Contrôle de la vignette de moto : Une corruption à vue d’œil

12
Moussa Ag Infahi, DG de la Police Nationale : « Plus de 10 000 personnes ont été interpellées courant l’année 2016 »
Moussa Ag Infahi, DG de la Police Nationale

S’il y a un secteur du ministre de la Sécurité et de la protection civile,  qui est en train de saper, les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption,  c’est bien la police nationale. Détournée aujourd’hui de sa mission, qui est la protection des personnes et  de leurs biens, l’orientation et la réglementation de la circulation, de certaines personnes en fonction,  au service de ladite police,  sont en train se livrer à des pratiques contraires à la loi.

Celles-ci se traduisant par la corruption à vue qui est devenue  le fait quotidien  de certains policiers de la circulation.  Heureux,  très souvent d’être à des postes au niveau de la circulation routière, dans différents endroits  de la capitale,  ceux-ci sont  plutôt  devenus des forces de désordre que de l’ordre.

 

Hier mercredi, entre 8h et 12h du matin, sur le flanc de l’hôtel Salam de  Bamako, les policiers affectés à ce poste,  se sont vaguement adonnés  à la pratique de la corruption, au vu et au su de tous les passagers qui ont emprunté cette piste en début de matinée  d’hier.  Plus d’une centaine de motocyclistes ont été arrêtés par les policiers en poste,  pour contrôle de la vignette.  Après arrestation,  pour récupérer sa moto,  il fallait payer,  la somme de 2000F à 5000F, voire même plus.  Le chef de poste en question,  avait un sachet noir de 10F dans lequel, il mettait de l’argent arraché, au grand mécontentement des paisibles citoyens. Comme cela ne suffisait pas, il les obligeait chacun à payer ces montants,  pour faute d’embarquement de la moto à la GMS.

Surpris par de tels comportements,  nous nous sommes donné la peine de nous arrêter, afin de mieux comprendre.  C’est ainsi que nous avons compris, en réalité que ce n’était pas un contrôle proprement dit, pour permettre aux motocyclistes d’accomplir leur devoir civique vis-à-vis de la nation.

En réponse à la colère d’un motocycliste, un agent de la police, qui faisait partir de l’équipe dudit poste et non habillé en tenue policier, dira en ces termes : « Si tu veux, il faut appeler le directeur national de la police,  voire le ministre de la sécurité et de la protection civile. Et pourquoi pas même le président de la République ». Nous on s’en moque éperdument  de notre hiérarchie et rien ne pourra nous arrêter dans notre pratique.

De tels propos à l’encontre  de sa haute hiérarchie et même à la première Institution de la République méritent des sanctions sévères, voire la radiation pure et simple.  Puisqu’aujourd’hui, au regard des efforts que l’administration d’IBK a consentis  pour  revoir en hausse les salaires des hommes en uniforme, aucune tentation de corruption ne doit les animer.  Ceux-ci,  par contre devraient être reconnaissants envers le président IBK et son gouvernement, pour entreprendre de tels comportements qui n’honorent  ni leur corporation, ni le pays tout entier, à fortiori le régime de celui-là même, qui en train de tout faire pour changer l’image de nos forces de sécurité et de défense.

A l’écoute du citoyen lambda, l’Etat, à travers le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga, doit prendre toute ses responsabilités, pour que de telles pratiques cessent. Compte tenu des difficultés financières que ressent en ce moment la population, l’urgence s’impose au ministère de tutelle de prendre des mesures draconiennes pour alléger la souffrance des usagers de la circulation, face à ces policiers corrompus, jusqu’au dernier décret.

A  suivre

DMD 

 

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Le but de la police est d’assurer l’ordre et la sécurité dans la cité.
    Quand cette police se préoccupe de voler la population qu’elle est censée protéger, alors, c’est le monde à l’envers.

    Chaque gouvernement nomme un ministre chargé de la sécurité.
    Nous en avons eu des dizaines.
    Est-ce que ces dizaines de personnes sont toutes des incapables ?
    NON..
    Aucun de ces ministres successifs n’a été capable de mettre un Frein à cette absurdité.
    Pourquoi ?
    Tout simplement parce tout la chaîne de commandement est impliquée dans ce vole organisé. Cela rapporte des centaines de millions chaque année. Des centaines de millions qui échappent à trésor public.
    Le souci est que même si le trésor avait récolté ces recettes, elles seraient détournées par d’autres personnes.
    La gestion des deniers publics est calamiteuse à tous les niveaux.
    L’impunité soutien et renforce cette gestion bancale.

    Au sommet de l’Etat, des individus sans scrupule, donnent le mauvais exemple.
    Nous sommes dans un pays défaillant avec au sommet des individus inconséquents et indignes de responsabilité.

    La police peut donc continuer à se livrer à ses activités favoris en plein Bamako: le détournement des recettes de l’Etat du Mali.

  2. Ils ne vont pas vous écoutez même aujourd’hui ils sont à la sortie du pont Faad vers le quartier Mali,donc ne perdez pas votre temps à critiquer cette police,car tout le monde trouve son compte dans cette affaire des hauts gradés aux GP.

  3. L’aéroport de bamako senou (modibi keita ) est devenu l’endroit qui fait peur aux maliens de la diaspora, car la police de l’air fait énormément de fortune laba, ils demandes de sommes énorme pour pouvoir d’embarquer, il est temps de finir avec ce problème, l’aéroport du mali n’est pas un l’endroit pour faire la corruption

  4. Bla bla bla un peu de respect si le citoyen lambda était en règle vis à vis de la loi est ce que tout cela arrivaient .si tu vois qu’il y’a un corrompu ce qui nous revient à dire forcément qu’il y’a un corrupteur donc de ce faite il faut absolument que la population s’abstient .La police ne force personne à payé ,si les personnes arrêtés comme tu le dit mon cher journaliste n’avaient pas leur vignette ,ils pouvaient aller à la compagnie de la circulation routière payer leur contravention contre quittance, comme ça tout le monde serait réglo en bon entendeur salut

  5. Il faut dans une République bananière pour voir de telles choses. La population doit refuser de se soumettre aux policiers et comme ils sont poltrons parce que corrompus (tous les corrompus sont poltrons), des attaques les feront fuir et on coupe leur salaires. La plupart de ces gens ont été des vauriens à l’école.

  6. C’est bien fait car Soumi avait prevu d’annuler la vignette mais on a prefere IBK. Alors, pourquoi devrait-on encore se plaindre? A suivre!!!

  7. Le racket de la population par les policiers de la circulation de Bamako ne date pas d’hier.
    Cette pratique existe Depuis plus de 50 ans. Tous les maliens sont au courant. Mais personne ne lève le doigt pour dire STO à cette honte nationale.
    Comment des policiers peuvent s’adonner à cette pratique en plein milieu de la capitale pendant plus de 50 ans ?
    Où est l’autorité dans ce pays. C’est quoi ce pays qui laisse sa police détrousser les paisibles gens sans gêne ?
    TRUMP n’avait-il pas raison en qualifiant des pays comme le MALI de pays de Merde ??

  8. Un très réel constant, souvent même avec des pièces au complets on est taxé pour des raisons infondées, que dieu nous e garde, le jour où la population va se déchaîner, le dégât sera énorme

  9. Cette affaire n’a pas débuter hier,elle a commencé il y a très longtemps,certains de nos enfants ratent leur cour souvent par cette mascarade voir même des examens ,dans certains pays de la sous-région ,les taxes de l’état sont inclus dans l’achat des engins à deux roues et on n’en parle plus,nous sommes dans un pays où c’est devenu une bisness pour cette police de la compagnie de la circulation routière ,voilà enfin la police de Salif TRAORE et son directeur de la police,il faut qu’ils prient Dieu pour qu’il n’y est pas une révolution dans le pays.

  10. C’est bien.Soumi Champion avait promis de supprimer cette maudite vignette mais c’est a vous de recolter maintenant les conséquences

  11. Que la police malienne sache que la population n’est pas son ennemie car certains policier pense il sont là seulement pour réprimer la population civile sinon il faut faire une remarque a Bamako les policiers qui sont au rond point gare leurs véhicules non immatriculés et vitre fume au vu et sue de tous les citoyens

  12. Pour une fois je suis d’accord avec vous les journalistes voilà le travail de journaliste chapeau à toi et continue sur cette lancé. Moi même j’ai fais ce constat hier matin en partant au boulot mais vous les policiers un peu de retenu sinon si la population se réveille sa sera dur pour le corps.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here