5ème édition du festival Bélènitougou de Somasso : Une mobilisation de taille pour la culture Minianka

1

C’est dans une ferveur sans précédente que la population de la commune rurale de Somasso(cercle de Bla) s’est mobilisée pour accueillir les festivaliers. Cette rencontre annuelle a vécu du 23 au 27 mars 2019.  Plusieurs ressortissants de la commune et environnant se sont déplacés pour prendre part à cette manifestation culturelle et artistique. Les membres de l’Association pour le Développement de Somasso(ADS) dirigée par Markatiié Dao, les élus locaux notamment le maire de Somasso Sékou Fané et beaucoup de ses collaborateurs étaient également présents.

Cette année le lancement des festivités du bélènitougou a été marqué par la présence de l’ex-ministre de la Santé et de l’Habitat, Ousmane Koné. Ce  dernier a, surtout, encouragé les Somassois à travers ce que l’ADS fait dans ses efforts de renforcement du tissu social dans la localité.

Le Maire de la commune rurale de Somasso, Sekou Fané, dans son discours d’ouverture, dira que la commune rurale de Somasso,  composée de 5 villages (Kadialla I et Kadialla II M’Pètiona I et M’Pètiona II et Somasso), est situé à 21 Km du cercle de Bla avec une population estimée en 2016 à 15 224 habitants. Pour lui, les principales ethnie sont : Minianka , Bambara, Peulh et Sarakolé. Pour lui, L’islam, et le christianisme sont les religions les plus pratiquées. Cependant, le maire ajoute qu’une tranche de la population suit toujours la voix de nos ancêtres. Selon lui le bélènitougou est une fête traditionnelle vieille de plus de cent ans qui est célébrée chaque année dans le village de Somasso  pour marquer la fin des travaux champêtres. Il est l’occasion pour nous ajoute-il, de rendre grâce au Tout puissant Protecteur du Monde, et d’encourager davantage les travailleurs, les bras valides de la communauté à travers la musique, chants et danses traditionnelles du terroir. Et le maire d’ajouter que l’ADS, et les résidents du village de Somasso, ont érigé cette fête traditionnelle en Festival du Bélènitougou en 2015 dont nous fêtons la cinquième édition. Il a, par ailleurs,  adresser ses remerciements à tous les membres de l’ADS et leurs sympathisants, particulièrement au président Markatiè Dao pour les efforts inlassables qu’ils consentent pour la commune. Le maire a déploré la perte de certains instruments musicaux du terroir et des pas de danses traditionnelles du milieu notamment  ;le pérékoumété ,le Bara dounou , le Ngaka, le Bon, le dounouba, le tamani.

Le président de l’ADS, notre confère, non moins chargé de communication au ministère de la Santé, Markatiè Dao, de poursuivre que le festival du bélènitougou, en dehors de son aspect festif, renforce les liens de fraternité, d’amitié, d’entraide entre le frère et sœurs, entre villages voisins, entre population résidentes et non résidentes. Il a prôné l’entente et la consolidation du tissu social.

Ousmane Ladji Bamba/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Wazekwa Tolo Doe, Maitre Féticheur á M'Petiona, commune rurale de Somasso, cercle de Bla, région de Ségou, Mali, Afrique

    1- “…Le maire a déploré la perte de certains instruments musicaux du terroir et des pas de danses traditionnelles du milieu notamment ;le pérékoumété ,le Bara dounou , le Ngaka, le Bon, le dounouba, le tamani….”

    OUI, C’ EST VRAI, C’ EST L’ ISLAM QUI DÉTRUIT ICI LA JOIE DE VIVRE, LA JOIE DE TRAILLER AUSSI…

    2- “…Pour lui, les principales ethnie sont : Minianka , Bambara, Peulh et Sarakolé. Pour lui, L’islam, et le christianisme sont les religions les plus pratiquées. Cependant, le maire ajoute qu’une tranche de la population suit toujours la voix de nos ancêtres. Selon lui le bélènitougou est une fête traditionnelle vieille de plus de cent ans qui est célébrée chaque année dans le village de Somasso pour marquer la fin des travaux champêtres. Il est l’occasion pour nous ajoute-il, de rendre grâce au Tout puissant Protecteur du Monde, et d’encourager davantage les travailleurs, les bras valides de la communauté à travers la musique, chants et danses traditionnelles du terroir. …..”

    NON, C’ EST FAUX. ICI Á SOMASSO, IL Y A EN MAJORITÉ LES MINIANKA, LES BAMANAN, LES BAW, LES BOBO.

    LES PEULH ET LES SARAKOLÉ D’ ICI SONT DES VENANTS-PARTANTS, ILS NE SONT PAS ATTACHÉS Á LA TERRE, ILS SONT DES COMMERCANTS : DONC EUX ILS SONT ATTACHÉS Á LA POPULATION AUTOCHTONE, COMME DES POUX.

    ICI Á SOMASSO NOUS SUIVONS MAJORITAIREMENT LA VOIE-ET-VOIX SPIRITUELLE DE NOS ANCETRES.

    Á CAUSE DE NOTRE HOSPITALITÉ GRANDIOSE, CERTAINS DE NOUS , PAR AMITIÉ , PEUVENT AUSSI Á CTÉ DES FÉTICHES PUISSANTS, ACCOMPAGNER LES AMIS OU VOISINS PEUL OU SARAKOLÉ Á LA MOSQUÉE. MAIS NOUS CROYONS PLUS Á NOS FÉTICHES MILLÉNAIRES.

    CHERS MALIENS, VENEZ TOUS Á SOMASSO RENDRE LA GRACE AU “Tout puissant Protecteur du Monde” , N’ ALLEZ PAS Á LA MECQUE, CAR C’ EST POUR LES ARABES.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here