L’ADEMA PASJ fait le bilan de ses 10 ans de gestion du pouvoir : «La 3ème République a réussi à relever le défi de la paix au nord de notre pays, en cultivant le dialogue dans un cadre démocratique »

2

Le Mémorial Modibo Keïta de Bamako a abrité, le samedi 11 juin 2022, la commémoration du 30ème anniversaire de l’accession de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) au pouvoir, un 8 juin 1992 et le lancement du bilan de sa gestion au sommet de l’Etat, sous forme de livre illustré. Ce livre de 334 pages retrace les grandes réalisations effectuées par le régime de Alpha Oumar Konaré, ex-président de l’ADEMA PASJ, Président de la République du Mali de 1992 à 2002. « Dans son bilan, la 3ème République a réussi à relever le défi de la Paix au Nord de notre pays, en cultivant le dialogue, et la concertation dans un cadre démocratique. Il faut s’en féliciter et poursuivre l’œuvre de consolidation de cette paix », a souligné l’actuel secrétaire général de l’Adema Pasj, Yaya Sangaré, ancien ministre et ancien député.

Cette cérémonie de présentation de bilan de l’Adema Pasj était présidée par son président, Marimantia Diarra, en présence de Madera Diallo, chef de cabinet de Alpha Oumar Konaré ; du Pr. Ali N Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale du Mali ; des cadres ; militants et sympathisants de l’Adema-PASJ ; des responsables des autres partis politiques. « Nous avons souhaité que ces deux événements soient des moments de partage, populaires, festifs et rassembleurs autour de ce livre-bilan, afin de rappeler leur importance en cette période de tentatives de réécriture, de falsification et de confiscation de notre histoire récente. Mieux vaut tard que jamais.

Le bilan est enfin là, 20 ans après la fin des deux quinquennats présidentiels, à nous confier par le peuple souverain du Mali, dans les conditions les meilleurs », a souligné Yaya Sangaré, secrétaire général du parti Adema-Pasj. Avant d’ajouter que l’ouvrage compte 334 pages réparties entre cinq chapitres avec plus d’une soixantaine de secteurs d’activités développés. Selon lui, sur le plan de l’Education, le nombre d’écoles de l’Enseignement Fondamental qui était de 1943 (en 1992) est passé à 7 831 (en 2002), dont 6 858 écoles du 1er cycle, 606 du 2ème cycle et 367 écoles à cycle complet.

A l’en croire, le secteur agricole n’a pas été oublié par les autorités issues des élections de 1992 et 1997. Il a fait savoir que des efforts ont été faits dans le domaine de la santé, de la diplomatie, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail des Forces Armées et de Sécurité etc. « Dans son bilan, la 3ème République a réussi à relever le défi de la Paix au Nord de notre pays, en cultivant le dialogue, et la concertation dans un cadre démocratique. Il faut s’en féliciter et poursuivre l’œuvre de consolidation de cette paix.

L’organisation de la Flamme de la paix à Tombouctou, pour conforter la paix retrouvée, aura fortement contribué à la résolution du problème du Nord de notre pays. Comme quoi, seul un pouvoir démocratique peut réussir à ramener la paix dans notre pays. Ce que beaucoup d’analyses présentaient comme un irrédentisme nomade, à l’époque, a trouvé une solution démocratique concertée pour que soit préservé et conforté le Mali Un, mais Pluriel. Cela est à l’actif de l’Adéma-PASJ. Il est bon de préciser ici que la “Flamme de la Paix” n’a jamais été orientée contre les armes de notre Armée nationale, elle a plutôt concernée les armes récupérées et beaucoup plus d’armes obsolètes », a indiqué Yaya Sangaré. Pour lui, la publication du présent ouvrage a pour but de rendre compte de ce que l’Adema-PASJ a pu réaliser pour le Mali et les Maliens, d’édifier l’opinion publique et internationale et de prendre date pour l’histoire.

Ce bilan de l’Adéma-PASJ, assez décortiqué dans ce livre, comme toute œuvre humaine, n’est certainement pas parfait. Toutefois, dit-il, il aura permis de poser les bases solides de la Démocratie au Mali. « Au- delà du seul Parti, l’Adéma-PASJ, tout le mérite de ce bilan revient à tous les hommes et à toutes les femmes qui ont servi le Mali, contribuant ainsi à la mise en œuvre du Programme de Société de notre parti, sous le leadership dynamique et proactif du Premier Président démocratiquement élu de la 3ème République, le camarade Alpha Oumar KONARE. Nul n’ignore l’héritage catastrophique laissé par le régime CMLN-UDPM du Général Moussa TRAORE. Vous comprendrez aisément que l’Adéma-PASJ n’a jamais renoncé, malgré les contingences, à partager, à rassembler et à construire ensemble pour le bien-être des Maliens », a-t-il conclu.

Pour sa part, le président de l’Adema Pasj, Marimantia Diarra, a souhaité que ce livre (disponible au siège de l’Adema à 11 000 FCFA) puisse donner une idée aux jeunes de savoir ce qui a été fait durant la gestion de l’Adema au pouvoir. Tous les autres intervenants comme Adama Samassékou, Moustaphe Dicko, Makan Moussa Sissoko, Modibo Sidibé de Fare An Ka Wuli mis l’accent sur les différentes réalisations effectuées entre 1992 et 2002. La cérémonie a pris fin par la dédicace du livre par Marimantia Diarra.

Aguibou Sogodogo

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Merci Coulibaly ke tu as tout dit, moi je ne savais pas qu’au Mali il ya des gens qui sont eduques par leur famille pour mentir et etre sans honneur, sans dignite et sans vertu. Mais je les decouvre ces tres pietres Maliens a travers l’ADEMA et son fils le RPM et ses amis le PARENA, ASMA de SMB et le parti de Tieman Hubert.

  2. ADEMA-PASJ, si elle est consciente doit demander pardon au peuple malien comme exactement le cas de l’armée lors de la conférence nationale de 1992, cette institution de l’époque à pris son courage à deux mains pour demander pardon au peuple dans un grand discours d colonel NIARE; voici des hommes qui ont reconnus leurs erreurs dans la mauvaise gestion des structures du pays sous le régime de Moussa TRAORE de 1968 à 1991.
    Toutes les bêtises actuelles de l’administration publique sont dues aux grands commis de l’ADEMA et qui refusent de reconnaitre leurs parts dans la décrépitude totales de l’état actuel du Mali. Nous les regardons aujourd’hui comme des diables et des Satan car ils ne se reprochent rien, quelle ignominie? Quelle honte? Quelle indignité? Nous sommes avec quels types de personnes?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here