrième et dernière année de notre co-présidence avec les Pays-Bas. Au cours des quatre dernières années, nos efforts ont porté sur la transformation, la mobilisation et l’action en faveur de la réalisation de nos objectifs stratégiques.
25. Ensemble, nous nous sommes donné comme priorité de faire progresser les réalisations du Forum tout en préservant les paramètres qui constituent l’essence même de sa force, soit la proactivité, la souplesse, le dynamisme et l’inclusivité.
26. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier les États-Unis et la Turquie d’avoir initié la mise en place du GCTF et aussi pour leur leadership au cours des premières années qui ont suivi son lancement. Les deux pays ont orienté le Forum avec ouverture, coopération et dialogue, des valeurs fondamentales que le Maroc et les Pays-Bas ont tenté de préserver à travers leur co-présidence.
27. Depuis notre élection en 2015, et avec le soutien de tous les membres du GCTF, des pays partenaires et des institutions partenaires, nous avons – entre autres :
– Abordé de nombreuses questions sous les auspices des groupes de travail et des 09 initiatives nouvellement lancées. Au cours de cette courte période, 18 documents cadres ont été élaborés et adoptés, en plus de 01 Programme de « formation des formateurs » et de 03 Toolkits;
– Nous avons procédé à une restructuration (i) pour mettre davantage l’accent sur la thématique au rôle des groupes de travail dans le développement de l’expertise sur les nouveaux sujets et (ii) pour élargir la portée des groupes de travail géographiques du Forum afin de faciliter une plus grande inclusion ;
– Nous avons introduit la pratique novatrice d’inclure un point interactif à l’ordre du jour des réunions du Comité de coordination, notamment sous forme de discussions basées sur 02 scénarios pour susciter des échanges sur l’application pratique des bonnes pratiques du GCTF, 02 tables rondes pour relier les niveaux multilatéral et local et contribuer à équilibrer les objectifs du contre-terrorisme et les activités des organisations de la société civile, et 01 réunion des coordinateurs nationaux de contreterrorisme pour partager les connaissances et l’expertise en fonction des succès et défis du CT et du CVE locales ;
– Nous avons veillé à ce que la participation à toutes les activités des groupes de travail et initiatives du GCTF, ainsi que la contribution à l’ensemble des travaux du GCTF, y compris les documents et recommandations de bonnes pratiques, soient ouvertes aux pays non membres et partenaires. Le GCTF a travaillé avec plus de 100 pays non membres, organisations internationales, régionales et de la société civile ; et
– Enfin et surtout, nous avons entamé une discussion sur la viabilité du GCTF, en particulier son aspect financier.

28. Nous avons également consacré beaucoup d’efforts au renforcement de notre partenariat actuel avec le système des Nations Unies. Nous sommes fiers du chemin parcouru depuis l’accession à notre position et la création du Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme.
29. L’objectif premier du GCTF vise et visera toujours le soutien du système des Nations Unies dans la mise en œuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, qui constitue la pierre angulaire d’une réponse multilatérale mondiale à cette menace transnationale.
30. Une meilleure coordination entre le GCTF et les Nations Unies, les organisations régionales et les États est essentielle pour atteindre notre objectif commun à mieux prévenir et combattre le terrorisme.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,
31. Tout cela n’aurait pas été possible sans la confiance et le soutien de tous les membres du GCTF.
32.      Le Maroc est honoré d’avoir été chargé de co-présider le GCTF pour deux mandats consécutifs avec les Pays-Bas et d’avoir été élu, avec le Canada, pour un troisième mandat de deux ans.
33 Nous nous engageons à faire en sorte que le renouvellement du mandat du Maroc garantisse la continuité du Forum au fur et à mesure de son déroulement.
34. Nous réaffirmons notre détermination à renforcer la position du GCTF au sein de l’architecture internationale de lutte contre le terrorisme et à faire usage de tous les outils à notre disposition pour parvenir à une meilleure coordination et à une action efficace pour lutter contre la menace terroriste.

35. Nous réaffirmons également notre détermination à renforcer la contribution du Forum à l’élaboration d’approches compréhensives et à long terme de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, ainsi qu’à favoriser l’échange de travaux, de compétences et d’expertise en matière de lutte antiterroriste et à mettre en place un réseau utile de praticiens et de décideurs politiques en ce sujet dans le monde entier.
36. Alors que notre coprésidence avec les Pays-Bas touche à sa fin, nous voudrions rendre un hommage chaleureux à nos partenaires néerlandais pour la collaboration fructueuse ainsi que pour l’esprit pragmatique, transparent et constructif qui a prévalu durant nos deux mandats conjoints.
37. Au cours des quatre dernières années, nous avons travaillé en équipe, dans un esprit d’ouverture d’esprit, de considération et de respect des idées et des opinions des uns et des autres, pour aboutir à un héritage honorable.
38. Nous ne considérons pas cette journée comme une journée où nous perdons un co-président exemplaire, mais plutôt comme une journée où nous gagnons un membre engagé, pleinement conscient de l’importance et de la valeur ajoutée de ce Forum ; un membre sur lequel nous pouvons toujours compter.
39. Alors que nous faisons nos adieux à nos collègues néerlandais, je voudrais également les remercier au nom de nous tous pour les efforts et les ressources investis pour le succès du GCTF, notamment à travers la Gestion de l’Unité Administrative qui assure le bon fonctionnement du Forum.
40. Avant de conclure, permettez-moi de féliciter les États-Unis d’Amérique et la Jordanie, la Suisse et le Nigéria, l’Australie et l’Indonésie, l’Égypte et l’Union européenne, ainsi que l’Algérie et l’Allemagne à l’ occasion de leur élection (renouvelée) à la coprésidence des groupes de travail du GCTF.
41. Notre engagement efficace au sein du GCTF est la démonstration ultime de notre foi dans l’action collective et la coopération internationale comme la clé de la sécurité et de la stabilité de toutes les nations.

Je vous remercie.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here