«La photothèque de Nioro du Sahel » (suite) : Les maires et les notables célèbres de la Commune urbaine de Nioro du Sahel

0

Comme annoncé dans la première publication, “La photothèque de Nioro du Sahel” est un livre qui met la lumière sur les femmes et les hommes célèbres de la Commune urbaine de Nioro du Sahel. Dans cette 2e publication, nous vous présentons les maires, les notables et les éducateurs célèbres qui se sont illustrés à travers les services rendus à la Cité mystérieuse de Nioro.

Les chapitres 4, 5 et 6 de la “Photothèque de Nioro du Sahel” sont consacrés aux maires, notables et éducateurs qui se sont illustrés à travers les services rendus à la Commune urbaine de Nioro du Sahel. Au chapitre des maires, il y a, au premier plan, Mohamed Sylla, le 1er maire élu de l’Us-Rda, de 1966 à 1968. Le 2e maire de Nioro du Sahel est le Lieutenant Sékou Ly (président de la délégation spéciale de 1968 à 1969). Le 3e maire, de 1976 à 1979, est Amadou Bah (instituteur, auteur de l’ouvrage “Histoire du Sahel occidental malien des origines à nos jours”). Les autres maires sont : Moussa Maguiraga (maître du second cycle) 1979-1982 ; Checkné Dibassy (chef d’arrondissement) 1982-1991 ; Baba Haïdara (commis d’administration) président de la délégation spéciale de 1991 à 1992 ; Amadou Diaga (maître du second cycle, maire CNID) élu en 1992 et décédé en 1994 au cours de son mandat ; Idrissa T. Coulibaly (maître du second cycle) maire Cnid de 1994 à 2004 ; Cheick Fanta Mady Bouaré (président de la délégation spéciale de janvier à juillet 2004) ; Abas Sylla (maître du second cycle) maire MPR de 2004 à 2009 ; Kalilou Diakité (Professeur d’enseignement secondaire) maire Adéma de 2009 à 2016 ; Mohamed Moctar Dicko (commerçant) maire ADP-Maliba.

Les notabilités célèbres de Nioro du Sahel

Le chapitre 5 est dédié à 43 notabilités. Le 1er de ces notables est El Hadj Bakary Séméga (né vers 1906 et décédé en octobre 1993 à Nioro). Il était grand commis de l’Administration coloniale et a longtemps travaillé à la mairie de Nioro où il organisa l’Administration communale. Le 2e notable est Lakamy Gary. Tailleur et commerçant de son état, il est aujourd’hui le chef de quartier de Kabala et président des chefs de quartiers de Nioro et villages. Le 3è notable est Almami Diaby (né vers 1935 à Nioro du Sahel, il est le chef de quartier de Diawely Counda).

Les autres notables sont : N’Tiamba Sylla (né vers 1932  Nioro, il est le chef de quartier de Sylla Counda) ; Alleye Siby (chef de quartier de Tichitt) ; Sambré Ly (chef de village de Madoga) ; Amadou Aliou Sy (né vers 1954, chef de village de Madina Alahéry) ; Mamadou Hindy Coulibaly (né le 28 décembre 1928, chef de quartier de Malicounda) ; Harouna Mody Diallo (chef de village de Diawély Rangabé) ; Diatrou Touré (né vers 1934 et décédé en 1986, ancien chef de quartier de Kassoumoula) ; Abdou Bocar Sy (né vers 1906 et décédé en 1988, ancien chef de canton de Boundou) ; Sampadel Diallo (né vers 1840 et décédé en 1910, ancien chef de village de Awoiny); Ibrahiam Maguiraga (né vers 1961, chef de quartier de Maguiragacounda) ; Mamadou Hawa Sylla (né vers 1963, chef de village de Diaka) ; Abdoul Karim Dramé (né vers 1909 et décédé en 1998, il a été retenu pour sa bravoure. Avec son compagnon Magnagalé Diawara, il a tué un lion qui décimait le cheptel et empêchait les populations paisibles de dormir) ; Magnakalé Diawara (né vers 1910 et décédé en 1999, il a été retenu pour son acte de bravoure.

Lui et Abdoul Karim Dramé ont tué dans la bande du Louadou un lion qui décimait le cheptel et empêchait les populations paisibles de dormir) ; Dadé Kouressy dit Bana (né vers 1930, il est reconnu pour son humour, son franc parlé mais surtout pour sa fidélité et sa constance dans les rapports humains) ; Goungourou Traoré (il jouait le rôle de secrétaire d’accueil et de protocole du colonisateur blanc. Il fallait passer par lui pour accéder au bureau du commandant. A ce titre, il était plus craint que le commandant lui-même).

On retrouve aussi des femmes dans cette photothèque de Nioro du sahel : Mme Souminé Diallo (militante engagée du Quartier Diaka, elle fut présidente des femmes de Nioro) ; Mme N’Pinda Diani (née vers 1930 et décédée le 4 janvier 2015, elle fut présidente des femmes musulmanes hamalliste de Diawelycounda) ; Mme Penda Diallo (née vers 1935, responsable des femmes hamallistes de Nioro) ; Mme Néné Tambadou (née vers 1935 à Nioro, elle est la présidente des femmes musulmanes de Nioro) ; Mme Bassa Séméga Diani dite Tité (née vers 1942 et décédée en 2003, elle fut directrice du service social de Nioro) ; Mme Mouneissé Damba (surnommée “Madame Propre”, elle balayait volontairement et régulièrement les rues de Diaka et vidait les eaux stagnantes).

On retrouve aussi parmi les notables cités, Sadial Bathily (né vers 1912, vétérinaire de son état, il était l’un des membres du Parti progressiste soudanais “PSP”), Moustapha Souaré (né vers 1912 e décédé en 1996 à Nioro, homme de principe, sérieux dans le travail, il était attaché à l’éducation des enfants et à la cohésion familiale), Baba Bah dit Filababa (né vers 1921 et décédé en 1997, il était interprète au tribunal de Nioro pendant plus de 20 ans), N’Golo Ouattara (Bagagiste à l’aéroport, il est retenu pour sa bravoure. En tant que Brigade de vigilance, il a pénétré dans la forêt (actuel lycée), pour y dénicher des bandits qui y étaient réfugiés ; Almamy Dibassy (né vers 1900 et décédé en 1988 à Nioro, il était un grand conciliateur) ; Mamoudou Touré (né vers 1916 et décédé en 1984, il est le 1er interprète auprès du colon à Bafoulabé.

Directeur du magasin général (actuel transit administratif), il fut le 1er percepteur du cercle de Nioro) ; Sirouna Touré (il fut interprète depuis plus de 20 ans), Ibrahim Bama Bah (né en 1922 et décédé en 1997, il est tombé avec Diarra Coulibaly dit Bah sous les balles assassines des bandits entre Nioro et Youri pendant qu’ils étaient en mission de conciliation avec le commandant) ; Gaye Nimaga (né vers 1920 et décédé en 2010, il était le patriarche des familles Nimaga de Diaka) ; Baba Doumassy (né vers 1925 et décédé en 2006 à Nioro, il était agent d’exploitation des PTT et Receveur à la Poste de Nioro jusqu’à sa retraite) ; Bayouba dit Boïba Sylla (né vers 1935 à Nioro, il était l’organisateur du vélo tours à Nioro) ; Hamet Séméga (né vers 1951 et décédé en 2018, il était enseignant de son état et servit plusieurs communes de Nioro avant de s’installer à San) ; Cheick Sidi Hamed Diaby (né le 4 septembre 1959 à Nioro, il est ingénieur spécialisé en centrales électriques. Il a participé à l’électrification de la ville de  Nioro et des villages de Awiny, de Tourel et de Madina Alahéry) ; Cheichiné Hamalla Haïdara (très attaché à Nioro, il a contribué en 2005 à l’équipement de la mairie et à la 1ère édition des journées culturelles organisées par Nioro Kanou 2006) ; Madibaba Diakité (né vers 1954 à Nioro, il est inspecteur des finances, chef de plusieurs projets.

Il fut DFM successivement au ministère du Commerce, des Mines, de l’Economie, des Finances et aussi inspecteur en chef à l’inspection des finances. Il a doté la grande mosquée de Nioro d’une morgue et d’un corbillard) Seydou Kane (né vers 1966, opérateur  économique, grâce à ses efforts soutenus, les secteurs de l’éducation et de la santé ont bénéficié de la construction des salles de classes, l’équipement en matériels didactiques, des forages, un centre de santé moderne bien équipé et bien d’autres œuvres sociales.

Il est au Gabon). Oumar Barou Niagado (industriel, il contribue au développement économique du Mali. Il est auteur de plusieurs œuvres sociales à Gadiaba Kadiel et à Nioro (école, Cscom, Forages…) ; Saloum Sacko (né vers 1954 et décédé en 2017, il fut conseiller culturel à l’ambassade des USA au Mali. La commune de Nioro du Sahel lui est reconnaissante pour ses efforts dans la construction de l’école de Syllacounda “abattoir”) ; Lassana Diakité dit Diambala (né vers 1959, il est citoyen d’adoption de la ville de Nioro, il a animé plusieurs fêtes populaires et a contribué à l’assainissement de la ville).

                           Siaka DOUMBIA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here