CHU Gabriel Touré : Une grève de 72 heures a débuté hier

1

La grève de 72heures puis de 96 heures des deux syndicats du CHU Gabriel Touré a débuté, hier, lundi 13 décembre 2021. Les raisons de cette grève sont : le renforcement des mesures de sécurité et de motivation du personnel ; le paiement intégral des arriérés d’émoluments du personnel bi-appartenant ; et le remboursement intégral des primes de fonctions spéciales prélevées illégalement des salaires de certains puis l’augmentation de ces primes etc., selon les responsables des syndicats grévistes.

Le préavis a été déposé le lundi 29 novembre 2021 sur la table du nouveau gouvernement dirigé par Dr. Choguel Kokalla Maïga et contient 13 points, à savoir : le paiement intégral et sans délai des arriérés d’émoluments du personnel ; le remboursement intégral et sans délai des primes de fonctions spéciales prélevés sur les salaires du personnel Bi-appartenant ; le payement intégral et sans délai à l’INPS des arriérés de reversement de quote-part de (l’AMO des allocations familiales) pour le personnel contractuel ; la nomination d’un régisseur de recette au niveau du bureau des entrées dont le poste est vacant depuis bientôt un an ; l’assainissement et l’aménagement de la devanture et des alentours immédiats de l’hôpital afin de rendre fluide la circulation et l’accès facile aux patients ; l’aménagement des systèmes d’évacuation des eaux usées et d’écoulement afin de renforcer l’hygiène dans la cour ; déganter la réhabilitation des blocs opératoires des urgences chirurgicales ainsi que celui du service ORL ; l’amélioration des conditions de garde du personnel, notamment au niveau des salles de garde et de la restauration ; la réorganisation du fonctionnement des guichets de « l’espace AMO » pour faciliter la prise en charge des agents socio-sanitaires ; rendre effective la prise en charge gratuite des soins médicaux et du médicament pour le personnel socio-sanitaire assujetti à l’AMO conformément aux engagements ; parachever le processus d’intégration dans la fonction publique de l’Etat du personnel contractuel payé sur ressources propres dont le processus a commencé tout en tenant compte de la situation administrative actualisée des agents à intégrer et en régularisant celle de ceux déjà intégrés ; l’exécution, en vue de leur extinction définitive, des différents protocoles d’accord entre le département de la santé et le comité syndical du CHU Gabriel Touré.

Signalons que deux comités syndicaux, à savoir les comités du syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion des femmes (SNS-AS-PF) et le syndicat des professionnels en science de la santé (SYPROSSMA) se sont désolidarisés et leurs responsables ont signalé qu’ils ne partagent pas les revendications des syndicats grévistes.

Moussa Samba Diallo

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. LA SUISSE AUTORISE L’UTILISATION DE CAPSULES DE SUICIDE….!!!

    LA CULTURE DE LA MORT EN MARCHE….!!!

    A l’aide des Sarco-Pods, les personnes souffrant de troubles psychiques pourront à l’avenir se suicider de manière autonome, sans l’avis d’un médecin ou d’un psychothérapeute.

    La Suisse a récemment autorisé l’utilisation d’une machine à suicide. Une expertise correspondante a confirmé que celle-ci pouvait être utilisée légalement en Suisse.

    Le Sarco-Pod d’Exit International est une grande capsule qui se ferme hermétiquement. La personne qui souhaite mourir répond d’abord à une série de questions qui visent à garantir que la personne est capable de donner un consentement éclairé. Si elle réussit ce test, elle reçoit un code d’accès et peut monter à bord de la capsule. La capsule se ferme et la personne peut alors actionner un levier qui déclenche une inondation d’azote. L’azote chasse l’oxygène dans la capsule, la personne s’assoupit alors sans douleur en à peine 30 secondes et meurt ensuite par manque d’oxygène.

    En Suisse, le suicide assisté est légal. Chaque année, environ 1.300 personnes se suicident. Avec l’introduction des Sarco-Pods, ce nombre pourrait augmenter de manière flagrante, car les personnes souffrant de troubles psychiques pourront à l’avenir se suicider de manière autonome, même sans expertise médicale ou psychothérapeutique.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here