Sécurisation des institutions de la République : Vers la mise en place d’une unité d’élite de 1200 éléments issus des rangs de la police et de la gendarmerie

0

Dans un communiqué du gouvernement émanant du ministère de la communication, des postes et des nouvelles technologies, rendu public le lundi 9 juillet, il est question de la création très prochaine d’un  corps d’élite indépendant de 1 200 éléments, chargés d’assurer la protection des Institutions de la République. Ces éléments seront issus de la gendarmerie et de la police. Ce qui, de nous tromper, va sonner à coup sûr la fin du 33ème Régiment des commandos parachutistes (RCP) de Djicoroni. C’est dire donc que le bras de fer entre les ex-putschistes de Kati et ce régiment est loin de connaitre son épilogue. Les bérets rouges ayant récemment affiché un niet catégorique à toute dissolution de leur corps.

En effet,  la création de ce corps d’élite,  faut-il le rappeler, vient pour combler le vide laissé par le régiment para. Un corps d’élite qui était chargé de la sécurité du président de la République et des personnalités en déplacement au Mali.

Le CNRDRE a annoncé, à coup de publicité, sa dissolution pure et simple   après le coup de force   manqué des 30 avril et 1er mai dernier.

La création de ce corps d’élite indépendant de 1 200 personnes n’est ni plus ni moins qu’un coup de grace asséné au  régiment de Djicoroni Para. C’est le signe évident de sa disparition pour répondre à la volonté du patron des ex-putschistes, le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Ce dernier avait vertement déclaré, lors d’une de ses sorties fracassantes: “Il n’y aura plus de super homme au sein de l’armée“. Comme si appartenir au régiment des parachutistes était synonyme de discrimination.

Au Gouvernement Cheick Modibo Diarra, on se plait à dire que la création de cette unité répondrait au vœu légitime exprimé par les dirigeants de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en vue d’une meilleure protection des autorités de la transition.

Ces forces spéciales seront placées sous l’autorité directe du Premier ministre et vont assurer la sécurité du Chef de l’Etat, du Premier ministre, du Président de l’Assemblée Nationale et des Présidents des Institutions de la République.

Les membres de cette unité seront issus de la dernière promotion de l’Ecole de la  gendarmerie nationale et de l’Ecole de police dont la cérémonie de baptême a eu lieu le 5 juillet 2012.

En accord avec le Président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra, au cours de ses déplacements à l’étranger, a sollicité les pays amis du Mali pour parfaire la formation de ce corps d’élite et renforcer son équipement matériel et logistique. Les premiers engagements dans ce sens sont positifs et le Gouvernement espère voir leur mise en œuvre dans les meilleurs délais” conclut le communiqué.  A la lecture de ce texte deux interrogations  méritent d’être posées.

Que vont devenir les éléments du régiment para déjà formés pour la sécurité des institutions ? Combien  de temps faudra t-il à cette unité pour parfaire sa formation quand on sait qu’il ne reste plus que neuf petits mois pour le reste de la transition fixée à douze mois?                              

   Kassoum THERA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER