Gestion de la crise sécuritaire : Les sept erreurs du gouvernement

6
Soumeylou Boubeye MAIGA, Prémier ministre de la République du Mali et président du parti ASMA. Crédit photo © Boub´s SIDIBE

La gestion, par le gouvernement, de la crise multidimensionnelle dans laquelle se trouve plongé notre pays depuis des années est émaillé d’erreurs. Par exemple quand Hamadou Kouffa faisait ses prêches enflammées sur les antennes des radios privées de Mopti laissant croire qu’il était le seul vrai musulman au Mali, c’est à ce moment-là que le gouvernement devrait agir. En l’arrêtant par exemple.

Un homme politique malien ne disait-il pas qu’un responsable est fait pour prendre des décisions difficiles ? Au lieu de cela, on l’a laissé faire. A défaut d’arrêter le fou de Dieu de Mopti, il fallait tout faire pour étouffer dans l’œuf la connexion Iyad Ag Ghaly-Hamadou Kouffa à la base de la déstabilisation du Centre de Mali. Le gouvernement a manqué de proactivité.

Il devrait faire preuve d’une plus grande résilience face à la désintégration programmée de la nation malienne par les tenants de théorie du chaos. En prélude à la déstabilisation programmée, les journaux proches des programmeurs n’avaient-ils pas prédit l’Afghanistanisation du Mali au moment où des responsables répétaient, urbi et orbi qu’ils sont les héritiers d’une veille nation et d’une riche civilisation multiséculaire.

Ils répétaient à satiété qu’ils sont les dépositaires de la première Constitution du monde : la Charte de Kurukanfuga. Quant aux programmeurs, cherchant patiemment la faille de l’exception malienne, ils ont bâti leur stratégie sur la corruption la mal gouvernance et le manque d’ambition de l’élite malienne pour le pays.

Une autre erreur commise par le gouvernement c’est d’avoir fermé les yeux sur les agissements de la milice Dama Ambassagou croyant contrer ainsi les jihadistes. On vu ce que cela a donné. Un désastre. Ce faisant, l’Etat ouvert une boite à Pandore dont on ne sait pas où s’arrêteront les préjudices

L’Etat, dans le cadre de ses missions régaliennes doit assurer la sécurité à tous les sans considération de religion, de couleur et d’appartenance ethnique. Sans passer par les milices, IBK n’a-t-il pas demandé récemment aux Maliens via les antennes de l’ORTM de dénoncer les erreurs de son gouvernement ? Le voilà royalement servi.

 Boubacar Sidibé Junior  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. IBK connait très bien les erreurs de son Gouvernement, soit il ferme les yeux en laissant ses ministres faire ce qu’ils veulent, soit il (IBK) profite de ce désordre gouvernemental lié en partie à sa taille, trop de ministres à ne rien faire, seulement bénéficier des avantages liés à la fonction. C’est scandaleux.

  2. IBK connait très bien les erreurs de son Gouvernement, soit il ferme les yeux en laissant ses ministre faire ce qu’ils veulent, soit il (IBK) profite de ce désordre gouvernemental lié en partie à sa taille, trop de ministres à ne rien faire, seulement bénéficier des avantages liés à la fonction. C’est scandaleux.

  3. Les autres erreurs du gouvernement:
    la nomination du Gl Touré comme Gouverneur de Mopti, il n’a rien d’administrateur,
    Plutôt de considérer les djihadistes comme des maliens ennemis de la République on a préféré les considérer comme des peuhls: Amalgames,
    instrumentaliser les conflits des communautés à des fins politiques.

  4. Oui ATT fait des erreurs mais IBK a trahi le peuple malien en armant les uns contre les autres et des Lois contre sa religion donc voici les resultants.

  5. L’ex président ATT et son gouvernement sont incompétent pour diriger ce pays, ils faisaient beaucoup de erreur depuis en 2006 jusqu’au 2012 cette catastrophe nationale catastrophe .

    • TOURE S tu fais de la fuite en avant mais tu peux fuir mais tu nepeux pas te cacher, la verite a rattrape Boua IBK, il ne fait que des erreurs depuis 2013 et ne sais meme pas comment diriger le Mali, voice la verite d’Allah.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here