08 Mars : le Réseau des femmes en Éducation et Culture commémore l’évènement

0

Le Réseau des Enseignants Syndicalistes d’Afrique de l’Ouest (RESAO) affilié au Syndicat national de l’Education et de la Culture (SNEC) a dans le cadre de la célébration de la journée internationale des droits des femmes,  organisé une conférence débat sur le thème « Leadership féminin, pour plus d’égalité au Mali dans le contexte de la Covid-19 ». C’était  le lundi 8 mars à la Bourse du Travail sous l’égide de Moustapha Guitteye, secrétaire général du SNEC accompagné pour l’occasion par la présidente du Réseau des femmes en Éducation et Culture, Diarraha Traoré.
La journée du 8 mars est une journée marquée par de nombreux évènements et manifestations à travers le monde organisés par des mouvements et différents réseaux des femmes pour fêter les victoires et les acquis en matière des droits, mais aussi pour faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes. « Ce n’est pas une journée de pagne ou de balafon mais plutôt une journée de prise de conscience pour un développement meilleur dans une société », a rappelé Diarrah Traoré, présidente du Réseau des femmes en Éducation et Culture.
Selon Diarrah Traoré, cette journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’actualité avec le thème « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». Un thème déjà abordé par les femmes du Syndicat national de l’Education et de la Culture (SNEC) depuis 2011, même si la pandémie de la Covid-19 est venue s’y ajouter.
C’est le lieu pour elle de rendre grâce au SNEC qui leur a permis de hisser les femmes à un niveau où elles doivent se battre pour obtenir une participation pleine et effective des femmes à la prise de décision dans la sphère publique, l’autonomisation des femmes et ou à l’égalité des sexes. Toute chose,  que les femmes du SNEC grâce à leur grande organisation de Réseau des Enseignants Syndicalistes d’Afrique de l’Ouest (RESAO).
Pour sa part, le secrétaire général du Syndicat national de l’Education et de la Culture (SNEC), Moustapha Guitteye, a indiqué que la journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une actualité brûlante. Car, dit-il, tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, « nous aurons besoin de la célébrer ».  Pour terminer, le secrétaire général du SNEC a invité les hommes à ne pas confondre la journée du 8 mars à celle de la Saint Valentin. « Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes », a-t-il rappelé.
Avant lui, le secrétaire général de l’Union nationale des travaillers du Mali (UNTM) avait invité les femmes à se battre pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes. « Ce n’est pas facile. C’est un combat de tous les jours “, a-t-il affirmé.
Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here