Café littéraire à l’Institut français de Bamako : La trilogie de la romancière Niaré Fatoumata Kéita à table

1

L’invité du Café littéraire de l’Institut français du  23 septembre 2017 était la romancière Niaré Fatoumata Kéita venue présenter sa trilogie parue aux Éditions La  Sahélienne.

-Maliweb.net-  Poétesse, romancière, essayiste, socio-anthropologue  et titulaire d’un DEA socio-économie du développement, lauréate du prix Massa Makan Diabaté en 2015,  Fatoumata Kéïta Niaré  était à la rencontre de son public pour parler de sa trilogie éditée par La Sahélienne. « Sous Fer », « Quand les cauris se taisent » « Les Mamelles de l’amour » sont les trois romans constituant la trilogie de l’écrivaine qui décrit dans ses   œuvres  le quotidien de cette société malienne dont elle est issue.  Deuxième romancier malien a réalisé une trilogie, Fatoumata Kéïta dans une modestie qui la caractérise  avoue y être parvenue «accidentellement » en prenant la parole d’une voix tremblante et timide courant à ses premiers mots devant  public.

Excision, polygamie vécue sous différentes couleurs, mariage  sont entre-autres les  rôles portés hauts par les personnages de Fatoumata Kéïta dans un style qui est devenu propre à la romancière. L’écriture de Fatoumata Kéïta est empruntée de sa langue maternelle, le Bamanan dont elle vante si bien les subtilités et la finesse pour exprimer une pensée. Face à la journaliste Ramata Diaouré, animatrice du Café, la romancière  revient sur ses personnages et sa vision de notre société qu’elle raconte avec son œil socio-anthropologue. Niaré Fatoumata Kéïta n’hésite pas de donner sa position sur la question de l’excision, une pratique  qu’elle condamne même si elle rejette l’approche faite par certains pour la bouter de notre sol. Pour l’écrivaine de « Sous Fer » il faut privilégier dans  les discours les conséquences sur la santé de pratiquer l’excision pour mener à bien  les campagnes de sensibilisations.

Les œuvres de Niaré Fatoumata Kéïta constituent le reflet de la société et ses personnages sont des représentations du vécu des lecteurs.

La poétesse Fatoumata Kéïta a un beau monde de consommateurs à ses côtés à compter les clubs de lecture de la place, sa famille, belle –famille, son mari, ses enfants , les autorités de la place sans oublier l’international qui suit de très près les écrits de la romancières.

Khadydiatou SANOGO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.