Mali : L’indifférence des autorités à l’endroit des journalistes de la presse privée

Au Mali, nous assistons en  longueur de temps à une totale négligence de nos autorités vis-à-vis des médias, surtout lorsqu’elle fait  des reportages afin de recueillir les informations utiles pour éclairer la lanterne de la population qui a en tant besoin.

0
journaux

Au moment où les autres pays traitent leurs journalistes comme des “Rois” en les accordant toutes les considérations et privilèges dignes de leur rang en tant que “4ème Pouvoir”; par contre dans notre pays, le travail des journalistes de la presse privée est délibérément négligé par nos autorités. Celles-ci du moins, n’accordent aucune importance à l’activité journalistique, véritable outil l’information de la société. Pour illustrer cet état de fait, l’exemple de l’accueil des Aiglonnets à l’aéroport de Bamako-Sénou, reste un cas d’école. Les Journalistes de la presse privée ont été totalement négligés par les organisateurs de cette cérémonie.
Ils ont par ailleurs, été traités comme des “Moins que rien”. Les  journalistes de la presse écrite privée, fustigent ces comportements et les logent(classent) au moyen-âge(temps barbares). Cependant, nos confrères de l’ORTM étaient mis dans les conditions idoines pour bien faire leur travail. Ils ne cessaient pas de nous narguer comme pour nous magnifier que ce sont eux qui sont les vrais professionnels du métier.
Il est porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que la presse écrite privée a été interdite à l’accès du Tarmac et de la loge officielle, facteurs limitant sa prestation, alors que nos confrères de l’ORTM étaient logés dans le salon d’Honneur avec les officiels. A l’ère où nous sommes, il est inconcevable de voir nos autorités créer une différence dans le traitement des médias d’Etat et ceux de la presse privée.
Au regard de l’âge de notre jeune démocratie, la presse écrite privée mérite respect et considération par les Hautes autorités du pays.
 Mama Harber Touré

PARTAGER