Fin de la mission de la médiation de la CEDEAO au Mali : Rappel de l’importance du respect du délai de la Transition

0

1- Dans le cadre de la mise en application des recommandations issues de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest tenue le 19 juin 2021 à Accra au Ghana, une mission de haut niveau conduite par son Excellence Monsieur Goodluck Ebelé Jonathan ancien président de la République fédérale du Nigeria, envoyé spécial et médiateur de la CEDEAO au mali a séjournée du 5 au 7 septembre 2021 à Bamako.

2- cette mission avait pour but d’évaluer le processus de transition et particulièrement les progrès dans la préparation des élections prévues se tenir en février 2022 conformément pour délai accordé par la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO en sa session extraordinaire du 15 septembre 2020. La mission vise également à apporter le soutien de la CEDEAO dans la mise en œuvre effective des actions prioritaires inscrites dans le plan d’action du gouvernement.

3- La délégation du Médiateur de la CEDEAO, Son Excellence Monsieur Goodluck Ebelé et Jonathan est composée de son excellence Shirley Ayorkor Botchwey, ministre des Affaires étrangères et de l’intégration régionale de la République du Ghana, président en exercice du Conseil des ministres de la CEDEAO de son Excellence Monsieur Jean Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, du Général Francis Béhanzin, commissaire aux Affaires politiques paix etsécurité de la CEDEAO et du professeur Hamidou Bolly, représentant résident de du président de la Commission de la CEDEAO au Mali.

Ont également assisté à cette rencontre des parties prenantes son excellence El-Ghassim WANE, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, chef de la mission multidimensionnelle pour la stabilisation du Mali Minusma, de Monsieur Maman Sambo Sidikou, chef de la mission de l’Union africaine au Sahel Misahel, de SEM Chikezie NWACHUKWU, ambassadeur de la République fédérale du Nigeria au Mali et de son Excellence SEM Napoléon ABDULAI, ambassadeur de la République du Ghana au Mali.

4- La mission de la CEDEAO a rendu une visite de courtoisie au président de la transition, le Colonel Assimi GOITA, et à tenu une session de travail avec Monsieur Choguel Maïga, premier ministre de la transition entouré de plusieurs membres du gouvernement. La mission a également eu des contacts avec les membres du comité local de suivi et les membres du corps diplomatique accrédité au Mali.

La délégation a eu des entretiens avec les forces vives de la nation, à savoir les acteurs politiques, les signataires de l’accord d’Alger les organisations de la société civile et des chefs religieux.

5- La mission a félicité le gouvernement pour le calme relatif observé dans les pays depuis la mise en place du deuxième gouvernement de la Transition et a pris note de l’arrivée des mesures de restriction concernant l’ancien président de la transition son Excellence Bah Ndaw et l’ancien premier ministre son Excellence Monsieur Moctar Ouane.

La mission a apprécié l’expression renouvelée des autorités de la transition à respecter la période convenue de la Transition devant la communauté internationale.

Toutefois, la mission reste préoccupée par l’insuffisance d’actions concrètes dans la préparation effective du processus électoral.

7- La mission a rappelé l’importance du respect du délai de la Transition afin de montrer la crédibilité du processus de transition. Elle a encouragé le gouvernement de transition à présenter rapidement un chronogramme détaillant le programme du calendrier des reformes et actions prioritaires qu’il urge d’entreprendre pour la tenue des élections présidentielles et législatives.

Il s’agit notamment du processus sur le cadre légal devant servir aux élections. La préparation de la liste électorale ou des organes devant conduire les élections

8- La mission a invité les acteurs sociaux politiques à travailler ensemble dans cette période de transition afin de garantir la réussite du processus

9- La mission a réitéré l’engagement de la CEDEAO à accompagner la République du Mali pour une transition réussie.

10- La mission a appelé les partenaires multilatéraux et bilatéraux à continuer de soutenir de processus de transition notamment le cadre de la préparation des élections.

11- Enfin, la mission remercie le gouvernement du Mali pour l’accueil et toutes les commodités mises en place pour la réussite de la mission.

Fait à Bamako le 7 Septembre 2021

   

Notre commentaire

 Un Diktat qui rime avec insoucianc

   

Le cas de la transition au Mali ressemble fort bien à un Poker menteur, voir un mépris affiché aux populations maliennes de nos villes et campagnes qui souffrent quotidiennement le martyr de la part de dirigeants ouest-africains qui semblent n’en faire qu’à leur tête. Et pour cause !

Exiger, voir sommer les autorités de la transition à respecter le délai fixé par des chefs d’états de la CEDEAO pour organiser des élections présidentielles et législatives en février 2022, n’est autre que du mépris à l’égard du peuple malien épris, de paix et de justice.

Ne tirant pas les leçons de ses échecs précédents, la CEDEAO persiste et signe de concerts avec certains hommes politiques, prédateurs devant l’éternel de la mise à sac du Mali, pour que nos autorités organisent des élections présidentielles et législatives dans un pays dont plus des 2/3 sont déstabilisés par des groupes armés.

Cette énième visite de la délégation de la CEDEAO à Bamako, n’est que la volonté malsaine d’imposer au Mali ce qu’elle n’arrive pas à dicter à d’autres pays. Et que dire du comportement du locataire de l’Elysée et de certains élus français à l’AN qui viennent de dénoncer les sanctions contre la junte du CNRD à qui ils apportent leur soutien?

Dans ce cas, le dernier mot reviendra au peuple malien qui saura dans les semaines voir les jours à venir faire valoir son autorité.

La méthode est bien cernée, tout comme le mépris affiché à l’égard de notre peuple. Il reste à savoir la réaction de notre vaillant peuple face à cette attitude de dirigeants de la CEDEAO qui se soucient plutôt de leur fauteuil présidentiel que du bonheur de nos peuples. A l’allure où évoluent les choses, le vaillant peuple du Mali saura bientôt ouvrir une brèche qui permettra de mettre fin à cette France-Afrique qui nous suffoque.

Wait and see !

 

     

La délégation de la CEDEAO à Koulouba 

 Respecte la volonté du peuple malien… 

C’était mardi dernier. Selon nos radars, la délégation de la cedeao, conduite par l’ex président Goodluck Jonathan, a été reçu par le  Président Assimi Goïta. Après avoir attentivement écouté ses visiteurs qui ont rappelé le respect du délai de la Transition qu’ils souhaitent, leur a demandé d’aller dire aux Chefs d’État de la communauté de respecter la volonté du peuple malien. La délégation a réitéré le message des chefs d’État tout en promettant de transmettre les propos du Colonel à qui de droit.

En guise de rappel, le coup d’état du 18 août 2020 a été salué par la majorité des maliens. Idem pour le débarquement du Président Bah N’Daou qui a vu le vice-président, Colonel Assimi Goïta le remplacer et valablement. De nos jours, l’aura du Président Assimi Goïta ne souffre d’aucune ombre. Intacte.

Étaient présents à cette rencontre, son excellence El-Ghassim WANE, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, chef de la mission multidimensionnelle pour la stabilisation du Mali Minusma, M. Maman Sambo Sidikou, chef de la mission de l’Union africaine au Sahel Misahel, de SEM Chikezie NWACHUKWU, ambassadeur de la République fédérale du Nigeria au Mali et de son Excellence SEM Napoléon ABDULAI, ambassadeur de la République du Ghana au Mali.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here