La Conférence du Parquet général déroulée à Mopti

0

Le ministre Malick Coulibaly  à la tête d’une importante délégation composée des chefs de services centraux relevant de son  département s’est rendu dans la capitale de la Venise malienne le mardi, 23 juillet dernier où il a présidé la conférence du parquet général. Un agenda très capital dans les activités judiciaires qui réunissait   les représentants nationaux de partenaires techniques et financiers. Le ministre Coulibaly se rend dans une partie du territoire national où sévit l’atteinte aux droits humains, selon les ONG sur le terrain, mais également une zone où l’Etat est presqu’absent pour le manque d’autorité face aux atteintes graves aux droits dans la libre circulation des personnes et de leurs biens, des meurtres capitales sur les populations civiles. Cette conférence du Parquet général qui s’est tenue à la cour d’appel de Mopti était placée sous le thème : traite des personnes et trafic illicite de migrants.

Il devrait aussi inaugurer le nouveau bâtiment du tribunal administratif et du commerce à Mopti, avant de regagner Bamako et cette initiative tant saluée par les usagers de Mopti par la suite le Mali s’est engagé sous l’ère IBK dans un vaste chantier de désengorgement de cette institution judiciaire jusqu’ici n’était qu’à Bamako. Il a été accueilli à sa descente d’avion de transport des troupes appartenant à l’armée de l’Air du Mali  par le Gouverneur de la région de Mopti, le général de brigade Abdoulaye Cissé accompagné des autorités régionales.

 

Paiement de la dette intérieure annoncé au Mali

Le ministère de l’économie et des finances vient d’annoncer en grande pompe le déblocage de plus cent (100) milliards pour l’apurement de la dette intérieure. Cela permettra aux opérateurs économiques qui injectent beaucoup d’argent dans l’économie de s’essouffler après une longue période de disette.

L’information diffusée par voie de presse n’a pas été démentie par le gouvernement du Premier ministre Dr Boubou Cissé. Avec cette décision, on peut dire que le Premier ministre-ministre des finances sauvera en grande partie la levée de bouclier qui se dressait contre le régime IBK.

Cette vaste opération de paiement par le trésor public est un deuxième du genre depuis le début de l’année. Car à l’approche de la fête de ramadan, le gouvernement avait procédé au paiement de 50 à 101 millions. Cette fois ci, elle y commencera jusqu’à la tranche de 59 363 246 976 F CFA. Les détracteurs du premier ministre, Boubou Cissé, ne se sont pas fait prier pour réagir. Ils taclent le Premier ministre-ministre des finances. « Au Mali, on fustige et applaudit le même système », affirment-ils.

 

Ministère des Maliens de l’extérieur : Le complot perdant de la secrétaire générale

La secrétaire générale du ministère des Maliens est jugée méchante par certaines de ses sœurs. Pour faire débarquer certains de ses collaborateurs dont elle n’aimait pas la tête, elle aurait mis tout en œuvre pour placer l’un des pions au poste de DFM adjoint, lequel est nommé sur proposition du ministre sectoriel par l’arrêté interministériel. La Ségale a mené gratuitement une rivalité contre certaines femmes du département. Les femmes n’aiment pas les femmes, dit-on. se croyant plus influente que son ministre la Ségale échoue à placer son protégé au poste. Le ministre Amadou Goita aura déjà réussi à placer l’un de ses lieutenants. Quoi de plus normal ? Un homme politique de surcroît un président du parti n’attend que des occasions similaires pour renvoyer l’ascension à l’un de ses militants.

Quand une Secrétaire générale se bat pour enlever une autre femme, le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a un long chemin à parcourir.

Une enveloppe supplémentaire accordée à la presse tchadienne

Le gouvernement tchadien a débloqué à « titre exceptionnel » une enveloppe de 150 millions de FCFA dont les 100 millions sont destinés à 67 organes de la presse privée, le reste étant réservé au financement de quelques modules de formation au profit des journalistes, a-t-on appris ce mercredi auprès de la Haute autorité des média et de l’audiovisuel (Hama), organe de régulation des médias au Tchad.

Les bénéficiaires sont 20 journaux dont cinq en ligne et 45 radios diffusant en modulation de fréquence (FM) et deux télévisions privées. Pour la première fois, les journaux en ligne sont pris en compte dans la répartition de l’aide à la presse. Une avancée notoire contrairement au Mali où la presse en ligne n’est pas encore prise en compte dans la répartition de l’aide.

Elle est institutionnalisée par la loi portant régime de presse au Tchad, même si le gouvernement a longtemps fait mine de l’ignorer.

Dieudonné Djonabayé, président de la Hama, a précisé que l’aide est destinée aux journaux de presse écrite et en ligne, les radios communautaire, confessionnelle et associative ainsi qu’aux deux seules chaînes de télévision privée du Tchad contrairement au Mali où celle-ci pousse comme des champions.

Pour que l’organe de presse soit éligible, il doit être reconnu et paraître régulièrement. « Le travail dans le respect de la loi est aussi un critère déterminant pour bénéficier de cette aide », a précisé M. Djonabaye. Le président de la Hama, saluant par ailleurs la contribution de la presse dans la promotion de la démocratie au Tchad, a toutefois reconnu que sa partie privée rencontre des difficultés, selon les observateurs indépendants pour ne citer l’accès à l’information verrouillé par le régime en place et la censure

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here