Salon international de recrutement au Mali : Une aubaine pour les jeunes chômeurs d’avoir un emploi

1

L’hôtel de l’Amitié de Bamako a abrité, les 9 et 10 avril 2021, la première édition du Salon International de Recrutement au Mali (SIR-Mali) organisée par l’entreprise « EMPLOI ET MOI », en partenariat avec CORDAID, Orange Mali et bien d’autres. L’objectif général de ce salon de deux jours était de créer un espace pour favoriser la mise en relation de l’offre et de la demande d’emploi.

La cérémonie d’ouverture de ce salon était présidée par le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mohamed Salia Touré, en présence de la représentante de l’entreprise « Emploi et MOI », Aminata Kissa Traoré, de la représentante de CORDAID, Leena Lindqvist, du représentant de Orange-Mali, Abdoul Malick Diallo, et d’autres personnalités. Dans ses mots de bienvenue, la représentante de l’entreprise « Emploi et MOI », Aminata Kissa Traoré, a fait savoir que ce salon est un lieu de rencontre entre acteurs de l’écosystème RH (Ressources Humaines) qui permettra, d’une part, de présenter aux décideurs et cadres RH, des solutions et des réponses concrètes à leurs problématiques stratégiques et opérationnelles à leurs métiers, d’autre part il permettra aux jeunes diplômés actifs de rencontrer les recruteurs potentiels. « Emploi Et Moi Œuvre depuis quelques temps à être un réel « Facilitateur » et ce Salon est une interface de choix entre les candidats ambitieux et compétents et les entreprises », a-t-elle dit.

A sa suite, la représentante de CORDAID au Mali, Leena Lindqvist baptisée dans la salle Mme Camara a précisé que Cordaid est une organisation internationale de secours d’urgence et de développement. Elle soutient les communautés locales dans leurs efforts pour améliorer les soins de santé, la sécurité alimentaire, l’éducation, la sécurité et la justice. « Cordaid et ICCO Coopération sont deux organisations internationales à base Néerlandaise évoluant l’une dans l’humanitaire et l’autre dans le développement.

À partir du 1er janvier 2021, Cordaid et ICCO ont décidé d’unir leurs forces pour devenir une seule organisation », a-t-elle dit. Elle a précisé que CORDAI appui ce salon qui a pour thème : « jeunesse et les métiers du futur-environnement fragile, enjeux et perspectives »« Plusieurs facteurs contribuent à maintenir ou même augmenter le taux de chômage des jeunes: l’inadéquation des formations reçues à la demande du marché du travail, le manque de moyens financiers, notamment pour les investissements et la création d’entreprises, les migrations des zones rurales vers les centres urbains. La crise politique qui a frappé le Mali en 2012 a aggravé la situation.

La plupart des jeunes désemparés ne sachant quoi faire ont cherché à rejoindre l’Europe dans des embarcations de fortune pour avoir une vie meilleure et d’autres sont devenus les cibles privilégiées des groupes radicaux qui proposent argent et idéologies radicales. Ainsi, cette jeunesse fragilisée a besoin de trouver des repères et s’insérer dans la vie sociale et économique. Pour répondre à ces défis, Cordaid met en œuvre plusieurs programmes axés sur la création d’emplois, la formation et la responsabilisation des jeunes dans la gestion de leur environnement, et le renforcement des structures de jeunesse par l’encadrement », a conclu Leena Lindqvist.

Selon le représentant de Orange-Mali, Abdoul Malick Diallo, Orange-Mali est une entreprise citoyenne. Il a ajouté que le recrutement est un métier, un art. Orange-Mali, dit-il, a le plaisir d’accompagner ce genre d’initiative qui doit être multiplié. Enfin, il a souhaité qu’au sortir de ce salon, beaucoup d’emploi puisse être crée. Pour sa part, le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mohamed Salia Touré, a indiqué que plus de 300.000 jeunes entrent chaque année sur le marché du travail. A cet effet, il a remercié les organisateurs de ce salon pour leur initiative qui permettra de donner de réelles perspectives à la jeunesse malienne. Après les différentes allocutions, il ya eu la visite des différents stands.

A.S

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pourquoi ne pas tout simplement l’appeler « Salon de Recrutement de Bamako », plutôt que « Salon International de Recrutement au Mali » ? Ce salon n’a aucun caractère national ou international. De toutes les façons, un salon de recrutement ne crée pas d’emploi.
    Pour lutter efficacement contre le chômage, le gouvernement doit d’abord disposer des données statistiques fiables sur le marché d’emploi dans chacune des régions du pays pour appuyer/orienter/ajuster ses décisions.
    Le gouvernement du Mali semble à court d’idée et d’ambition pour aider nos jeunes à améliorer leurs employabilités. C’est une perte inestimable de potentiel en ressources humaines.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here