Nouhoum Tapily, lors de la prestation de serment d’IBK : «Un des défis majeurs de ce second mandat, demeure la restauration de l’autorité de l’Etat»

4

Après avoir installé le président réélu dans ses fonctions,  le président de la Cour Suprême, Nouhoum Tapily  a égrené quelques défis qui l’attendent.  Des défis qui ont pour nom : la  préservation de l’indépendance et de la souveraineté  du Mali, la résolution de la crise sécuritaire, la restauration et la consolidation de l’Etat de droit, la construction d’une vraie justice indépendante. Aussi, il a appelé tous les Maliens à l’union, à se donner la main afin de sauver  le patrimoine commun : le Mali. Extrait de son intervention.

«Excellence Monsieur le président de la République, je ne doute point que vous entendiez, avec l’aide de toutes les Maliennes et tous les Maliens en votre qualité de président de la République, vous  acquitter de ce devoir sacré que vous impose la Constitution à savoir, veiller au respect de notre Loi fondamentale,   à  la préservation de l’indépendance, de la souveraineté, de la sécurité  et de l’unité nationale.

La crise sécuritaire que traverse notre pays a fortement ébranlé la cohésion sociale. Les défis restent nombreux et variés. Il vous faut agir sur tous les  segments de notre société  pour construire la paix, restaurer la cohésion sociale et promouvoir le développement.

Un des défis demeure la restauration de l’autorité de l’Etat à travers la présence effective des pouvoirs publics et tous les services sociaux de base sur toute l’étendue du territoire. L’atteinte d’un  tel objectif commande la compréhension et l’engagement civique  de tous nos compatriotes,  sans exclusive.   À cette fin, l’esprit de dialogue qui vous anime, doit  se poursuivre avec toutes les composantes de la nation.

La consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie qui est une quête permanente des sociétés modernes, me semble aussi un défi majeur sur lequel, l’accent doit être mis au cours de ce quinquennat.

La justice, pilier essentiel de l’Etat de droit, est aussi en construction. Elle est le reflet de la société qui l’engendre. Elle a besoin d’être rassurée, modernisée et sécurisée. Elle doit requérir la plus grande attention de tous nos concitoyens et des plus haute autorités, particulièrement de vous-mêmes, Excellence  monsieur le président de la République. Bien que négativement impactée par la crise sécuritaire, l’institution judiciaire jouera néanmoins, toute sa partition  dans l’exaltante œuvre de construction nationale.

La volonté inébranlable du peuple malien et le concours des pays amis et de la communauté internationale nous ont permis de surmonter de nombreuses difficultés. Nous devons travailler à consolider nos acquis et à persévérer dans l’effort. C’est cet esprit qui doit nous inspirer chaque instant. L’œuvre de construction nationale devra  être collective et c’est à cette seule condition que notre pays avancera vers le progrès, le mieux vivre, le mieux-être, bref, le bonheur. Chaque malien et chaque malienne  devra s’y engager dans le respect de nos valeurs communes partagées et  de celui de l’Etat de droit. Nous devons avoir confiance à notre capacité de transcender nos difficultés afin de nous projeter vers l’avenir. La consolidation de la paix est aujourd’hui l’immense tâche à laquelle chaque acteur doit se dédier.  J’en appelle à l’esprit patriotique  au sens de l’honneur et à la capacité mémorielle de tous les Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur,  du nord comme le sud, en passant par le centre, de l’est comme de  l’ouest, y compris nos honorables hôtes  afin que le démon de la division, de la stigmatisation  et de  l’intolérance ne vienne ternir  la glorieuse et pluriséculaire renommée  de notre territoire commun,  de notre pays et de notre peuple. Souvenons-nous  de ce que furent nos ancêtres, de ce qu’ils furent,   pour mieux consolider notre présent pour bâtir un  avenir dans une  communauté de destin…».

Le président de la Cour Suprême a conclu en demandant au président réélu de conduire, au cours de ce mandat, le Mali  vers la paix la  stabilité sociale, la concorde entre tous ses fils et toutes ses filles, la prospérité et tout simplement le bonheur des Maliens.

Source : Le Serment Du Mali

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Monsieur Tapily,
    Quand une cour constitutionnelle et une cour suprême ont à leur sommet des individus qui ont perdu tout sens de la dignité en s’abaissant plus bas que terre, alors, l’autorité devient un vain mot.
    L’histoire contemporaine de ce pays retiendra que des irresponsables sans foi ni loi ont dévoyé les fondements de notre jeune démocratie.
    Une démocratie pour laquelle des hommes et des femmes, pour la plupart des jeunes, ont perdu la vie en se mettant debout contre une dictature.

    Par votre bassesse, vous avez rabaissé la tête de notre pays.
    Vous avez fait de notre démocratie une démocratie imbécile aux yeux du monde.
    Vous avez sali la mémoire des martyrs.
    Vous avez humilié notre pays par votre comportement indigne.
    C’est en réference à des incapables comme vous et vos semblables que des pays Africains ont été qualifiés de pays de merde par le Président Américain.
    On Ira pisser sur vos Tombes.
    Espèce de Chacal.

  2. Un etat dirige par des voyous ne peut pas avoir d’autorite. IBK n’a pas pui avoir d’autorite quand il avait la legitimite ce n’est pas maintenant qu’il va l’avoir

  3. “La préservation de l’indépendance et de la souveraineté du Mali, la résolution de la crise sécuritaire, la restauration et la consolidation de l’Etat de droit, la construction d’une vraie justice indépendante. Aussi, il a appelé tous les Maliens à l’union, à se donner la main afin de sauver le patrimoine commun : le Mali” Mais Nouhoum pendant les 5 annees passees ceux-ci etaient les memes defis et Boua a lamentablement echoue dans tous ces domaines, alors il faut reinventer Boua ou le recreer sinon Boua est Boua et a 73 ans il ne faut pas lui demander de changer, car il ne peut pas!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here