Utilisation des réseaux sociaux au Mali : L’ORTM pose le débat

0
FACEBOOK

« Les réseaux sociaux : l’utilisation que nous en faisons » était le thème de l’émission ‘’questions d’actualité’’ du dimanche 4 novembre dernier sur l’ORTM. Les invités étaient Mme Fatoumata Kontao,  journaliste correspondante de l’agence Reuters Africa à Bamako, M. Mohamed Ag Acharom, Gestionnaire  des Ressources Humaines, Dr Bréma Ely Dicko,  Sociologue, Chef de DER Sociologie de la Faculté des Sciences Humaines de l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB, ex FLASH) et Dr Mamadou Gouro Sidibé, informaticien, fondateur de LENALI, un réseau social mis au point par un malien.

Le débat  a permis aux téléspectateurs de l’ORTM d’en savoir davantage sur l’utilisation des réseaux sociaux. Chacun des invités  a donné son  point de vue sur l’historique des réseaux sociaux, leurs avantages et leurs inconvénients pour les utilisateurs et pour la société de façon générale.

Les invités ont pour la plupart  reconnu  les avantages des réseaux sociaux en tant que grands utilisateurs.

Mme Fatoumata Kontao a expliqué que c’est grâce aux sociaux réseaux qu’elle a décroché son poste de correspondante de Reuters Africa à Bamako. M. Mohamed Ag Acharom pour sa part a souligné qu’il lui arrive très souvent en tant que Gestionnaire des Ressources Humaines,  d’utiliser les réseaux sociaux pour ses recrutements. Dr Bréma Aly Dicko  a, quant à lui, indiqué être permanemment sur les réseaux sociaux pour rester en contact avec ses collègues, anciens collègues, étudiants ou anciens étudiants de sa faculté.

Même s’ils ont  tous reconnu les avantages que leur procurent les réseaux sociaux, ils ont néanmoins  conseillé aux uns et autres, une utilisation rationnelle et raisonnable.

Pour eux, autant les réseaux sociaux ont des avantages, autant, ils peuvent être nuisibles pour les utilisateurs et pour la société.

« Tout n’est pas à publier sur les réseaux sociaux au risque de le regretter un jour. Car ce qu’on fait ou dit aujourd’hui sur les réseaux sociaux peut nous rattraper demain. Il faut publier ce qui est important sur les réseaux sociaux », a indiqué Mohamed Ag Acharom.  Pour lui, le comportement de chaque utilisateur des réseaux sociaux est lié à son cercle d’intégration.

« S’il les a intégrés via un bon cercle d’amis, il aura un bon comportement via les réseaux sociaux. Par contre, s’il les a intégrés via le mauvais cercle, il n’aura que de mauvais comportements à adopter sur les réseaux sociaux », a-t-il ajouté.

L’on  retient également de l’intervention de M. Mohamed Ag Acharom que les difficultés d’accès à internet au Mali rendent minime, le taux d’utilisation des réseaux sociaux.

L’un des invités a même affirmé que seuls 10% de la population malienne utilisent les réseaux sociaux.

En dehors de ce débat, la problématique des réseaux sociaux intéresse de plus en plus les acteurs de la société civile. Chacun à sa manière cherche à apporter sa contribution pour freiner leurs effets néfastes sur la société à travers des conférence-débats. Il y’a  eu à cet effet, une  conférence  organisée par le Collectif Anw Ko Faso en avril dernier. Les journalistes, blogueurs, acteurs de la société civile regroupés en association sont également en train de préparer un colloque sur le même thème pour les jours à venir.

  1. Dolo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here