Bakary Togola et co-accusés libérés pour faute de preuve : Où sont donc passés les 9,4 milliards ?

0

Le procès tant attendu avec beaucoup de passion a connu son épilogue le lundi 29 novembre 2021 après trois jours de débats engagés entre les juges et les avocats de la défense. Le sieur Bakary Togola et autres ont bénéficié du non-lieu selon le verdict de la Cour d’Assise Spéciale. Cependant, le film de l’évènement qui avait suscité beaucoup de commentaires depuis le 16 septembre 2019, date à laquelle le cerveau de l’affaire, Bakary Togola a été incarcéré. En attendant de savoir où sont passés les 9,4 milliards de 2013 à 2019, les contribuables resteront méduser.

Le vénéré paysan Bakary Togola et ses onze (11) collaborateurs avaient été inculpés pour ”atteinte aux biens publics, faux et usage de faux et complicité” depuis le16 septembre 2019. Cette affaire de détournement de 9.462.152.071 F CFA appartenait à la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton (C-SCPC). Après plus de 2 ans passés à la Maison centrale d’arrêt de Bamako, Bakary Togola et ses coaccusés ont été acquittés, le lundi 29 novembre 2021 faute de preuve.  Il convient de saluer le professionnalisme et le sérieux dans le travail des tribunaux en général et en particulier la Cour d’Assises Spéciale qui était chargée de vider cette affaire très complexe. 

Si nous analysons les propos avancés par M. Bakary Togolalors de sa comparution, ce procès montre à suffisance que de 2004 jusqu’à son arrestation en septembre 2019, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agricultures du Mali (APCAM) était gérée dans le désordre sous Bakary Togola. Une structure qui doit normalement être la fierté de plus de 60% des maliens selon les spécialistes du secteur, il est inadmissible que cela soit confiée à un analphabète. Comme lui-même l’a signifié à la barre. ” Je suis analphabète, la plus part de nous ne savaient pas le contenu de la fonction de trésorier. Nous avons été nommés sur la base de la confiance des cotonculteurs”, avait déclaré l’ancien président de l’APCAM à la barre. Il faut reconnaître que la responsabilité de ce gâchis qui fait perdre au Trésor public une somme aussi importante est l’incarnation et la négligence des autorités du pays qui ont accepté à tout prix d’élire Bakary Togola à la tête de l’APCAM enfin de pouvoir lui récompenser de sa lutte politique en leur faveur. 

L’analphabétisme a été le mot directeur durant tout au long de ce procès et, a servi peut être de circonstance atténuante chez les Magistrats. Il est inconcevable sinon incompréhensible que dans un pays comme le Mali, dont la principale source de revenue est basée sur l’agriculture et le pastoralisme accepte de perdre banalement près de 10 milliards sans destination exacte. Un pays qui, pratiquement manque de tout, notamment les infrastructures routières, le plateau sanitaire, l’école au bas de l’échelle comparativement à tous les pays de la sous-région depuis l’avènement de la démocratie, les forces de défense et de sécurité délaissées sous les rafales des narcotrafiquants indépendantistes faute d’armement pour faire face de l’ennemi. A la fin du procès, le ministère public a partagé son amertume avec l’auditoire en disant ceci : ”comment tolérer un tel acte dans un pays où l’économie est à terre ?’ Il est temps de punir très sévèrement ces actes”.  Malheureusement le ridicule ne tue plus au Mali…

 

Y. MARIKO  

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here