Le ministère des sports traverse une zone de turbulence a cause du manque de financement : Le département de Poulo lourdement endetté

1
Complot contre le football malien dans l’affaire du TAS
Housseini Amion Guindo, président du Codem

A cause du refus du ministère de l’Economie et des Finances de financer certaines activités, le département des Sports est dans l’obligation de trouver une solution à sa portée afin que certaines fédérations puissent participer aux différentes compétitions internationales. Avec cette situation, le Ministre Poulo ne sait plus où donner de la tête pour mener à bien ses missions. A ses requêtes, toujours la même réponse : “Pas d’argent. Il faut vous débrouiller à trouver des fonds dans votre budget”.

Malgré les performances sportives réalisées en 2015 dans différentes disciplines comme le football et le basket-ball, le ministère des Sports traverse aujourd’hui une zone de turbulence car il a du mal à faire face aux nombreuses activités. C’est dû à un problème de sous. En langage plus clair, disons que le département dirigé par Housseini Amion Guindo manque de moyens financiers. Alors que pour les activités sportives, comme disait l’autre, l’argent est le nerf de la guerre.

Premier paradoxe, au moment où tout le monde s’attendait à une augmentation du budget du département des Sports au vu de ses performances qui appellent encore des défis à relever, le ministère de Poulo est victime d’une coupe claire. En effet, en 2015, il lui a été alloué près de 5 milliards de Fcfa, toutes charges confondues. Un budget réduit d’environ 15% par rapport à l’année budgétaire écoulée et ne représente que 0,3% du budget national. Ce qui fait dire que c’est un département pauvre. Le ministère des Sports, au vu des performances à soutenir au niveau de plusieurs disciplines sportives, méritait beaucoup mieux.

Ce n’est pas tout. Il nous revient que le budget du ministère des Sports pour le 2ème trimestre 2016, comme celui de plusieurs autres départements, a connu une réduction d’environ 40%. C’est une initiative du gouvernement pour faire face à certaines priorités du pays. Une façon aussi de réduire le train de vie de l’Etat, soutient-on.

Aucun intérêt à tout  ce qui concerne les activités sportives

Malgré ces difficultés, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, se bat jour et nuit pour que les athlètes maliens puissent défendre avec brio les couleurs de notre pays aux différentes compétitions internationales. Mais c’est dommage d’apprendre que le département de l’Economie et des Finances n’accorde aujourd’hui aucun intérêt à tout ce qui concerne les activités sportives. Pour la bonne et simple raison que les performances sportives de 2015 ont coûté plus de 2 milliards de Fcfa à l’Etat, en termes de primes et autres dépenses. Il s’agit notamment des primes accordées aux Aiglons du Mali pour leur titre de 3ème mondial et aux Aiglonnets du Mali, Vice-champions du monde.

“Le ministre des Finances refuse de prendre en charge certaines dépenses. La preuve, nous avons fait plusieurs tractations pour que l’équipe nationale féminine puisse voyager sur Malabo. Le Département a catégoriquement refusé en nous disant qu’il n’ya pas d’argent. Il refuse aussi de prendre en charge les clubs maliens pour les compétitions interclubs, faute de moyen. Le département des Sports est obligé de s’endetter en prenant des billets à crédit pour que certains clubs puissent voyager. Tout dernièrement, le Mali allait être absent lors du championnat d’Afrique de judo à Tunis. C’est à la dernière minute que la délégation malienne a finalement effectué le déplacement. Et dans quelles conditions ? Le département des Sports a été obligé de négocier avec une agence de voyage de la place pour donner des billets à la délégation. Aujourd’hui, nous sommes dans la difficulté puisqu’aucune agence de voyage n’est prête à prendre nos bons de commande puisque le Département doit de l’argent à beaucoup d’agences”, confie, très amer, un agent du département des Sports.

Non seulement le ministère de Poulo doit faire face à ses créanciers, mais aussi subir les foudres des fédérations qui l’accusent de ne pas les soutenir financièrement dans le cadre de leurs activités. En effet, selon toujours notre source : “Le ministre des Sports est accusé à tort par beaucoup de fédérations pour n’avoir pas financé leurs voyages, faute de moyens financiers. C’est le cas de la Fédération malienne de cyclisme. En réalité, il se bat tous les jours pour que les athlètes maliens puissent participer aux différents tournois internationaux pour y défendre le drapeau du Mali. Mais il est confronté à ce sérieux problème de moyens financiers”.

En tout cas, au rythme où vont les choses, le Mali risque de rater plusieurs compétitions sportives cette année, si rien n’est fait pour sortir le ministère des Sports de cette situation qui du reste n’honore pas le Mali. Pourtant, tout le monde se rappelle que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, avait instruit, quelques mois auparavant, le ministre de l’Economie et des Finances d’alors, Mamadou Igor Diarra, d’augmenter le budget du ministère des Sports comme ce fut le cas au niveau de l’Agriculture. Mais surprise ! A la place d’une hausse des ressources, c’est l’inverse qui se fait, laissant le département des Sports souffrir énormément de son manque de moyens et d’impayés au niveau des agences de voyage. Qui l’eut cru !                   

 A.B.HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. 🙂 l’heure est grave . si rien ne va sur le plan financier pour les sportifs c est pour réveiller un torrent impétueux qui une bombe à retardement il s’ agit de la jeunesse . Les sportifs maliens ne méritent pas ce sort .

Comments are closed.