Discrédit de la classe politique et renouveau du Mali… Le mouvement BENKAN, une alternative ?

0

Dans une récente interview accordée à notre confrère Mali-Tribune, le 2ème Vice-président du Mouvement Benkan, Modibo Keïta, s’explique sur les raisons de l’engagement patriotique de cette organisation pour redonner espoir au peuple malien.

Le 2è Vice-président du Mouvement Benkan, Modibo Kéita, retrace le parcours du Mouvement et les perspectives, les ambitions des animateurs de ce « pacte citoyen » pour le Mali.

 Pour Modibo Kéita, « Benkan, le Pacte Citoyen n’est pas un parti politique, mais une association politique, née pour répondre au déficit de gouvernance en premier ». Il poursuit, « le pays va très mal et les générations futures n’ont aucune perspective, il faut rapidement arrêter cette spirale. Nous estimons que nous avons de réelles solutions concrètes à apporter au pays. Notre profil de managers confirmés à travers nos activités que nous menons depuis une trentaine d’années indiquent cela ».

Et le chef du Pôle politique et gouvernance, Youssouf Coulibaly de confier récemment qu’ils ont pendant longtemps laissé la sphère politique aux seuls dirigeants des formations politiques. Ce qui n’a pas produit l’effet escompté en termes de gouvernance. « Regardez par exemple dans le pays, avez-vous des routes, d’écoles, d’hôpitaux, etc ? Nous devons, avec nos expertises de mangers d’entreprises, de concepteurs de projets, faire quelque chose pour notre pays », a-t-il souligné

Pour Modibo Kéita, tous les jours, les mauvaises nouvelles pleuvent. Une situation qui ne laisse aucun Malien indifférent. Le pays est étiqueté et mis en doute. A en croire le 2ème vice-président du mouvement Benkan, le Pacet citoyen,, la culpabilité est partagée, car, à ce niveau, il n’est pas admis qu’un seul Malien ne se sente pas concerné. « Pendant 30 ans, j’ai observé et parfois même subi les mauvaises décisions politiques. Avec le Président Seydou Mamadou Coulibaly, nous avons souvent évoqué la situation désastreuse du pays et on s’est vu de plus en plus interpelé à nous engager pour la délivrance de notre pays de la mauvaise gouvernance. En réalité, nous n’avons plus le choix comme d’ailleurs tout bon fils du pays, le Mali mérite qu’on se batte pour lui, car malgré certaines idées reçues, la pauvreté n’est pas une fatalité, ni une destinée, c’est le résultat de plusieurs dysfonctionnements au sommet de l’Etat qui privent les citoyens de jouir des atouts naturels du pays », a-t-il souligné.

Signalons que le mouvement Benkan est depuis plusieurs mois étoffé par des ressources humains de qualité, dont plusieurs anciens ministres, des anciens députés et de grands chefs d’entreprise. Tous ont une seule conviction, faire sainement la politique pour mieux gérer la cité. Avec des hauts cadres comme l’ancien ministre Baba Moulaye au poste de coordinateur, le mouvement se positionne petit à petit comme une alternative pour la reconstruction du Mali. Ceci sous le leadership de son président, Seydou Mamadou Coulibaly, le patron du Groupe CIRA.

Baba Djilla SOW

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here