Section I Rpm de Kati : L’honorable Diarrassouba met à nu la fuite en avant des agitateurs

0

Depuis l’accession du Rassemblement pour le Mali (RPM) au pouvoir, des agitateurs tentent de mettre à mal la cohésion du parti. C’est le cas dans la section I RPM de Kati. Une situation que les responsables dudit parti ne tolèrent pas.

A l’image de certaines sections du RPM, des membres de la section I de Kati tentent de semer le désordre en foulant aux pieds les textes du parti. En violation flagrante des statuts et règlement, Aboubacar Sidiki N’Diaye a cru bon de renouveler ladite section. Mais, c’était sans savoir que de tels comportements ne sont pas tolérés par les membres du bureau politique national de son parti, décidés à restaurer la cohésion au sein de toutes les  sections. Se sentant dos au mur suite à sa déloyauté, M. N’Diaye s’engage dans une fuite en avant. Versé dans une campagne de dénigrement médiatique, il insinue que le secrétaire général reconnu par le BPN, Makan Koné, bénéficie du soutien de l’honorable Mamadou Diarrassouba.  Approché par nos soins, le député élu à Dioïla se dit serein et réaffirme son engagement à faire échec à tout projet tendant à violer les textes du RPM. Dans son explication, Diarrassouba dénonce la fuite en avant des agitateurs. Car, ajoute-t-il, le RPM est un parti qui n’admet pas le laisser- aller.

Parlant du cas précis de Kati I, Mamadou Diarrassouba précise que pour le renouvellement  d’une section, les textes du parti prévoient la supervision de l’évènement par des membres du bureau politique national.  Conformément à cette disposition, affirme notre interlocuteur, la section a été renouvelée. Et il ne saurait être question de mettre en place une autre section. On ne sait pas pour quelle raison, dit-il, Aboubacar Sidi N’Diaye fait fi de   cette règle. En l’absence totale des membres du bureau politique national, il a illégalement regroupé certains militants du parti pour mettre en place quelque chose qu’il appelle une section. Au regard des conséquences que cette situation peut engendrer, indique le député, le BPN a immédiatement rappelé le sieur N’Diaye à l’ordre. Le Bureau politique national  lui a adressé une correspondance pour lui notifier qu’il ne reconnaît pas son bureau. Car la section  a été déjà renouvelée sous la supervision du BPN. C’est à la suite de cette décision du BPN que M. N’Diaye  fait cette fuite en avant.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER