Général Moussa Traoré et ses valets : De la collaboration à la révision

8
Le général Moussa Traoré
Le général Moussa Traoré

Ce n’est pas la première fois qu’un livre amène à fausser la vérité et à s’écarter de l’objectivité. Ce qui est choquant est que cette opération soit présentée comme preuve d’une probité intellectuelle, un service rendu à la vérité  historique, pour tout dire un effort d’objectivité.     

Telle une rafale de vent qui souffle sur une bougie vacillante, les mines déguisées en jouets ont tué nombreux petits êtres sur le coup. Ces engins les ont privés du droit à l’enfance, celui de jouer, de rire et de se blottir dans les bras de leurs parents. Des adolescents aux regards plein d’espoir ont assisté impuissant et médusé à l’assassinat de leurs parents.

Sans doute, ces dernières années sont à marquer d’une pierre noire. Les terroristes usent de la violence pour choquer les esprits : faire naître la peur leur importe plus que faire des victimes ou des dégâts.  C’est cette volonté de semer la terreur qui distingue l’acte terroriste de tout autre acte violent ou meurtrier. Al Qaïda au Maghreb islamique, Ansar Eddine, les Forces de libération du Macina  voient dans la violence l’unique moyen d’accéder à la pureté religieuse. Pour eux, seule la force destructrice élimera les dirigeants indésirables. On ne compte plus les viols, les enlèvements, les assassinats. Et bien qu’ils soient unanimement condamnés, ces actes sadiques se perpétuent. Bien d’écoles dans la région de Mopti restent fermées pour cause d’insécurité. L’administration a pris ses jambes au cou. La situation est encore chaotique dans la région de Kidal. Les jours qui ont suivi la résurgence de la rébellion, nombreux enseignants  et agents de santé ont plié bagages et sont redescendus plus au Sud. A la surprise générale, de l’armé nationale abandonnait son matériel à l’ennemi et optait pour l’obsession suicidaire des contre-attaques dont, les plans parvenaient aux groupes rebelles avant même qu’elles ne s’amorcent tant les trahisons ont été nombreuses.

 

Diminuer autant que possible la portée de la démocratie

 

Tant de raisons qui font douter des politiques, mais pas suffisantes pour se blottir dans les bras du Grand Matou Tueur (GMT). Le dictateur, chassé par la rue, qui fut la risée du monde est devenu un mythe adulé parce qu’à son époque le pays disposait d’une armée redoutable, on mangeait trois fois par jour et la corruption alors moins épaisse est devenue plus grosse que les monts manding.  Toutefois,Moussa Traoré n’a pas entendu la voix de son peuple dans ce vent qui agite et brise les cèdres et les roseaux. L’histoire de son régime est écrite en lettres de sang.

Le salut par la tyrannie prêché par les valets d’un ancien régime honni du peuple. A  ce point que font-ils ? Ils parlent. Ils écrivent. Ils ont la terreur d’avoir les mains sales. Ils ne vont pas jusqu’au bout d’eux-mêmes, de leur pensée, de leur volonté. Ayant gagné devant leur conscience, ils font Charlemagne. Réalisé sous la direction de Djibril Diallo, ancien ministre et secrétaire politique du Bureau exécutif central de l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), le livre «  Le Mali sous Moussa Traoré » édité par La Sahélienne est l’œuvre d’une dizaine d’auteurs.

Sous prétexte de relever d’une volonté commune de témoigner, sous l’impulsion d’un droit de mémoire, d’inventaire et de vérité. Les auteurs de la présente réflexion se proposant d’éclairer les générations actuelles et futures et de fournir aux historiens, chercheurs, des éléments utiles d’investigations, l’ouvrage vise à réécrire l’histoire sous un jour nouveau. Pourquoi des anciens dignitaires tentent de réhabiliter l’ex-président Moussa Traoré ? Pour diminuer autant que possible la portée de la démocratie et les immenses réalisations faites, en donnant à l’ordre ancien une importance et un crédit qui doivent les étonner tout les premiers. Ce n’est pas la première fois qu’un livre amène à fausser la vérité et à s’écarter de l’objectivité. Ce qui est choquant est que cette opération soit présentée comme preuve d’une probité intellectuelle, un service rendu à la vérité  historique, pour tout dire un effort d’objectivité.

Je suis persuadé que le plus important n’est pas ce que disent les auteurs de ce livre, mais qu’ils puissent le dire. Et si ce qu’ils disent nuit à la démocratie, le fait qu’ils puissent le dire sert ce dernier bien davantage.

Georges François Traoré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Mon Général, la démocratie N’ EST PAS BIEN COMPRISE !
    Je me pose la question si vous viviez au Mali sous Moussa. Et vous pensez que Moussa n’a pas volé le Mali. Il n’a pas seulement volé, il a fait du vol un métier pour compenser le chômage. Tout l’état malien volait, ce sera très difficile pour ce pays de revivre les moments honnêtes de notre histoire.

  2. La grandeur de la democratie malienne n’existe que dans l’imaginaire de quelques individus qui ont utilise’ le depart de Moussa Traore’ du pouvoir pour devenir des milliardaires.
    Sur un tout autre plan, nous avons des cultures des HOMMES FORTS! On veut un president partout, un president sait tout et un president fait tout!!!! L’esprit de collaboration et le travail d’equipe ne sont pas encourage’s. On veut un president qui fait son travail, celui des membres du gouvernement et celui des plantons de son bureau!!!!
    La democratie qui est a’ la fois un systeme de gouvernement et un comportement, n’est pas bien compris par nos populations. Nos intellectuels qui la comprennent et qui l’ont vecue durant leur sejour en occident, l’utilisent pour des interets personnels qui sont souvent oppose’s aux interets des masses!
    Moussa est un faiseur de coup d’etat. Pour calmer certains esprits, nous dirons donc qu’il n’etait pas un democrate, il etait un dictateur MAIS UN DICTATEUR HONNETE QUI N’A PAS PRIS UN FCFA DES CAISSES DE L’ETAT. Est-ce qu’il est plus mauvais que les… “democrates” qui ont vide’ les caisses du Mali, condamnant ainsi des millions de maliennes et de maliens a’ une pauvrete’ endemique des milliers de jeunes diplome’s au chomage? Ma reponse est… NON!!!!!
    Le Mali d’aujourd’hui a d’autres priorite’s que de disserter sur l’ere GMT. Il faut que notre faso avance! Il avance et il avancera toujours inchallah!!!!!! LET’S MOVE ON!!!!!!!!!!!!

    • Il reste que l’affaire de la SABENA était la manifestation d’une pourriture. Que toutes les sociétés d’état sont mortes de leur belle,mort pour mauvaise gestion: SOMIEX, OPAM, SONATAM (les milliards de DEMBELE), la SEPOM et ses robinets d’huile longs jusqu’à Dakar, …

    • Vous avez raison le Mali d’aujourd’hui a d’autres priorités que de disserter sur l’ère GMT.Mais c’est nécessaire de fixer la vérité pour la génération actuelle.
      Vous constaterez si vous êtes à Bamako que MOUSSA TRAORÉ mène une vie dispendieuse digne d’un babani sissoko.
      C’est maintenant qu’il profite des sommes détournées dans les différentes sociétés qui sont toutes en faillites avant sa chute.
      Notamment la fameuse société minière kalana qui a été la cause principale de la démission d’un certain ZOUMANA SACKO.
      SOYEZ SÛR MOUSSA TRAORÉ A FAIT PIRE QUE TOUS LES RÉGIMES RÉUNIS.
      Toutes les sociétés créés par le régime usrda de MODIBO KEITA ont été détruites par le régime UDPM de MOUSSA TRAORÉ (SOMIEX,AIR MALI,KALANA….).
      VOUS NE VOUS ÊTES JAMAIS DEMANDÉ POURQUOI MOUSSA TRAORÉ N’ARRIVAIT pas À PAYER LES FONCTIONNAIRES MALIENS?
      Après sa chute,les salaires n’ont jamais été en retard à fortiori ne pas les payer.
      Les milliardaires de la démocratie que vous citez concerne plus les retrocommissions générées par l’avènement des grands projets que MOUSSA TRAORÉ n’arrivait pas à réaliser car obnubilé par la seule pensée de s’enrichir lui et ses proches.Et il profite de cette richesse actuellement que ces avocats charognards ont su cacher à la justice malienne.
      Il faut reconnaître que malgré les insuffisances criardes,l’ère démocratique a été plus bénéfique au pays aussi bien en terme d’infrastructures que d’amélioration du niveau de vie des fonctionnaires.
      C’est indéniable que ces 25 dernières années le visage du pays a changé.
      Il faut s’appuyer sur ces acquis pour faire avancer le pays.Et non sur les paroles aigries des dignitaires criminels vomies dans un livre.

      • On sent que Sangaré n’a rien compris, bouffe tes indemnités et tais toi. Qui ne te connait pas tu ne peux pa monter sur l’arbre de la transparence et tu ne mérites pas ce poste bien que tu as été colporté pourquoi avoir peur du livre? Ignoré tout des réalités et vouloir parler au nom du peuple.Rejoindre la discussion

        • BEFO
          Pour ton information,je n’ai jamais été fonctionnaire.J’ai toujours exercé dans le privé.
          Depuis plus d’une dizaine d’années,je travaille à l’extérieur du pays.
          Mes critiques sont purement patriotiques.Je participe au débat en espérant faire avancer mon pays.
          Si je devais agir de façon opportuniste comme la plupart d’entre vous,je crois que je penche plus du côté de MOUSSA TRAORÉ que de celui de l’ère démocratique.Car plus d’un de mes parents ont bénéficié de la largesse perverse du régime.
          Ayez l’esprit d’intérêt général et patriotique,vous comprendrez vite l’ effet néfaste de ce régime sur l’avenir immédiat de notre pays .

Comments are closed.