Seule femme ‘’conductrice’’ de Sotrama sur l’axe Bamako-Koulikoro : Sira Fané dite Bebé pense que ce métier n’est pas exclusivement destiné aux hommes

0

Conductrice de véhicules de transport en commun connus sous l’appellation de ‘’Sotrama’’ sur l’axe Bamako-Koulikoro, Sira Fané dite Bébé  fait partie des personnes qui ont compris qu’il n’ya pas de sots métiers. Elle fait aussi partie des rares femmes maliennes, qui, au delà des stéréotypes, a compris qu’il n’y a pas de métiers exclusivement réservés aux hommes.

Native de Koulikoro, Sira Fané dite Bébé est célibataire. Elle n’a pas fait de longues études car elle s’est arrêtée à la fondamentale  en 9ème année à  cause d’une situation difficile en famille. Après avoir arrêté l’école,  elle  a fait des formations modulaires. Aimant le métier de chauffeur, elle a fait le concours d’entrée à la Protection civile  et à la Garde Nationale comme chauffeur. Mais elle ne va pas passer à ces concours.

Face à cette situation, elle a décidé de faire ce métier autrement. Bébé a commencé ce métier de chauffeur il y’a 6 ans maintenant après avoir appris avec son patron.

« J’aime vraiment ce métier parce que quand on n’aime pas quelque chose, il est difficile de  le faire », explique-t-elle. Avant d’ajouter que c’est grâce à ce métier qu’elle gagne de l’argent pour aider sa maman à nourrir ses  frères  et sœurs et les prendre en charge car  leur papa ne vit plus.

« Grace à ce métier de chauffeur, je gagne ma vie à la sueur de mon front », ajoute-t-elle.

Etant la seule femme ‘’chauffeur’’ de Sotrama sur l’axe Koulikoro-Bamako, elle travaille pour un homme qui s’appelle Issouf  Doumbia qui est son patron. Ce dernier étant le  propriétaire de la ‘’Sotrama’’ qu’elle conduit.  Bébé a fait l’apprentissage avec lui et maintenant, elle conduit son véhicule.

«Je suis en parfaite collaboration avec mon patron et Dieu merci, il n’y’a pas de problème entre nous », explique-t-elle.

Comme difficultés qu’elle a rencontrées dans ce métier, Bébé dira qu’il est difficile pour une femme seule de travailler au milieu des hommes.  Aussi, elle dit avoir eu des difficultés avec certains chauffeurs, des apprentis, des clients et surtout sa maman qui n’avait pas compris au début à cause de ses amies qui lui disaient chaque fois que ce métier n’est pas fait pour les femmes, mais plutôt pour les hommes.  Mais très motivée, elle finira par convaincre sa maman, qui d’ailleurs l’encourage aujourd’hui dans son métier au lieu qu’elle aille voler ou se prostituer comme le font certaines jeunes femmes de son âge.

« Ce n’est pas du tout facile mais en se battant pour une cause comme je le fais, il faut de la patience. », dit-elle.

En plus de conduire la Sotrama sur l’axe Bamako-Koulikoro, Bébé effectue aussi des  voyages dans d’autres localités du Mali comme Ségou, Sikasso, Kolokani, Banamba, entre autres…

Comme satisfaction qu’elle tire de ce métier, Bébé dira que cela  lui permet de subvenir à ses besoins, aux dépenses de sa maman qui est veuve et de ses frères et sœurs.

Selon elle, ce métier lui permet aussi de démonter aux autres femmes et surtout  à ses sœurs qu’il n’ya pas de sots métiers ou de métiers qui soient exclusivement destinés aux hommes.

A l’approche du 08 mars qui est la  journée internationale de la  femme, Bebé encourage les femmes à travailler car, selon elle, une femme n’est pas faite pour s’asseoir à la maison et tendre la main seulement et  attendre tout de son mari.

Fatoumata Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER