Couple Assimi Goïta-Choguel Maïga : Un tandem d’espérance pour la refondation !

1

Désormais promu  à la fonction prestigieuse de  Premier  ministre du Mali, après huit (8) mois d’âpre résistance politique  au sein du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), en tant que président de son Comité Stratégique, Choguel  Kokalla Maïga a toutes les chances de faire un tandem d’espérance  avec  le tout nouveau président de la Transition, Colonel Assimi Goïta.  Mais  cela ne peut se concrétiser  que lorsque   le second accorde les coudées franches  au premier.  Lequel  devra, à son tour, s’atteler qu’aux tâches essentielles de refondation de l’Etat et restauration de l’intégrité du territoire national, en luttant contre la corruption et le népotisme,  sans que ses adversaires politiques ne l’accusent de faire la chasse aux sorcières

Evidemment, il  n’existe pas d’école pour apprendre la politique. C’est un métier que l’on exerce  d’abord pour  l’apprendre   et comprendre  toutes ses coulisses, notamment ses désidérata. Le nouveau président de la Transition est très  jeune (39  ans seulement) et est un militaire de carrière. Il  est rentré par effraction  sur la scène politique  malienne un certain 18 août 2020 pour déchoir, avec ses frères d’armes du CNSP,  Ibrahim Boubacar Keïta du pouvoir.

En conséquence, il n’a pas d’expérience  politique, n’eut été les huit (8) mois d’exercice de sa vice-présidence.  Cette tare politique, Col Assimi l’a  reconnue  dans ses premières déclarations, après l’éviction de l’ex président de Transition, Bah N’Daw et son PM, en déclarant officiellement que lui et ses frères d’armes du CNSP s’étaient trompés lors de leur première prise de pouvoir.  Col Assimi  va donc exercer ses fonctions de Chef de l’Etat sans expérience.  Mais  il n’a plus droit à l’erreur.  Il  doit donc, avec une grande capacité d’écoutes, s’entourer de femmes et  d’hommes expérimentés en politique pour boucler la Transition.

D’où  certainement  le choix  objectif  qu’il a porté sur le  M5-RFP, en la personne de Choguel Kokalla Maïga,  pour désormais diriger la  Primature. Mais pour que le couple Assimi-Choguel devienne un  tandem d’espérance pour la refondation du Mali, il faut  nécessairement, mais pas de façon  aveugle, que le premier  accorde des coudées franches au second. Choguel Kokalla Maiga devra alors tout faire pour former un gouvernement d’union nationale  composé, de façon inclusive,  de femmes et d’hommes capables, très expérimentés  mais  ayant un sens élevé de patriotisme.

Ces ministres  devront agir, non pas pour défendre des intérêts personnels ou de clans, mais par  altruisme.  Désormais les ministres de la Transition devront agir en fonction du cahier de charge qui leur est attribué par le Gouvernement. A travers leurs œuvres, les maliens doivent sentir que le processus de refondation est en marche et que la sécurisation du pays est bien enclenchée.

De toute façon, le M5-RFP s’était déjà engagé, auprès de Col Assimi lorsqu’il n’était encore que vice-président,  pour la réussite de la Transition, afin de préserver la vision et les impératifs du Changement qui sont à la base du mouvement national patriotique enclenché le 5 juin 2020. Maintenant  que ce mouvement  est désormais impliqué dans le processus de transition. Le peuple malien l’attend donc  de pied ferme.  Choguel doit  nécessairement rester  fidèle  aux engagements essentiels  de son mouvement.

Qui sont, entre autres : La mise en œuvre d’une appropriation du concept de « changement de système » de gouvernance au Mali ; mise  en œuvre d’une stratégie concrète de sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire par nos Forces de défense et de sécurité ; la diligence  d’enquêtes et poursuites judiciaires contre les auteurs des tueries et exactions contre des manifestants pacifiques les 10, 11 et 12 juillet 2020 à Bamako et dans les régions ; l’audit urgent et systématique  des finances publiques et parapubliques, des cadastres domaniaux et miniers, l’engagement  sans délai d’une lutte implacable et irréversible contre la corruption, la mauvaise gestion et toutes les autres formes de délinquance financière, notamment en ce qui concerne les ressources allouées aux secteurs de la Défense et de la Sécurité ;  l’engagement de procéder à la relecture intelligente de l’Accord pour paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, afin d’en assurer la mise en œuvre effective pour aboutir au retour progressif et définitif de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; mais  surtout  fixer un cadre, les conditions et un chronogramme pour le processus de refondation de l’État du Mali, en opérant de façon consensuelle les réformes, politiques, institutionnelles, électorales, territoriales et administratives pertinentes.

 

Falaye Keïta

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ils doivent faire attention et très attention pour ne pas être des autorités de plus pour cette transition qui semble un passage maudit de l’histoire de ce pays. Ils doivent se surpasser, sinon ce pays ira directement dans le chaos, nous sommes quasiment dans un volcan comme à Goma (le Miragongo)avec des larves partout aujourd’hui. Ils doivent oublier leurs égos, leurs personnalités avec un sacrifice sans précédent. S’ils viennent avec n’importe quel autre objectif, le chaos serait sans équivoque. Aujourd’hui, le Mali a besoin d’hommes et de femmes modestes qui savent servir le pays sans se servir comme les politiciens de nos jours, il faut absolument ce sursaut pour sauver le pays qui se trouve dans un gouffre amer sans aucune appui de la part de ses partenaires traditionnels. Les autorités d’aujourd’hui doivent oublier leurs poches, leurs amis et leurs parents en se focalisant sur le pays rien que le pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here