Pour la violation et l’agression de son siège : Le Comité exécutif de l’ADP-Maliba portera plainte contre le gouvernement

1
Le Comité exécutif de l’ADP-Maliba
Aliou Diallo

Le Comité exécutif de l’ADP-Maliba compte porter plainte contre l’Etat du Mali pour violation et dégâts de son siège le samedi 2 juin 2018, lors de la répression sauvage de la marche à l’appel de la coalition pour l’alternance et le changement, des partis politiques et des organisations de la société civile. L’annonce de cette décision a été faite par les responsables du parti et des membres de la coalition qui soutiennent la candidature de Aliou Diallo, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le dimanche 3 juin 2018, au siège du parti.

S’adressant aux hommes de medias, l’honorable Amadou Thiam a fait savoir que beaucoup d’entre eux ont été témoin oculaire de l’agression de la violation du siège de l’ADP-Maliba. Selon lui, l’avenue du siège n’étant pas situé sur l’itinéraire de la marche, on ne peut pas parler de  répression. « Nous avons été ciblés. Ils sont  venus dans cette rue et à la porte du parti, et nous ont gazés, ils ne se sont pas limités à cela, ils ont gazé les gens dans la cour du siège du parti. C’est une propriété privée, ce n’est pas un espace public. Donc, ils ont violé le siège de l’ADP-Maliba », a-t-il déclaré.

Au dire de l’élu de l’ADP-Maliba, bien avant que cette situation ne commence, ils étaient (des députés, des maires et des chefs de parti, avec les couleurs de la République) dans la dynamique de raisonner les forces de l’ordre. Selon lui, cette attitude du gouvernement du Mali a même surpris la communauté internationale, d’où la réaction du secrétaire général des Nations Unies. « Nous avons les constats d’huissiers et le comité exécutif du parti a décidé de porter plainte contre le gouvernement pour tous les dégâts moraux et matériels », a-t-il précisé. Il a lancé un vibrant appel à tout le monde de se retrouver à la place de la liberté le vendredi 8 juin, pour exercer leur droit de manifester et de protéger encore une fois la liberté d’opinion et d’expression.

Ousmane Baba Dramé

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le Mali,! Le Mali! Le Mali! un pays bizarre et très bizarre, quand IBK se déplace pour sa campagne, à Ségou, Sikasso, et autres localités, il n’y a pas état d’urgence pour lui et ses hommes, mais quand l’opposition organise une marche pacifique, IBK est ses hommes parlent d’état d’urgence, on est dans quelle République? C’est dommage et très dommage de voir que les citoyens n’ont pas les mêmes droits dans ce pays, cela s’appelle injustice et favoritisme. Et c’est ceux-là qui tuent ce pays et désoriente nos enfants et détruisent la postérité de notre très cher Mali. Il est temps et grand temps que nos faux politiciens du genre IBK et ses hommes sachent et chaque bêtise a une fin et ces injustices et favoritismes sont entrain d’atteindre leurs fins sans équivoque. Quel comportement éhonté de la part de ces hommes d’IBK et IBK lui-même? Quelle ignominie de la part de ces maliens qui se croient supérieurs aux autres maliens? Nous sommes sidérés par leurs agissements inconscients et insouciants. Prenez conscience de vos agissements avant le carnage, nous sommes aujourd’hui les vrais avatars du mandé qui était caractérisé par la bravoure, la dignité, la dextérité, la gloire, la témérité, le partage, l’altruisme, la compassion face aux autres, et la pitié face aux autres se trouvant dans des conditions difficiles. Si ces vertus ne sont observées d’ici quelques années nous tomberons dans une situation irréversible atteignant la phase de la Somalie actuelle, car il y a encore quelques grands hommes totalement ignorés en se focalisant sur les joueurs de cinémas et de fourberies. IBK et ses hommes nous rappelle les “animaux malades de la peste de Jean de la Fontaine du 18ième siècle” où les mangeurs d’hommes sont fortement défendus et considérés comme les faiseurs de biens et les autres animaux inoffensifs sont traités comme les faiseurs du mal. IBK et ses hommes sont atteints de schizophrénie, pour les mettre sur le chemin de la vérité, il faudrait une grande partie de violence.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here