Communiqué du conseil des ministres du mercredi, 08 mai 2019

5

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi, 08 mai 2019 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

I. A l’ouverture de la session, le Président de la République a remercié les membres de l’équipe gouvernementale sortante pour les efforts accomplis dans le cadre de l’exercice de leurs missions.

Il a présenté ses vives et chaleureuses félicitations au Premier ministre, Docteur Boubou CISSE et aux membres du Gouvernement pour le choix porté sur leur personne dans un contexte socio-politique et économique difficile.

Le Président de la République a invité le Premier ministre et les membres du Gouvernement à tout mettre en oeuvre pour améliorer l’action gouvernementale afin notamment :

– d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national ;
– de poursuivre la mise en oeuvre des lois d’orientation et de programmation militaire et de sécurité intérieure ainsi que du plan de sécurisation intégrée des régions du Centre ;
– de renforcer l’accès des populations aux services sociaux de base notamment sur le plan de la justice, de l’éducation et de la santé ;
– de consolider l’unité nationale ;
– d’organiser, dans un meilleur délai, le dialogue politique inclusif préconisé par l’Accord politique de gouvernance du 02 mai 2019 ;
– de poursuivre les efforts dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger ;
– d’oeuvrer à la construction d’une économie émergente en tenant compte notamment des exigences de l’espace UEMOA ;
– de renforcer les actions du Gouvernement pour l’apaisement du climat social ;
– d’entreprendre des initiatives pour la valorisation des produits nationaux.

Le Président de la République a exhorté le Premier ministre et les membres du Gouvernement à conduire l’action gouvernementale dans un esprit d’équipe.

Le Premier ministre, en retour, a remercié le Président de la République pour la confiance placée en lui et en son équipe. Il a rassuré le Président de la République que le Gouvernement inscrira son action dans le sens de la réalisation des orientations assignées.

II. Dans le souci de sauver l’année scolaire en cours, le Conseil des Ministres s’est penché sur la grève déclenchée par plusieurs syndicats d’enseignants depuis un certain temps.

Le Conseil a décidé de faire tenir, le samedi 11 mai 2019 à partir de 10 heures au CICB une importante rencontre regroupant les syndicats d’enseignants, les parents d’élèves, l’AMSUNEN, l’AEEM, les chefs coutumiers et religieux et les partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale.

Cette rencontre est placée sous l’égide du Médiateur de la République qui aura à ses côtés les ministres chargés du dialogue social et de l’école.

Le Gouvernement compte sur l’engagement, l’esprit patriotique et les propositions pertinentes de toutes les parties prenantes invitées afin de sauver l’année scolaire et l’école malienne.

Bamako, le 08 mai 2019
Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata
Officier de l’Ordre national

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Je trouve que l’idée de la rencontre sur la crise scolaire est une bonne initiative. Il faut que les autorités maliennes apprennent à anticiper les problèmes, plutôt qu’à colmater les brèches. Il ne faut pas attendre jusqu’au mois de mai pour tenir une rencontre pour sauver l’année scolaire en cours. Il faut que cette rencontre vise à définitivement résoudre la crise, sinon ce serait inutile.

  2. On est déjà en mai et il n’y a plus rien à sauver pour l’école cette année………………………. Quelques semaines de cours sur 9 mois…………………………….

  3. Rien de cela n’est possible tant qu’on n’est pas dans un Etat de droit et qu’on ne lutte pas efficacement contre la corruption………………. Cela doit être la clé de voûte de tout Gouvernement au Mali!!!!!!!!!!!!!!

  4. Le compte à rebours a commencé , il n’y aura pas de repli tant que les exigences du peuple souverain ne sont pas satisfaites. Déjà 38 Ministres pour un pays dans une telle crise et un pays aussi pauvre comme le Mali , ce qui veut dire que les gouvernants à commencer par IBK lui même n’ont pas conscience de la gravité de la situation . Ce gouvernement aura son appellation puisqu’il n’est ni un gouvernement de large ouverture encore moins un gouvernement de mission. IBK a toujours la main basse sur l’appareil d’Etat. Ses hommes et femmes de main sont toujours aux affaires au détriment du peuple. La lutte ne fait que commencer .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here