Convention de la majorité présidentielle : La hantise de la candidature unique

0
majorite-rpm (photo archives)
La majorité présidentielle (photo archives)

La Convention de la Majorité Présidentielle (CMP) est de plus en plus confrontée à l’indécision de certains de ses membres qui veulent voir claire avant de se décider définitivement pour ce qui est de la présidentielle de 2018. Les enjeux sont énormes, car il s’agit avant tout de la survie des formations politiques,  dans un tel contexte où la candidature du sortant n’enthousiasme pas forcement, les uns et les autres se positionnent pour survivre, pour cela il faut de la stratégie politique affinée et une dose de bonne chance. En tout cas, il est désormais urgent pour la CMP de clarifier la position de ses membres pour s’assurer de l’unanimité de tous à accepter son candidat.

Les grandes manœuvres ont donc désormais commencé pour exiger la clarification du jeu surtout de la part de tous ceux qui veulent jouer les malins et gagner du temps pour ne pas se décider. Dans cette dynamique de tenir les manettes, un responsable du RPM qui a requis l’anonymat affirme : ” C’est fini le cirque, nous n’allons plus permettre que des plaisantins compromettent nos plans, à partir de la tenue de cette rencontre de concertation, nous exigeons désormais que tout le monde se détermine à respecter ses engagements, notre candidat unique c’est le président IBK, ça il faut  que tout le monde le comprenne et travaille dans cette dynamique … ”

Pour ce responsable du RPM, il est clair que certains de leurs amis veulent gagner du temps et ne pas donner une position tranchée pour ce qui est des élections de 2018. C’est pourquoi certains dans les coulisses ont voulu que l’on lance des ultimatums aux partis qui jouent au dilatoire et utilise des manœuvres pour tromper les autres. A quelques mois du scrutin présidentiel à venir et face au silence que suscite la candidature unique du sortant, certains membres de la convention qui se croient malins veulent garder leur autonomie avant de s’aligner, ce qui irrite naturellement les responsables du RPM et les autres alliés ” sincères ” ou ” résignés ” qui veulent la tête des récalcitrants. En tout cas la CMP dans ses racines est engagée à relever le défi de la réélection de son candidat et pour elle, les sceptiques et autres alliés qui doutent n’ont rien compris dans les reproches faites au président.

En effet pour la CMP, les critiques et autres récriminations actuelles à l’endroit du régime ne sont que des malentendus et aussi de la désinformation sur des sujets qui en réalité ne sont que des défaillances dues à l’état de faillite du pays. Pour les tenants du pouvoir IBK, les difficultés actuelles du pays se résument à la situation de crise que traverse le pays à cause des déficits accumulés de gouvernance qui depuis des années ont fini par avoir raison du pouvoir ATT. C’est l’héritage des déficits de gouvernances antérieures qui explique tout le malentendu de la crise de gouvernance actuelle de notre pays. C’est malheureux, pour ceux qui se disent partisans du régime de penser que les accusations contre le pouvoir sont fondées et que c’est le président de la république qui gouverne mal le pays. Pour les tenants du pouvoir, c’est de la lutte politique, les manigances de l’opposition et surtout la mauvaise communication des détracteurs qui expliquent tout le mal à propos de la gestion du régime IBK. Alors tous les scandales liés à la gestion du pays ne disent rien aux partisans qui sont convaincus des capacités du président IBK à faire émerger le pays. Pour la CMP, IBK est la solution et sa réélection sera un salut pour le pays car les reformes entreprises vont commencer à produire des résultats, c’est ce qu’il faut expliquer aux populations, c’est tout l’objectif de l’engagement de la CMP. C’est pourquoi, il est impératif pour la CMP de clarifier la position de tous les membres, pour un soutien sans faille au candidat de la CMP, dans une unanimité sans équivoque.

Pourtant ce qui semble désormais établi pour les analystes et autres observateurs de la scène politique, c’est que le président IBK n’a pas la cote requise pour briguer un second mandat. Contrairement aux thèses du parti au pouvoir et ses amis, ce serait trop simple de penser que tout va bien, car le malaise est plus profond que ne le soupçonne la CMP. Il serait plus intelligent en termes de stratégie de défense que la CMP commence à intégrer une certaine dose de mea-culpa, pour enfin prôner une ligne de conduite conforme aux aspirations du peuple. L’humilité est essentielle, car il y a eu beaucoup de fautes, trop de laisser-aller, de corruption, d’impunité et surtout de dénie de mal gouvernance. Alors, il est temps que la CMP se ressaisisse, pour parler le langage de la vérité, pour indiquer clairement la volonté d’amorcer le changement.

Pour notre entendement, seule la tenue de ce langage de vérité peut permettre à la CMP de garder une chance pour 2018, sinon autrement de nos jours pour l’opinion publique de façon majoritaire, le seul responsable du désordre, c’est le président IBK. Il est encore temps pour la CMP de commencer à réagir et d’arrêter la fuite en avant et surtout de mettre au compte des autres, ses propres déboires. La détérioration avancée de la situation sécuritaire est de nos jours une préoccupation fondamentale des populations qui n’arrivent plus à vivre normalement. Cette situation d’insécurité permanente n’est pas imputable à la seule gouvernance, mais c’est sûr, que les réactions n’ont pas toujours été adéquates. Alors de plus en plus, les énormes efforts fournis par le peuple n’ont pas été à la hauteur des stratégies déployées, c’est pourquoi la crise persiste et prend de l’ampleur chaque jour un peu plus.

Youba KONATE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER