Installation du triumvirat pour le dialogue politique inclusif : IBK sur la voie du respect des engagements

1

Signé le 2 mai entre le gouvernement et les acteurs politiques, l’Accord politique de gouvernance prévoit la tenue d’un dialogue politique inclusif. Ce forum, considéré comme un chemin de sauvetage aux difficultés sécuritaire et politique qui ensanglantent le pays  est en passe de se tenir

En effet, pour l’accélérer,  le triumvirat (Pr Baba Akib Haidara, Ousmane Issoufi Maiga,  ancien premier ministre, Aminata Dramane Traoré, universitaire), nommés pour conduire le forum, ont été installés le mardi 25 juin, dans la salle de banquet de Koulouba par le président de la République IBK.  Ainsi, il les renvoie à leurs missions, qui consistent, entre autres, de trouver un consensus politique en vue de l’adoption d’une nouvelle Constitution et la tenue des législatives. C’était au cours d’une cérémonie solennelle, en présence des membres du gouvernement, des chefs des institutions de la République, des acteurs politiques, de la société civile, des religieux et notables,   des mouvements signataires de l’Accord issu du processus d’Alger. Les diplomates accrédités auprès de notre pays y étaient présents en grand nombre.

Deux discours ont marqué cette installation, après que l’hymne nationale a été entonnée.

Le premier est celui du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita. Très calme, confiant, visiblement en forme, habillé dans le style qui est le sien, avec des grosses lunettes et une belle coiffure, souriant par moment.

En face de ce beau monde, débout au pupitre, comme à son habitude, IBK  commence à rendre grâce à Dieu avant de saluer ses illustres hôtes.

« A l’instant, nous installerons les trois personnes sur lesquelles le choix qui me confèrent mes charges, s’est porté, pour conduire le dialogue politique inclusif ainsi que le processus subséquent de réformes institutionnelles. Une femme et deux hommes.

La femme, d’abord : une femme attachée au terroir, au territoire, à l’Afrique, dans un monde partageux où les uns ne sont pas des loups pour les autres. Une femme au verbe et clair et haut : Aminata Dramane Taroré. Merci chère sœur de nous avoir fait l’honneur d’accepter !

Maintenant les deux hommes, mes ainés respectables.

Baba Hakib Haidara, le médiateur de la République, militant infatigable, persuasif et loyal. Il vient à cette mission, fort de décennies d’expérience, dans la science de l’écoute, de l’interaction et de la synthèse.

Puis, Ousmane Issoufi Maiga, ancien Premier ministre, homme d’action porté sur le résultat, avec la poigne et l’autorité qui lui sont reconnues, mais également avec le respect qui lui est  témoigné, y compris par ses adversaires.

Baba Hakib Haidara et Ousmane Issoufi Maiga, merci également pour nous avoir fait l’honneur d’accepter ! », Voilà les premiers mots d’IBK pour présenter le triumvirat.

Il n’a pas manqué de faire la même chose pour l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra, président de la commission d’organisation dudit forum « dont le parcours pour le moins élogieux milite en tous points pour lui, là encore au bénéfice du pays tout entier. Vous êtes de ceux-là ! La nation vous a désignés ! Vous ne saurez-vous dérober ! Et je sais, vous ne vous dérobez point.

Ce ne sont pas seulement nos vœux qui vous accompagnent, c’est toute la nation malienne, avec toutes ses ressources sans exclusive aucune, qui vous porte et vous supporte ! »

A travers ce dialogue politique inclusif, il s’agira, selon IBK, de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté avec l’ensemble des acteurs, et de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. De façon détaillée la mission consistera à assurer l’inclusivité du dialogue politique avec l’ensemble des forces vives de la nation ; assurer l’adhésion  de l’ensemble des acteurs aux résolutions et conclusions du dialogue ; favoriser l’adhésion des acteurs aux réformes politiques et institutionnelles ;  assurer l’orientation du dialogue politique inclusif. S’y ajoutent : connaitre les attentes de toutes les forces vives de la nation ; contribuer à l’apaisement du climat social ;  trouver un consensus politique en vue de l’organisation des élections ;  s’entendre sur la loi fondamentale ; renforcer la confiance entre les institutions de la République et les populations et encadrer le dialogue politique inclusif.

Enfin, le président estime que les personnalités choisies ont le background souhaité et les aptitudes requises pour que l’exercice soit conduit dans les règles de l’art, dans la perspective SMART (soutenable, mesurable, applicable, réaliste et tangible.

Le second discours est celui du doyen Baba Hakib Haidara, selon lequel, « la singularité de la crise multiforme que connait notre pays depuis des années est connue de tous. Nul n’est besoin d’y revenir ».

« Les Maliens parlent ; ils se parlent ; mais s’entendent-ils ? S’ils s’entendent alors nous pouvons résorber nos aspérités psychologiques, nos scléroses partisanes, nos incohérences multiples. Nous pouvons nous épargner des agissements stériles qui défigurent le pays, affligent nos compatriotes, désolent nos voisins et nos amis, pour avancer dans le progrès et la modernisation de notre pays et nous retrouver dans ce qui fait que nous sommes et nous devons toujours rester,  c’est-à-dire, « Maliens Tout Court », digne fier de l’être », a expliqué le médiateur de la République. Selon lui, le dialogue politique inclusif sera dans l’intérêt de la stabilité nationale. Il se dit aussi  conscient de la complexité et de la délicatesse de la tâche et quelle ne sera pas facile.

« Mais avec l’honneur qui l’accompagne et le sentiment national qui habite chacun des participants,  aideront les uns et les autres à en supporter la charge,  avec les prières et les bénédictions sollicitées auprès de tous les hommes de bien dont Dieu à gratifiés notre   pays », a conclu le très sage Baba Hakib Haidara.

El Hadj Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. “Installation du triumvirat pour le dialogue politique inclusif : IBK sur la voie du respect des engagements”. FAUX! IL S’ETAIT ENGAGE A CONSULTE SOUMAILA POUR LE CHOIX DES MEMBRES DE CE TRIMVIRAT. ET AUSSI, ET LA MISE EN PLACE DU GOUVERNEMENT DE “MISSION”, ET LE DIALOGUE POLITIQUE NATIONALE INDIQUENT QU’IBK A ECHOUE. D’AILLEURS ACTUELLEMENT, C’EST LUI LE PROBLEME DU MALI.
    S’IL POUVAIT LAISSER LA PLACE A CE TRIMVIRAT POUR DIRIGER LE MALI, LE MALI S’EN SORTIRAIT MIEUX.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here