Festival international Soninké (FISO) 2015 : Ce sera du 25 au 28 février 2016 à Bamako

0

Les berges du Fleuve Niger abriteront la 4ème édition du Festival international Soninké (FISO) prévue du 25 au 28 février 2016. La cérémonie de lancement des festivités a eu lieu le vendredi 11 décembre 2015, dans la grande salle de conférences de la Maison de la presse, pleine à craquer.

Elle était présidée par Sadio Gassama, ancien ministre, en présence du Président de la Commission d’organisation du festival, Souleymane Camara, de celui du Comité de pilotage, Mamadou Hamet Cissé et du Patriarche Niaré.

Selon le Président du Comité d’organisation, ce festival est une initiative de la diaspora de France et a pour vocation de magnifier la très ancienne culture soninké, née de l’empire du Wagadou, dont ils sont tous fiers d’être les héritiers.

L’aire culturelle du FISO, dira t-il, englobe la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Cap-Vert, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et la diaspora soninké. Le festival soninké s’est tenu successivement à Kayes, en 2011 et 2012, puis à Nouakchott, en République islamique de Mauritanie, en 2014, a déclaré Mamadou Hamet Cissé.

Consideré comme l’une des plus importantes manifestations culturelles ouest-africaines, le FISO aura, entre autres, contribué à éveiller les consciences sur l’intérêt que nous devons tous accorder aux fondements culturels fragilisés de nos sociétés, surtout en cette difficile phase que connaît notre pays, et même la sous-région, du fait essentiellement de l’ébranlement de nos assises culturelles.

Grâce au combat quotidien que mènent les associations soninkés, le soninké est classé comme la 2ème langue étrangère parlée après l’arabe en Ile de France. Il s’agira aussi de montrer aux générations futures quelles furent les valeurs et repères des guerriers intrépides, maitres du négoce, érudits religieux, etc. que furent les hommes d’une civilisation qui refuse d’être ensevelie par les immondices des âges.

«Le but du FISO, c’est aussi de rassembler le plus grand nombre de populations, communautés et autres festivaliers, afin de raviver la culture soninké à travers langue, chants, danses, proverbes, symboles», a martelé le Président du Comité d’organisation.

Prenant la parole pour lancer les activités, le Général Sadio Gassama dira qu’au-delà de son aspect festif, ce rassemblement se fixe comme objectifs de raviver les valeurs sociétales, dont l’effritement est à l’origine d’un certain nombre d’ébranlements de sociétés à travers le monde.

L’honneur, la dignité, la solidarité, la tolérance, le respect de l’autre, le négoce font partie des fondements de cette société soninké, hiérarchisée et solidement administrée, a souligné le Général Gassama.

Adama Bamba

PARTAGER