Ségou : Vindicte populaire sur du faux

0

Qu’est-ce qui incite la population de nos jours à l’incivisme totale ? Qu’est-ce qui pourrait expliquer ce phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur dans notre société? Est-ce la corruption grandissante, le manque de confiance à la justice.  La question mérite une réflexion minutieuse.

Le dimanche 2 juin, la population de Ségou a voulu se rendre justice à partir de simple rumeur de voleur d’enfant appréhendé en plein marché du château.

A l’origine, un enfant âgée de 7 ans a été retrouvé avec un homme âgé d’une cinquantaine années en plein marché du château. Vu par une voisine de la famille, l’enfant explique qu’il a été enlevé par le monsieur et que d’autres enfants se trouveraient avec lui.

La voisine cria au voleur d’enfants. La foule se rua sur le monsieur pour le lyncher proprement. La police au rond-point du village Can vint à sa rescousse.

Les deux policiers furent appel aux sapeurs-pompiers qui l’évacuèrent sur l’hôpital Nianankoro Fomba.

Les femmes et les hommes du château le croyant au commissariat du 2e Arrondissement envahirent ce lieu et exigèrent des policiers qu’ils leur remettent le vieux.

Malgré les conciliabules, les assaillants restèrent sur leur position. Ils mirent le feu au hangar dans la cour du Commissariat et brisèrent les vitres de plusieurs véhicules stationnés dans la cour. La police alors dispersa la foule à coups de gaz lacrymogènes.

Les enquêtes de police révélèrent que l’enfant connaissait le vieux, puisqu ils avaient l’habitude de se côtoyer à l’hôtel de Yaya à Pelengana. Mieux, des parents du bambin connaissent le vieux.

L’enfant âgé à peine de 9 ans est un fuyard invétéré de sa famille. Il déserte fréquemment la concession paternelle pour se retrouver dans la rue. D’ailleurs le 29 mai dernier, il a été amené à la radio Foko. Après la diffusion des communiqués, sa grande mère se présente le lendemain 30 mai aux environs de 10 h à la radio. Il lui a été indiqué où se trouvait son petit-fils. Lorsque sa grande mère arrivait, le petit pris la fuite ayant l’aperçu de loin. Grande mère retourna à la radio pour dire qu’elle ne l’avait pas retrouvé. Au même moment, le régisseur de la radio l’aperçu sur une charrette. Le journaliste Albert Kalambry au bout d’une course-poursuite le rattrapa. On le remit à sa grande mère. Deux jours plus tard, survint le lynchage du vieux 

La police qui a fait une perquisition au domicile du vieux n’a rien trouvé que de vieux ustensiles. Pendant les interrogatoires, le quinquagénaire ne disait que de paroles incohérentes.

La vérité établie, la police n’a pas hésité à mettre le grappin sur les fauteurs de trouble. De nos jours, l’ensemble des autorités coutumières qui font le pied de grue à la police pour qu’ils soient élargis.

Daouda Coulibaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here