Femmes et députation : La Codem contre, l’URD pour

1

Condition sine qua non de la recevabilité des listes de candidatures, l’application de la Loi n° 2015-052/ du 18 décembre 2015 divise les partis politiques aux prochaines élections législatives. A quelques jours du scrutin, nous avons approché des formations politiques telles que la Codem et l’URD qui nous donnent des avis contraires sur les projets de leurs différentes candidates.

 

Le premier tour des élections législatives est prévu pour le 29 mars prochain. A une trentaine de jours du scrutin, la cour constitutionnelle a proclamé le mardi 25 février la liste provisoire des candidatures. Sur les différentes listes où le parti est représenté, la Codem affirme compter en tout et pour tout 16 candidates. Si le parti de la “Quenouille” a respecté la loi n° 2015-052/ du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives pour atteindre ce nombre de candidatures féminines, son secrétaire général adjoint indique qu’il s’est soumis à cette loi par contrainte. Amadou Aya a d’ailleurs manifesté sa désapprobation face à cette loi qui prévoit obligatoirement 30 % pour l’un ou l’autre genre. “Quand je serais élu je demanderais l’abrogation de cette loi. J’ai toujours été contre cette loi. J’ai le courage d’exprimer mon opinion. Je pars sur deux principes. D’abord une élection c’est le choix des populations. Ne s’est pas une désignation encore moins une nomination. Mais cette loi est une obligation, une contrainte au risque de voir sa liste invalidée. Mon 2e argument est qu’il n’y a pas assez de femmes qui ont les capacités nécessaires pour animer l’Assemblée nationale qui est une grande institution de la république”, a expliqué celui qui est également candidat à la députation dans la circonscription de Koro. De ce fait, il ajoute que les femmes candidates de son parti n’ont pas de projet spécifique féminin à défendre à l’Assemblée nationale. “Nos femmes ne défendront pas que les droits de femmes. Mais plutôt tout ce qui va concourir au renforcement des droits individuels, de la paix, de l’unité et de la cohésion fera l’objet d’une attention particulière de la Codem. A l’Assemblée, il s’agit de faire le contrôle des actions gouvernementales et faire l’évaluation des lois obsolètes et les adapter à la réalité du moment. ”

Contrairement à la Codem, l’URD, de son côté, indique que toutes les femmes veilleront sur les droits des femmes. A la question de savoir quel sera leur projet, le secrétaire à la communication du parti répond que “au moment opportun vous serez mis en contact avec elles”. Et Me Demba Traoré d’ajouter qu’il sera “judicieux” d’attendre la publication des listes définitives par la cour constitutionnelle pour être fixé sur le nombre de candidatures féminines dans les rangs du parti du chef de file de l’opposition.

 

Alassane Cissouma

 

 

NOMBRE DES FEMMES EN DEPUTATION AUX PARTIS PARENA ET YELEMA

7 femmes pour le Parena et 17 pour Yéléma sur le territoire national

Le Parti pour la Renaissance nationale (Parena) et Yéléma sifflent dans la même trompette quant au respect de la promotion du genre, à travers la loi 2015-052 avec plus de femmes sur les listes électorales pour les législatives du 29 mars.

Dans le cadre des candidatures pour les élections législatives, le Parena compte 7 femmes (1 à Kolokani, 3 à Ségou, 1 à Koro, 1 à Kita, 1 à Bamako). Quant au parti Yéléma, il compte 17 femmes (1 en Commune VI, 2 en Commune V, 1 en Commune I, 1 à Kati, 2 à Sikasso, 1 à Koutiala, 1 à Ségou, 1 à Barouéli, 1 à Mopti, 1 à Bandiagara, 1 à Koro, 1 à Bafoulabé, 1 à Nioro, 1 à Gao, 1 à Kayes.

Ils ont tous les deux des projets en matière de défense des droits des femmes. Les deux partis se disent être dans la logique du respect de la loi 2015-052 du 18 décembre 2015 pour la promotion du genre au Mali. Ils entendent accompagner avec détermination le gouvernement du Mali pour le respect de ladite loi. Car pour eux, la question de la représentativité des femmes au Mali dans les instances électives et aux postes de décision reste un défi à relever.

Ibrahima Ndiaye

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le problème avec les femmes; c’est qu’elles roulent pour l’internationale féministe qui est l’instrument par excellence du néocolonialisme. Vous comprenez mieux pourquoi cette discrimination positive forcée. Elles se soumettront aux colons blancs et non au service réel de leur peuple; non, jamais. Il faut être stupide pour ne pas voir ça. Aminata Dramane Traoré qui fait exception, na eu de cesse de le dire. Vous comprenez aussi pourquoi elle est détestée par les organisations féministes. Les femmes soutiennent les blancs malgré la guerre créée par ceux-ci dans notre pays. Ils tuent dans la guerre tous les hommes de la famille de la femme: mais malgré tout cela, la dit qu’ils sont venus la libérer. La femme est le parfait moyen du diviser pour mieux régner que le blanc détient. Elle saisit à peine les enjeux de la politique internationale. C’est trop important. Elle combat son pays en réalité et le déstabilise au profit de l’occidental pour lequel elle travaille en la façon d’un cheval de Troie. C’est aussi elle qui est prompte à soutenir tous les projets pervers portant sur le genre guniya, gorjiguenya etc. Cette loi est une trahison . Dire qu’il faut élire tel nombre de femmes coûte que coûte relève simplement d’une dictature imposée au peuple qui est alors obligé de choisir des femmes; même s’il ne veut pas; même s’il estime qu’elles sont incompétentes. Voici au 21è S, comment on colonise un peuple si vous souhaitez savoir. Les soldats se tuent pour la femme. Ils ont tués par les colons.Mais la femme ne comprend rien de tout ça. Et le tour est vite joué avec des dirigeants qui adhèrent de plus en plus à la franc-maçonnerie.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here