Parlons le Mali : 4e partie

1

LE PARLEMENT

L’ASSEMBLÉE NATIONALE, elle va garder toutes ses prérogatives, mais aux anciennes, on va ajouter l’élection du Premier ministre et d’autres nouvelles dispositions qui définiront ses rapports avec le Sénat afin de maintenir l’équilibre recherché.

Ce système aura l’avantage de permettre à chaque circonscription de se battre pour avoir le meilleur représentant qui pourra prétendre à la primature. Aussi, le député devenu Premier ministre pourra en retour demander à ses électeurs à la base et aux autres résidents de sa circonscription de se mobiliser tous pour le soutenir et pour honorer leur localité.

Ce système va nous permettre d’avoir surtout des députés soutenus, sérieux et plus intellectuels.

LE SENAT, il sera institué pour maintenir l’équilibre social, pour assainir le travail de l’Assemblée nationale, mais aussi pour orienter l’exécutif, le contrôler, réguler les vacances du pouvoir et enfin rendre les élections mieux équilibrées.

Il comprendra trois composantes : la branche politique, le conseil des sages et la branche civile.

La branche politique est constituée par les conseillers nationaux, ils sont les seuls qui peuvent accéder à la tête du Sénat.

Le conseil des sages est formé par les anciens présidents, ils ont servi le pays, ils connaissent les hommes et les systèmes ; comme des généraux, ils doivent continuer à aider, mais dans un cadre formel assoupli. Ils seront des consultants nationaux.

La 1ére  composante de la branche civile est composée par les représentants des chefs coutumiers, ils sont l’essence du peuple, ils pourront apporter dans les décisions la touche de notre authenticité.

La deuxième composante de la branche civile est composée par les religieux, toutes confessions confondues, ils sont la conscience et l’âme de nos populations, ils doivent apporter leur regard et servir officiellement le pays.

Le Sénat donnera des rapports sur les nominations des ministres, des dirigeants des grandes entreprises et autres. Il procédera aux enquêtes sur les personnes qui sont désignées à un poste. Ils joueront le rôle d’équilibre et souvent d’arbitre. Il deviendra un instrument pour que le peuple voie mieux et s’implique plus.

En cas d’incapacité permanente du président de la République, le président du Sénat le remplace et fait choisir un membre de la branche civile du Sénat pour organiser des élections crédibles dans les conditions et procédures édictées par la loi. Il ne sera pas considéré comme ancien président de la République.

Pour chaque élection de président de la République, le Sénat désigne un membre de sa branche civile, qui va remplacer le président de la République pendant toute la période électorale et va organiser des élections crédibles. Il supervisera l’élection du Premier ministre. Il ne sera pas considéré comme ancien président de la République.

LE TIMING

Le calendrier électoral commence par l’élection des sénateurs, deux ans avant les élections des députés, qui voteront le Premier ministre et enfin le peuple élira au suffrage universel direct le président de la République.

– MODES D’ÉLECTION

-Les sénateurs 

1-Les membres du conseil des sages sont désignés automatiquement après un mandat présidentiel. Ces membres sont désignés à vie.

2-La branche politique, élu parmi les conseillers municipaux dans un quota fixé nationalement. Les conseillers nationaux sont élus pour cinq ans.

3-La branche civile, les deux composantes sont élues parmi les élus au sein des associations des chefs coutumiers et des associations des chefs religieux selon un quota national fixé.

Concernant les religieux, le quota des musulmans va doubler celui des chrétiens. Ces membres sont élus pour cinq ans

-Les députés 

Ils sont élus pour cinq ans à la majorité simple.

Moussa Sey Diallo

 

Ancien conseiller à la communication de l’Assemblée nationale

Elu communal en C I

 « DONKO NI MAAYA »

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. WAZEKWA TOLO DOE dit BANCONI FATOH, MAITRE-FÉTICHEUR né á MPETIONA, SOMASSO, BLA, SÉGOU

    1-Les membres du conseil des sages sont désignés automatiquement après un mandat présidentiel. Ces membres sont désignés à vie.

    NON..! CA NE PASSERA PAS…!

    IL FAUT UNE RUPTURE TOTALE ET NETTE AVEC CES ANCIENS PRÉSIDENTS-LARBINS CONGÉNITAUX: LEUR PLACE EST EN PRISON Á VIE AVEC TOUS LEURS REJETONS.

    DEPUIS MODIBO KEITA , NOUS AVONS ASSISTÉ Á LA MISE EN PLACE D’ UNE KLEPTOCRACIE-KAKISTOCRACIE SANS LIMITE AU MALI.

    CETTE FOIS-CI , CA NE PASSERA PAS : PLUTOT LA MORT QUE LA HONTE DEVANT LES GÉNÉRATIONS FUTURES.

    LE MALI N’ EST PAS DEVENU MEILLEUR AVEC CES “PRÉSIDENTS”.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here