Cohésion sociale : Ibrahima Diawara s’engage à apporter sa touche

0

Mes chers amis

J’ai 49 ans aujourd’hui.

Et oui, 49 ans sous la grâce et la protection de Dieu, le miséricordieux et l’omnipotent qui a tracé ma voie depuis les premières secondes de ma vie.

J’ai déblayé cette voie centimètre par centimètre, mètre par mètre et kilomètre par kilomètre avec l’aide des parents, des amis et proches que le destin a mis sur mon chemin. Ce chemin, à l’âge de 18 ans m’a amené en Asie du Sud-Ouest, loin de mon pays et de mon continent pour me former et me forger.

Avec mon caractère trempé dans du fer en Asie, j’ai fait le come-back dans mon pays pour apporter ma pierre à l’édifice national. Jeune très ambitieux, tète en l’air et voyant que tout était possible, j’ai enchainé la création des sociétés au Mali.

Suite  au coup d’état intervenu en 2012 dans mon pays, cette grande ambition personnelle m’a conduit à m’exiler pour scruter d’autres horizons. C’est ainsi que j’ai atterris en Guinée Conakry puis en Côte d’Ivoire ensuite en Mauritanie et au Congo où nous avons créé et développer des sociétés. Aujourd’hui nous avons pu à travers notre groupe créer des milliers d’emplois directs et indirects au Mali et à l’étranger. Je ne faisais là que suivre mon ambition personnelle qui était mon égo.

Aujourd’hui mon pays connait un phénomène nouveau : des conflits inter-ethniques et intercommunautaires causant des  graves déchirures entre les frères de la  même famille et du même sang, et les pertes croissantes en vie humaines au quotidien et des lots de déplacés et réfugiés. Cette situation inédite dans l’histoire de ma patrie, le Mali, a transformé toutes mes ambitions personnelles en vision car l’ambition est dangereuse et la vision est noble.

Ma vision pour ma patrie est de voir un Mali sorti de toutes les difficultés actuelles et que très bientôt chacun puisse aller de Kayes à Kidal sans escorte comme par le passé. Mon rêve est que dans les jours à venir les frères tamasheqs et arabes, peuls et dogons, soninké et Bambara, Bozo et Bobos, Malinké et Senoufos, Minianka et Kassonké, Sonrhai et Bambara etc… se donnent les mains pour recoller les morceaux de la grande calebasse nationale, source du bonheur commun, symbole de notre cohésion sociale, de notre solidarité et témoignage de notre unité nationale légendaire, gage de notre  prospérité.

C’est pour réussir ce pari, sans aucune ambition politique, économique et stratégique, que j’ai initié avec des amis, des frères et des sœurs, le Mouvement Maliens_Tout_Court pour fédérer les efforts et les initiatives en faveur de la paix et le vivre ensemble.

Ce Mouvement humaniste et noble qui a déjà réussi un grand engouement auprès des populations est notre grand espoir pour arriver à la paix sincère entre les maliens. C’est le lieu pour moi de remercier toutes celles et tous ceux qui ont volontairement adhérer au Mouvement et tous ceux qui par des efforts au quotidien soutiennent l’initiative.

Je prie Allah, le tout puissant, en ce mois béni de Ramadan, d’exaucer mes vœux ici formulés pour mon pays et d’agréer toutes nos prières.

Amen !

Ibrahima Diawara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here