Focus : l’impasse de la farce des rapaces

5
Mamadou Dipa Fané
Mamadou Dipa Fané

Depuis quelques mois, le football malien traverse une grave crise remettant en cause son management dans notre pays et qui menace les acquis des derniers mois. En effet, la défiance de certains intervenants du football vis-à-vis du Comité exécutif (CE) s’est traduite par le boycott des activités et une série de suspensions de certains acteurs qui lui reprochent une violation répétée et systématique des textes. Aujourd’hui, la crise semble avoir atteint son paroxysme avec la mise en place d’un prétendu «Comité de normalisation». Le hic, c’est qu’aucun des deux camps antagonistes ne semble réellement privilégier les intérêts du football malien.

«On n’est jamais trahi que par les siens» ! C’est ce que dit l’adage ! Et en officier de police expérimenté, le Général Boubacar Baba Diarra n’aurait jamais dû l’oublier. Hélas, il vient de l’apprendre doublement à ses dépens. Une bonne partie de ceux qui l’ont aidé à se faire élire président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) en octobre 2013 à Sévaré (Mopti) sont aussi ceux qui l’empêchent de dormir aujourd’hui en mettant sa tête à prix. Et c’est dans sa propre famille sportive (le Djoliba AC) que ce complot a pris corps. Et cela parce qu’il a fait confiance à un mégalomane pour gérer la transition après son élection à la présidence de la fédération.

Aujourd’hui, la confrontation est inévitable et elle risque d’être violente avec le risque de troubles à l’ordre public si le gouvernement ne s’assume pas rapidement. En effet, suite à une «Assemblée générale extraordinaire (AGE)», organisée le dimanche 30 août 2015, les «frondeurs» disent avoir destitué et remplacé le Comité exécutif en exercice par un «Comité de Normalisation». Une instance qui serait dirigée par Mamadou Dipa Fané. Nous sommes surpris que M. Fané ait accepté de se prêter à une telle farce, lui qui a été ministre de la République et président de l’Union des anciens footballeurs du Mali (UNAFOM). Nous sommes perplexes ! Comment s’est-il laissé piéger, pardon convaincre par son ami du COB et l’éternel mégalomane, l’un des rares survivants de ce que nous appelons «l’axe du mal» du sport malien ? Le paradoxe est que, pour trouver une issue heureuse à une crise, une partie décide de mettre en place un Comité de normalisation en place dans le dos de l’autre. Cette mise en place revient, comme nous l’avons vu récemment dans la crise de la Fédération malien de hippisme, à des observateurs neutres comme par exemple le ministère des Sports et le Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM). Deux acteurs clefs et incontournables dans l’animation de la vie sportive d’un pays. Ce qui enlève déjà à l’AGE toute crédibilité. Cela entache aussi la légitimité et la légalité du comité mis en place. En tant que délégataire de pouvoir, la présence de l’État (ministère des Sports) était requise car c’est une caution institutionnelle pour valider les résolutions prises.

Règlement de comptes entre les alliés de Sévaré

Et la présence du CNOSM est l’indispensable caution sportive. Si un bureau n’est reconnu ni par l’Etat ni par le Comité, il lui manque une crédibilité importante pour l’exercice de sa mission. Il est par exemple clair que sans la délégation du pouvoir du ministère des Sports, une fédération ne peut pas engager un club ou sélection dans une compétition pour défendre les couleurs du Mali. Cet engagement est du domaine de la souveraineté de l’Etat. Mais ça, M. Fané le sait pour avoir été ministre des Sports en République du Mali. Tout comme Tidiane Niambélé qui a été président de la Fémafoot et est actuellement 2e vice-président du CNOSM au nom duquel il a été impliqué dans la résolution de crises similaires au sein d’autres fédérations.

Visiblement, la légalité et la légitimité sont le cadet des soucis des frondeurs. Et cela d’autant plus que la CAF et la FIFA, qui ont le dernier mot en matière de football, n’avaient pas souhaité qu’ils tiennent ces assises. Il leur avait été recommandé de s’inscrire dans «le respect des textes statutaires», donc d’attendre l’Assemblée générale ordinaire (AGO), prévue en octobre prochain, pour exposer leurs griefs. Qu’est-ce que les frondeurs reprochent-ils concrètement à l’actuel Comité exécutif de la Fémafoot, nous nous demandons souvent. Il est d’abord question de violation de textes. Mais cela ne peut pas justifier l’ampleur de la crise actuelle parce que parmi les frondeurs, un leader a profité de la même «violation des textes» au cours du précédent mandat. Et cela aux dépens d’autres dirigeants. Frustrés et révoltés, ces derniers sont pourtant restés sereins et n’on pas posé d’actes pouvant conduire le football dans l’impasse. Ils ont sagement attendu les assises de Sévaré (Mopti) en octobre 2013 pour régler leurs comptes. On ne peut pas non plus reprocher à Baba et compagnie de ne pas combler les attentes du public sportif en termes de résultats. À part 2011 (si nous avons bonne mémoire) du temps du regretté Hamadoun Kolado Cissé, le football malien a rarement autant brillé sur la scène africaine et mondiale. C’est par exemple le cas des Aiglonnets qui ont offert au pays sa première consécration continentale. Même si les juniors ont été privés d’une consécration continentale à Dakar (Sénégal), à cause de grossières erreurs d’arbitrage, ils se sont bien repris avec une brillante participation (3e place mondiale) à la coupe du monde en nouvelle Zélande. Et de surcroît, Adama Traoré a été élu «Meilleur joueur» de la planète foot dans sa catégorie. Sans compter que les Aigles Espoirs sont aussi qualifiés pour la phase finale de la Coupe d’Afrique de leur catégorie avec une qualification aux Jeux Olympiques de «Rio 2016» (Brésil) en perspective. À part les filles, nos sélections de football ont été de tous les rendez-vous africains cette saison. C’est quoi alors le problème ? Comme nous avons toujours défendu depuis le début de cette crise, c’est juste un règlement de comptes entre ceux qui s’étaient coalisés en 2013 pour empêcher Kola (Hamadoun Kolado Cissé, paix à son âme) de se faire élire pour un second mandat. En effet, loin d’être le fruit d’un mérite spécial, le Général Boubacar Diarra devait son élection à la présidence de la Fémafoot plutôt à cette campagne, «tout sauf Kola» ! Les alliés étaient si nombreux que le partage du gâteau a été une équation impossible à résoudre. À force de vouloir contenter tout le monde, le Général s’est fait beaucoup d’ennemis dans son propre camp. Des alliés devenus des ennemis qui semblent avoir juré de l’empêcher d’aller au bout de son mandat. C’est vous dire que cette crise était prévisible et que les deux ne se battent pas pour l’intérêt du football malien, mais pour des questions d’intérêts, de postes certainement juteux. Alors tous les prétextes sont bons pour acculer l’autre et l’abattre.  Toutefois, la légalité est du côté du C.E du Général Baba Diarra. Un président légalement élu, avec le gouvernement, le CNOSM et la CAF comme observateurs. Et ce n’est pas parce que le bureau issu du conseil a été remanié, qu’il faut prendre notre football en otage. Et cela d’autant plus que ce n’est pas la première fois que cela se produit. Nous écrivons sous le contrôle d’un des responsables de la fronde qui se reconnaîtra sans doute !

Des propositions consensuelles négligées

Toutefois, il faut aussi reconnaître que le Général Baba Diarra n’est pas exempt de reproches dans l’aggravation de cette crise qui est en train de nous conduire progressivement dans l’impasse. En dehors des différentes médiations, le Comité exécutif a reçu des proposions de sortie de crise de certains acteurs et observateurs. Très objectives, elles proposaient des portes de sortie honorables pour tout le monde. Comme celle d’un éminent confrère qui avait préconisé que le Comité exécutif, qui était en place avant l’Assemblée générale du 10 janvier 2015, soit responsabilisé pour «gérer librement les affaires jusqu’à l’Assemblée générale ordinaire». Et cela dans le strict respect des textes juridiques de la Fémafoot et en conformité avec l’accord que le  CNOSM et le ministère des Sports devaient parrainer. Par contre, il aurait alors fallu lever toutes les suspensions des membres du Comité Exécutif. Ainsi, proposait-il, «les membres suspendus remplacés présenteront leur démission dans un souci d’apaisement». Toutefois, le Comité exécutif les invitera à participer à l’Assemblée générale ordinaire ne serait-ce que pour «s’expliquer sur les faits qui leur sont reprochés», si cela était inscrit à l’ordre du jour. Cette proposition recommandait la convocation de l’Assemblée générale ordinaire dans les délais statutaires, c’est-à-dire 90 jours au plus tard après le 31 juillet 2015 (Cf. Art. 30 des statuts) avec un ordre du jour statutaire (Cf. Art. 32 des Statuts). À cette rencontre, la FIFA et la CAF devaient être aussi invitées à se faire représenter. Entre-temps, aucun acte de défiance ne devait-être posé par les protagonistes. Ainsi, l’Assemblée générale ordinaire de fin de saison aurait pu être un «cadre idéal pour mettre à plat toutes les questions qui ont conduit à cette crise». Mais cela exigeait des sacrifices dans les deux camps. Des sacrifices qui ne pouvaient être de trop, s’ils étaient farouchement animés de la réelle et sincère volonté de servir le football malien progressivement pris en otage par cette crise d’intérêts égoïstes ! Surtout que, comme le dit Stendhal (La Chartreuse de Parme), «le courage consiste à choisir le moindre mal, si affreux qu’il soit encore». Mais, comme l’écrivait un confrère, il y a quelques années, avec les dirigeants actuels, le football sera toujours dans un cycle de règlements de comptes. Et aucune assemblée générale ne pourra nous sortir de ce cycle tant que les protagonistes ne sont par réellement guidés par les valeurs du sport. Nous resterons dans une perpétuelle crise tant qu’ils ne sont pas animés de la farouche volonté de privilégier l’intérêt de notre sport-toi.

Le Fair-play exige le respect du mandat

Après chaque assemblée générale, «ceux qui seront dégagés seront des opposants. Ils passeront leur temps à déstabiliser les nouveaux. C’est toujours comme cela… Des journalistes aux dirigeants en passant par les supporters, rares sont ceux qui peuvent monter sur l’arbre de la transparence», déplorait notre confrère dans un article intitulé, «Monde du football malien, un mélange de serviettes et de torchons» ! Sinon comment comprendre qu’en ce moment crucial dans la vie de la nation et du football (à quelques jours d’un match important des Aigles du Mali pour la qualification à la CAN 2017), des dirigeants perdent des énergies dans des stériles querelles de positionnement ? Comme l’écrivait le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, dans son mot à l’occasion de la finale de la 55e édition de la coupe du Mali, «le football est un sport collectif. Son management doit être aussi collégial dans une ambition d’unité et de cohésion afin de pérenniser les acquis et rehausser l’image du pays par d’autres performances encore plus prestigieuses».

Il est donc souhaitable de voir les acteurs de notre sport-roi surmonter leurs antagonismes, leurs divergences et leurs différends pour se réconcilier sincèrement dans l’intérêt du football malien. Qu’ils n’oublient pas surtout que comme nous le confiait le président Habib Sissoko du Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM), «l’avenir du sport malien peut être radieux si nous, sportifs et dirigeants, acceptons de nous appuyer sur les valeurs du sport. C’est une pratique qui a des vertus (Fair-play, combativité, don de soi, patriotisme, solidarité, culte de m’excellence…) dont les pratiquants doivent chercher à profiter». À ces protagonistes (sportifs et dirigeants), nous ajouterons volontiers la presse sportive nationale dont certains animateurs sont toujours là à jeter de l’huile sur le feu afin de tirer les marrons du feu ! Il avait conclu ce jour notre entretien en insistant sur le fait que «celui qui pense qu’il ne peut réussir dans le management que dans les conflits et la fronde n’apportera rien au sport… Un mandat n’est jamais éternel. Il est limité dans le temps… Ce qui donne à chacun l’opportunité de travailler et de faire campagne pour réaliser ses ambitions».

Et comme Habib, nous sommes formellement convaincus qu’un dirigeant sportif et réellement soucieux de la performance de sa discipline n’œuvrera jamais à casser un mandat ! C’est notre intime conviction !

Hamady TAMBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Un mandat ne vaut que par le respect des textes de son mandataire autrement cela devient de la dictature Un mandat n’est pas une fin en soit

  2. il faut que les gens comprennent que pour une question de neutralite il etait normal que le ministere et le CNOS M se soient mis a lecart.
    Merci de comprendre cela

  3. Habib Sissoko a t’il peur pour son mandat ? Pense t-il qu’une fois baba parti les membres du CNOSF ne se décide à se pencher clairement sur sa gestion ?
    Je me souviens que suite au scandale de la corruption au sein du CIO qui a impliquer entre autre son prédécesseur Malien il a été mis fin au mandat du président du CIO de l’époque…
    La même chose s’est passé aux niveau de l’IAAF pour l’athlétisme contribuant à l’arrivée de lamine Diack
    Le cas de blatter plus récent est encore dans toute nos têtes.
    Qu’on arrête donc de parler de mandat impératif sinon les textes de toutes associations sérieuses ne parleraient pas de révocation.
    C’est surtout le vocabulaire de ceux qui pensent qu’on dirige une association selon l’humeur du prince au lieu des textes qui la régissent.

    • Je ferme quoi sportif? je te dérange à se point? J’ai pas droit de donner mon avis comme tout bon citoyen?
      Fini la dictateur de ton general, sa place c’est au front et non la Femafoot. Général fuyard, il a fuit après l’agression du huissier comme d’habitute et ça ma pas etonner pour qui connait l’histoire du nord 😆 .
      Répondre

Comments are closed.