La promesse d’IBK de réarmer notre armée en marche : Le décret relatif à l’acquisition de 120 véhicules pick-up, 70 autres de marque Kia et de 2 hélicoptères adopté par le gouvernement

0

Le temps est le meilleur juge a-t-on coutume de dire. Après un début difficile de son quinquennat, le Mali  de l’heure IBK est-il en train enfin de relever la tête ? L’espoir est désormais permis. Si l’on s’en tient à ce l’on voit comme travail pour le réarmement matériel de notre armée. A l’issue du dernier Conseil des ministres, tenu le mercredi, 9 mars, le Gouvernement a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif à l’acquisition de cent vingt (120) véhicules pick-up au profit du ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Un engagement fort  du locataire du palais de Koulouba qui avait promis de mettre notre armée dans les conditions optimales pour lui d’assurer, à hauteur de souhait, sa mission régalienne de défense de l’intégrité de notre territoire.

Le marché de ces véhicules porte sur un montant de 2 milliards 940 millions 19 francs CFA toutes taxes comprises et hors droits de douanes et un délai de livraison de 45 jours. L’acquisition de ces véhicules permettra, entre autres, de renforcer les capacités opérationnelles des forces armées du Mali et, particulièrement, celles des groupements tactiques interarmées engagés dans l’opération Maliba et de permettre l’organisation de patrouilles mixtes dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Comme pour joindre l’utile à l’agréable, le Directeur à la Communication de la présidence, Racine Seydou Thiam, annonçait, le mercredi, 9 mars 2016 l’achat de 70 autres véhicules de marque Kia et de 2 hélicoptères.

A ce tableau édifiant s’ajoute une relative accalmie sur le terrain. Comme pour dire que l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé entre les autorités maliennes et les groupes armés commencent à apporter des fruits en termes de stabilité. Au grand dam de certains énergumènes qui veulent divertir le peuple.

Qu’en est-il donc de la plainte du BIPREM?

Au moment où tous ces efforts sont en train d’être déployés, la plainte de l’association Bloc d’Intervention Populaire et pacifique pour la Réunification entière du Mali (BIPREM), devant la Haute Cour de Justice pour haute trahison contre Ibrahim Boubacar Kéïta, tombe comme un cheveu dans la soupe Mali avec comme objectif : porter atteinte à l’honneur et à la détermination de la personne du président de la République. Arriveront-t-ils à le faire ? Dans tous les cas, la président du l’union nationale des femmes du RPM, Mme Diawara Aïssata dite Lady Touré, a récemment averti en affirmant que ceux qui cherchent à salir IBK devront marcher sur les cadavres des membres de son union pour atteindre cet objectif.

Yaya Samaké

Commentaires via Facebook :

PARTAGER