Transition malienne : La CEDEAO viole ses textes

1

“La Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO) a tenu son sommet extraordinaire consacré sur la situation au Mali, le dimanche 9 janvier dernier à Accra.

A l’étonnement de tout le monde, ce sommet a été couplé à celui de l’Union Econmique et Monétaire Ouest-africaine ( UEMOA).

Comme on pouvait s’attendre, après plusieurs mois inutiles des menaces, ces chefs d’Etat ouest-africains ont finalement mis en application leur sale besogne. Ils ont pris des sanctions contre le Mali. Il s’agit, entre autres, du  gel des avoirs du Mali dans les banques centrales de l’Espace, la suspension des échanges commerciaux, la fermeture des frontières aériennes et terrestres, entre autres…

La CEDEAO a outrepassé ses prérogatives puisque dans ses traités additionnels de février 1992, il n’est nullement mentionné la fermeture de frontières. On se demande comment les Chefs d’Etat ont pu prendre ses sanctions criminelles contre un pays qui fait face à l’insécurité depuis 2012. Les autorités du Mali ont fait de leur credo, la lutte contre l’insécurité, afin de protéger la population.

 

La CEDEAO, créée pour faciliter la libre circulation des citoyens de l’espace est devenue un appareil instrumentisé par ses dirigeants à la solde de la France impérialiste.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara a modifié la Constitution de son pays, afin d’obtenir un troisième mandat. Il fut soutenu à l’époque par ses pairs. Il a emprisonné et obligé beaucoup de ses opposants politiques à l’exil, comme pour exemple on peut citer Guillaume Soro, où était la CEDEAO à l’époque ?

Aujourd’hui elle se prend pour donneuse de leçon, alors qu’elle est pilotée par des tyrans. Elle n’a pas pris de sanction contre Alassane Ouattara qui terrorise son peuple en longueur de journée. Aujourd’hui les Autorités maliennes, malgré les efforts accomplis pour le peuple sont agréssées par des gouverneurs à la solde de la France. La CEDEAO est devenue un syndicat des Chefs d’Etats à la solde de Emmanuel Macron et non pour le peuple. C’est dommage !

Il est normal aujourd’hui de reconnaître le travail accompli par le colonel Assimi Goita et ses hommes pour le peuple malien. Les résolutions des Assises Nationales de la Refondation, tenue à la fin du mois de décembre témoignent du soutien des Maliens que la politique de refondation du Mali est une nécessité parfaite.

Après ces sanctions criminelles de la CEDEAO, le peuple malien s’est montré solidaire, fédéré autour de la patrie, afin de mener la résistance à contre l’envahisseur (CEDEAO). Dans cette riposte et résistance du peuple vaillant du Mali, certains peuples africains l’ont soutenu, à l’image des Burkinabé, Sénégalais, des Béninois et autres qui élèvent de plus en plus la voix contre les assaillants de la CEDEAO.

Cette solidarité va même au-delà de l’Afrique et s’étend vers le reste du monde entier qui soutient aujourd’hui le peuple malien agressé par des gouverneurs à la solde de la France”.

Dans un sentiment de résistance et de défense de la patrie, des grands meetings de soutien aux Autorités de la transition seront organisés demain vendredi sur toute l’étendue du territoire national malien.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. It is very much disheartening to find ECOWAS in servitude to France plus EU plus part of plot to do great injury to Malians government plus citizens but it is no surprise. France have not ever done anything in Africa according to law but still ECOWAS give France pass to do as it desire. That is way wealthy old men as leaders lead Negroid West Africa. That occurrence alone is excess enough cause to replace ECOWAS.
    Good thing we perceived there would be attempt to sacrifice Mali for sake of incompetent leaders of ECOWAS servitude to France plus EU. Their shameful actions are no surprise plus will be remembered for decades if not centuries.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here