Parti FARE : « Nous invitions le gouvernement d’organiser une large concertation nationale sur les maux actuel de la nation » dit-il, Modibo Sidibé

3
Modibo Sidibé

Le Parti FARE An Ka Wuli (Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Émergence) a organisé à son siège le mercredi dernier, une conférence de presse. Animée par son Président, Modibo Sidibé en présence des militants et membres du bureau politique national ainsi qu’une cinquantaine de journalistes. Le but était d’échanger avec les hommes de media sur l’ensemble du bilan de l’année écoulée, des défis actuels et futurs ainsi que les perspectives pour le pays de cette nouvelle année 2016.

Dans son propos liminaire le Président du parti des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE An La Wuli), Modibo Sidibé a rappelé de la tenue de la première convention nationale de son parti. Selon lui, cela a permis aux délégués venus de l’ensemble des sections de l’intérieur et de l’extérieur du pays de faire un examen critique de l’état du parti, de prendre d’importantes résolutions et d’adresser également des motions pertinentes en conformité avec le contexte et les défis du moment.

Au sujet du bilan de l’année écoulée, Modibo Sidibé dira que l’année 2015 fut assez éprouvante pour notre pays en bien de domaines. « Des questions lancinantes et plus que préoccupantes de gouvernance, notamment l’absence de vision et de cap de la part de ceux qui ont en charge actuellement la gestion des affaires publiques sont évidentes » a souligné M. Sidibé. À titre d’exemple le Président du parti d’émergence énuméra entre autre les reports des élections communales et régionales ; la charte de la vie ; la décadence constante des conditions de vie des populations et les scandales de tout ordre.

Parlant de l’insécurité le Président Sidibé a laissé entendre que le Mali a payé un prix fort notamment des attaques terroristes sur toute l’entendue du territoire. Il chiffrera plus 200 attaques terroristes qui sont ce sont découlés à ôter la vie à 300 personnes humaines. Pour lui, ces faits ternissent l’image et la notoriété du pays. Il souhaitera que les idéologies imprimées dans le projet de l’initiative Riz soit solides pour donner une performance dans le domaine de l’agriculture.

Le Président du parti FARE, invite le gouvernement a organiser une large concertation nationale sur les grands maux qui minent actuellement la vie de la nation notamment l’accord issu du processus d’Alger. « Les défis sont certes nombreux mais pour nous, tous les défis sont liés à la problématique de la gouvernance dans notre pays » a-t-il souligné. La qualité de cette gouvernance, dit-il, nous conduira inéluctablement à créer les conditions requises pour une paix définitive et durable dans un environnement stable et apaisé.

« J’indiquais que l’adage populaire dit que le bateau Mali peut tanguer, mais qu’il ne sombre pas. Oui, si le pilote tient la barre d’une main ferme. Oui, s’il est averti du danger et qu’il a les compétences pour l’éviter. Oui, s’il sait que face à la tempête, les grands mots ne suffisent pas. Oui surtout, si l’équipage est réuni, debout, confiant, prêt à l’effort. L’équipage, c’est toi, Peuple du Mali » a-t-il conclu.

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Toure S, vraiment le ridicule ne tue pas!!!! Est ce que Modibo doit encore parler au nom du Mali?

  2. On ne sait plus qui est bon, par ce qu’on vu tout le monde en son temps. On vient d’être dribblé par le vieux IBK qui a été blanchi comme niège par les maliens, hors depuis l’arrivée de la démocratie il est dans toute les équipes qui ont dirigée cet pays mais résultat moins l’infini. Van on a peur de vous tous merci.

  3. MODIBO SIDIBE si je suis à ta place je me cacherai le caméra d’ ortm ou la presse malienne je crois que cet homme a oublié qu’il était le premier ministre du MALI 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.