Parena : Le parti entend signer son retour en force

0

Dans plusieurs localités du pays, le Parti pour la Renaissance nationale (Parena) a marqué sa présence, en présentant 27 candidats dont 7 femmes et 4 dirigeants nationaux.

Le Parena engage la bataille électorale avec 8 candidats sur liste propre Parena et 19 candidats sur listes d’alliance. Les 4 candidats membres du Comité directeur croisent le fer avec les listes adverses à Kita, Kadiolo et en Commune III et la bataille promet d’être rude. Il s’agira pour le parti du bélier d’aller à la reconquête du titre dans la localité de Kita, de défendre le titre à Kadiolo et de faire élire une dame de fer en commune III, la figure emblématique des amazones. Le Parena se lance dans la compétition électorale dans six régions et le district de Bamako. Ainsi le parti du bélier entend faire élire 6 députés dans la région de Kayes, 5 députés dans la région de Koulikoro, 2 députés dans la région de Sikasso, 8 dans la région de Ségou, 3 dans la région de Mopti, 1 dans la région de

Tombouctou. Dans le district de Bamako, le parti aligne 1 candidat en Commune III et 1 candidat en Commune IV. Avec 27 candidats en lice, pour les élections législatives de 2020, le Parti du bélier blanc, créé par Tiebilé Dramé, actuel ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et ses camarades en 1995, entend signer son retour en force à l’Assemblée nationale pour acter la démocratie représentative. Lors des élections législatives de 2013, le Parena a élu 3 députés, sur lesquels deux lui ont faussé compagnie en démissionnant pour rejoindre d’autres partis. Mais la réalité politique à ce jour au regard des listes d’alliance, nous montre à suffisance, que le nomadisme politique n’a aucun fondement idéologique, et e sont guidés que par les intérêts du moment.

  1. Daou

————————————

Yelema aligne 52 candidats

Moussa Mara montre l’exemple en se présentant en Commune IV

Le parti Yelema de l’ancien Premier ministre Moussa Mara aligne 52 candidats sur le starting block. Ils sont repartis sur le territoire national en liste propre certains, seuls ou en alliance pour d’autres. Le parti Yéléma compte d’abord sur ses propres forces, en alignant une vingtaine de candidats en liste propre du parti dans les localités de Bafoulabé, Kangaba, Yanfolila, Kolondieba, Djenne, Gao, Niafunke et Abeibara, ainsi que dans les communes III, IV et V du district de Bamako. Estimant que l’union fait la force, le parti de Moussa Mara a tissé des alliances électorales se matérialisant par des listes d’alliance. Ainsi 32 candidats des couleurs du changement (Yelema) batailleront au coude à coude avec des candidats d’autres partis politiques, qui partagent une convergence de vue dans les localités de Kayes, Yelimane, Nioro, Diema, Kenieba, les communes I, II et VI de Bamako, Kati, Kolokani, Sikasso, Koutiala, Segou, Bla, Niono, Baroueli, Mopti, Bankass, Koro et Bandiagara. Le parti réalise ainsi un maillage du territoire national en présentant 52 candidats dans une trentaine de localités du Mali.

Plusieurs membres de la direction du parti sont candidats à l’instar du président Moussa Mara, expert comptable de son état, ancien Premier ministre et plusieurs fois candidats à l’élection présidentielle au Mali. En plus de Moussa Mara, le premier candidat du parti, qui croise le fer avec ses adversaires politiques en commune IV, d’autres membres de la direction du parti mèneront un combat sans merci dans les plusieurs localités du pays : Kenieba, Bafoulabe, Kolokani, Kangaba, Kolondieba, Sikasso, Koutiala, Niono, Djenne, Bankass, ainsi que dans les communes I, III, V et VI du district de Bamako.

Ainsi le parti Yéléma aligne 8 candidats à Kayes, 4 à Koulikoro, 8 à Sikasso, 9 à Ségou, 7 à Mopti, 2 à Tombouctou, 3 à Gao, 1 à Kidal et 10 à Bamako, soit au total, exactement 52 candidats.

Selon son premier responsable, Moussa Mara, « le parti YELEMA est le plus fort à Bamako, car il est né dans cette ville, mais il a des ambitions dans chacune des régions, y compris à Kidal ».

Lors des dernières élections législatives, en décembre 2013, le parti a élu un seul député, malheureusement décédé en cours de mandat. Il s’agit de l’honorable feu Sidi FOMBA (paix à son âme). En revanche, le parti a accueilli l’honorable Bafotogui DIALLO, élu en commune VI, démissionnaire du RPM, en cours de mandat. Il est le candidat du parti en commune VI de Bamako, où il a été élu en 2013.

B. Daou

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here