Les crises récurrentes au cœur du déclin du football malien : Un constat indéniable

1

Suite en 2015, à la plus grave crise jamais connue dans les annales de notre sport-roi, et dont les conséquences se vivent de nos jours, le football par l’entremise de certains acteurs gloutons est plutôt sur le toit du Tribunal arbitral du sports (Tas) que sur le toit de l’Afrique au grand dam des supporteurs et de tout un peuple.

La sentence du Tas du lundi 6 mars 2023 devrait reconduire tous les acteurs du football malien dans le vestibule où l’union sacrée est consacrée et ce, grâce aux vertus du dialogue, du consensus au service de l’intérêt général et exclusif du football. Comme légué par nos ancêtres. Ici, les questions de gouvernance trouveront leurs solutions dans le respect et dans l’application des décisions issues des délibérations de l’instance faitière.

A l’analyse les guéguerres certains dirigeants sportfs -Fémafoot ont eu insidieusement et à moyen terme des incidences négatives sur le niveau du football tant au niveau local et plus généralement sur les performances en dents de scie au niveau africain et international. En effet, il n’est pas ou ne serait pas exagéré d’affirmer que nos représentants ne toisent plus le sommet du foot continental ou en tous cas difficilement depuis la gravissime crise de 2015. Or, dans le même temps, le comité exécutif de la Fédération malienne de football régulièrement élue en 2019 sous le contrôle du Comité de normalisation (Conor) est à l’œuvre sur de grands chantiers – rénovation de la gouvernance par le biais de nouveaux textes-promotion des ligues régionales et du foot féminin – construction d’un Centre Technique sportif, entre autres. Le tout au bénéfice du foot malien.  Ainsi, donc au-delà des griefs somme toute compréhensibles, les acteurs du foot malien sont attendus pour relever les challenges au niveau national d’abord pour assurer la pérennité de la présence et la force de nos clubs et équipes nationales et ensuite dans le gotha du football africain et international. Et pour ce faire, comparaison n’est pas raison, certes, mais l’exemple sénégalais devrait inspirer plus d’un. Aussi, les acteurs du foot rassemblés autour du comité exécutif de la Fémafoot comme un essaim d’abeilles sous le leadership de son président élu Mamoutou Touré “Bavieux” serait proactifs en prenant humblement exemple sur le travail de fourmi que la Fédération sénégalaise est en train de réaliser sous la houlette de Me Senghor (Il est président depuis 2008).

A tous les niveaux de la pyramide du foot africain sonne et résonne le nom du pays de la Téranga. Peut-on dire que c’est la résultante positive de la cohésion, de la perception de l’intérêt supérieur au profit du sport bâti sur un management sans crise délétère. Le football malien a compté dans les annales de la Caf et de la Fifa. Aux acteurs actuels tous derrière la Fédération malienne de football pour marquer l’histoire, d’être dans l’air du temps et d’inscrire à nouveau de belles pages du sport-roi en Afrique et ailleurs.

Balla Tounkara

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Where is professional boxing plus wrestling in Mali plus Sahel nations? Are we punks when it comes to one on one contact sports?
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!