Sursoir au référendum constitutionnel au Mali ne veut pas dire abandonner ou retirer le projet de révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali

18

Lettre ouverte en ligne adressée au Président du Mali, au Premier Ministre, au Président de l’assemblée nationale du Mali, au Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, au CSA, au Ministre des droits de l’Homme et de la réforme de l’état, au Ministre de la décentralisation, au Ministre de l’administration territoriale, au Ministre de la réconciliation nationale, au Ministre de la défense, au Ministre de la sécurité et de la protection civile, au CNCA, aux partis politiques, aux groupes armés et d’autodéfense, aux régions incluant le district de Bamako et aux communes du Mali, aux notabilités de Bamako, du Mali et aux religieux du Mali, à tous les Maliens, à tous les Partenaires (ONU/MINUSMA, BARKHANE, …), au G5 Sahel et aux médias.

La révision de la constitution de 1992 du Mali a engendré d’intenses tiraillements entre les camps du NON et du OUI au référendum devant valider cette révision.

 Le camp du NON, constitué de la plateforme du NON, ANTE ABANA, a même brandi un ultimatum au Président de la République du Mali, IBK, s’il n’abandonne pas, purement et simplement, son projet de révision de la constitution en retirant cette révision de la constitution avant le 15 Août 2017 à minuit au risque :

(1) de le taxer, à un moment d’insécurité galopante au Mali, de haute trahison pour violation de l’article 118 alinéa 3 de la constitution de 1992 du Mali relatif à l’intégrité territoriale du Mali,

(2) de l’accuser de  parjure par l’amputation et le tripatouillage, disent-ils, du serment du Président et

3) que le camp du NON mette en œuvre l’article 121 de la constitution de 1992 du Mali sur la désobéissance civile pour la préservation de la forme Républicaine de l’Etat.

Nous verrons dans la suite de cette lettre ouverte :

 – L’Appel lancé par Dr Anasser Ag Rhissa à la médiation des notabilités de Bamako et des religieux Maliens,

 – Sursoir à l’organisation du référendum constitutionnel au Mali n’est pas abandonner ou retirer le projet de révision de la constitution,

 

– Tous, ensemble, pour la révision de la constitution le plus vite possible et nouvel appel à la médiation des notabilités du Mali et des religieux,

 

– Juste Merci pour le Mali.

 

  1. L’Appel lancé par Dr Anasser Ag Rhissa à la médiation des notabilités de Bamako et des religieux Maliens

 

Plusieurs lettres ouvertes adressées au Président IBK, aux Maliens, aux notabilités de Bamako, aux religieux du Mali et aux partenaires, ont été publiées sur internet et les réseaux sociaux par Dr Anasser Ag Rhissa, Expert TIC, Gouvernance et Sécurité, Président de l’ONG TILWAT International,  pour rapprocher, en mettant le Mali et l’intérêt général des Maliens en avant, les deux camps en expliquant les avantages et la nécessité de la révision de la constitution et en appelant à l’organisation de consultations inclusives de toutes les forces vives Maliennes pour aplanir les divergences sur la révision de la constitution du Mali issue de la constitution de 1992 et pour converger, de façon consensuelle, vers la nécessité du référendum comme seul moyen de départager, de façon durable, les camps du NON et du OUI.

Lors des débats sur Africable des 23 juillet 2017, 30 juillet 2017, 06 août 2017 et 13 août 2017, auxquels Dr Anasser Ag Rhissa a participé, en tant que membre du panel des débateurs, il a lancé un appel aux notabilités de Bamako et aux religieux (Mahmoud Dicko, Ousmane Chérif Madane Haidara, Cheik Soufi Bilal Diallo, Cardinal Jean Zerbo, …) :

(1) pour inviter les deux camps, du NON et du OUI au référendum, à l’apaisement, à la paix, à la cohésion sociale et à l’unité nationale ET

 

(2) pour l’organisation d’un forum inclusif de toutes les forces vives Maliennes pour aplanir les divergences sur la révision de la constitution du Mali issue de la constitution de 1992 et pour converger, de façon consensuelle, vers la nécessité du référendum comme seul moyen de départager, de façon durable, les camps du NON et du OUI.

Le 12 août 2017, lors d’une rencontre organisée par le Groupe Informel de Défense de la République (GIDR), dont il fait partie, pour le rapprochement des camps du NON et du OUI,  Dr Anasser Ag Rhissa a rencontré le représentant à cette rencontre des notabilités de Bamako et a échangé avec lui sur l’appel précédent qu’il a lancé à ces dernières et aux religieux.

Le représentant des notabilités de Bamako a rassuré Dr Anasser Ag Rhissa que la prise en charge de cet appel était en cours.

Lors du débat Africable du 13 août 2017, portant sur la sortie du Président IBK sur le projet de révision de la constitution  du Mali  et l’ultimatum de la plateforme du NON et la main tendue de la CMA pour le retour de l’Etat à Kidal, Dr Anasser Ag Rhissa a rappelé l’appel précédent aux notabilités de Bamako et aux religieux et a donné cette nouvelle rassurante.

Avant la date butoir du 15 Août 2017, les notabilités de Bamako et les religieux ont contacté, le 14  Août 2017, le Président de la République et la Plateforme du NON pour appeler à l’apaisement, à la paix, à la cohésion nationale et à l’unité nationale en sursoyant à l’organisation du référendum jusqu’à la fin de toutes les consultations des forces vives que le Président de la République est en train de faire.

Compte-tenu de cette démarche de médiation assurée par les notabilités de Bamako et les religieux, qu’ils en soient félicités, en ayant contacté le Président IBK, la plateforme du NON et la convention de la majorité présidentielle (CMP), la date de l’ultimatum de la plateforme du NON, ANTE ABANA, a été repoussée au samedi 19 août 2017.

Pour répondre à la sollicitation de cette médiation et dans le cadre des consultations des forces vives que fait le Président IBK, le 18 août 2017, il a rencontré des représentants de la plateforme NON accompagnés par des représentants des notabilités de Bamako et des religieux.

Le soir du 18 août 2017, sur l’ORTM, le Président IBK s’est adressé à la nation Malienne en indiquant qu’il sursoit à l’organisation du référendum sur la révision de la constitution de 1992 du Mali.

 

  1. Sursoir à l’organisation du référendum constitutionnel au Mali n’est pas abandonner ou retirer le projet de révision de la constitution

Il est important de rappeler que sursoir au référendum constitutionnel au Mali ne veut pas dire abandonner ou retirer le projet de révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali.

Le fait de sursoir au référendum constitutionnel veut tout simplement dire qu’il sera organisé ultérieurement comme l’avait déjà dit au nom du gouvernement, depuis le 21 juin 2017, le Ministre Malien des droits de l’Homme et de la réforme de l’Etat, Tapo Kassoum, que la tenue du référendum constitutionnel au Mali est repoussée à une date ultérieure alors qu’il était programmé pour le 09 juillet 2017.

Dans son adresse à la nation, le 18 août 2017, sur l’ORTM, le Président de la République s’est focalisé, entre autres, sur les éléments suivants :

L’exigence pour les Maliens, en particulier, pour lui,  de se parler, de se comprendre et d’aller ensemble de l’avant, afin de sauvegarder la cohésion sociale, l’intérêt national et notre patrie

– Le devoir qu’il avait, qu’il a et qu’il aura d’expliquer les avantages de la révision de la constitution pour le rétablissement de la paix, la consolidation des institutions et l’amélioration de la gouvernance au Mali,

– Le fait qu’il sursoit à l’organisation du référendum sur la révision de la constitution du Mali,

– Le fait qu’il engagera des échanges sans détour et un dialogue inclusif et dépassionné sur cette révision de la constitution et le référendum qui la validera.

Cette sage et unificatrice adresse à la nation grandit le Président de la République, qui se place, ainsi, au-dessus de la mêlée en sursoyant à l’organisation du référendum constitutionnel et en souhaitant engager des échanges sans détour et un dialogue inclusif, étendu à tous les acteurs, et dépassionné sur cette révision de la constitution et le référendum qui la validera.

 

Afin de sauvegarder notre nation, de mettre le Mali et l’intérêt des Maliens en avant, tous les acteurs, en particulier, la plateforme du NON, ANTE ABANA, doivent s’engager franchement pour ces échanges sans détour et pour ce dialogue inclusif et dépassionné.

 

  1. Tous, ensemble, pour la révision de la constitution le plus vite possible et nouvel appel à la médiation des notabilités du Mali et des religieux

 

Le Président de la République prendra les dispositions nécessaires pour que des échanges sans détour et ce dialogue inclusif et dépassionné aient lieu mais il doit être aidé par tous les acteurs, en particulier, les notabilités de Bamako et les religieux.

 

Je relance un appel aux notabilités de Bamako et aux religieux pour revoir le Président de la République, la plateforme du NON, ANTE ABANA, la CMP, l’opposition mais aussi, l’extension à d’autres notabilités des autres régions du Mali, la plateforme du OUI, la société civile, toutes les forces vives (partis politiques, députés, représentants des régions et communes du Mali, des Maliens établis à l’extérieur, …) et les partenaires, pour  le deuxième volet de l’appel que je leur avait lancé lors des débats Africable, rappelés plus haut,  afin d’organiser un forum inclusif de toutes les forces vives Maliennes pour aplanir les divergences sur la révision de la constitution du Mali issue de la constitution de 1992 et de converger, de façon consensuelle, vers la nécessité du référendum comme seul moyen de départager, de façon durable, les camps du NON et du OUI.

 

Nous sommes TOUS MALIENS ou sympathisants Maliens pour nos partenaires et c’est le moment judicieux pour le prouver en mettant le Mali en avant et en optant pour la cohésion nationale, l’apaisement, la quiétude et la patience (qui est un chemin d’or, dit-on).

 

Ce que nous devons et vous devez comprendre, c’est que les Maliens doivent prendre de la hauteur et se rejoindre en mettant le Mali et l’intérêt des Maliens en avant.

 

L’ultimatum, émis par le camp du NON au référendum, est passé en laissant le Mali debout avec ses défis, en particulier l’organisation du référendum constitutionnel, qui resteront à relever.

 

Le respect de TOUS les Maliens, de la constitution et de nos engagements exigent d’organiser un tel référendum constitutionnel pour que chacun(e) s’exprime librement, démocratiquement, afin de départager les camps du NON et du OUI au référendum.

 

Contribuons TOUS, ENSEMBLE, indépendamment des bords politiques et des camps NON et OUI au référendum, à relever ces défis pour le bien-être des Maliens, en commençant par l’organisation, démocratiquement et dans la quiétude, de notre référendum avec la sécurité optimale basée sur le front uni formé par les forces de défense et sécurité du Mali, Barkhane, MINUSMA, les populations du Mali (pour l’aide aux renseignements et à travers les groupes d’auto-défense de ces populations) et plus tard le G5 Sahel.

 

TOUS, ENSEMBLE, nous y arriverons.

 

Il faut y croire avec la volonté et l’engagement patriotique, de TOUS/TOUTES, ENSEMBLE.

Que Dieu nous aide à y parvenir et nous facilite le chemin pour y arriver.

 

Amine.

  1. Juste Merci pour le Mali

Merci à la médiation assurée par les notabilités de Bamako et les religieux Maliens pour une sortie honorable pour tous de la crise que traverse notre pays en liaison avec la révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali.

Merci au Président de la République IBK dont la sage et unificatrice adresse à la nation l’a grandi et l’a placé, ainsi, au-dessus de la mêlée en sursoyant à l’organisation du référendum constitutionnel et en souhaitant engager des échanges sans détour et un dialogue inclusif, étendu à tous les acteurs, et dépassionné sur cette révision de la constitution et le référendum qui la validera.

Merci à la plateforme du NON, ANTE ABANA, d’avoir eu à organiser toutes ses actions sans violence physique même si on déplore des violences verbales.

Merci à la plateforme du OUI, AN SONNA, d’avoir eu à organiser ses actions sans violence physique et avec moins de violences verbales.

Merci à tous les groupes, tel que le Groupe Informel pour la Défense de la République, qui travaillent pour le rapprochement des camps du NON et du OUI.

Merci à la mission de bons offices, dirigée par Mahmoud Dicko, pour le retour de l’Etat à Kidal.

Merci au Premier Ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA et au groupe « souveraineté » du gouvernement du Premier Ministre, pour leurs actions pour la mise en œuvre intégrale de l’accord de paix, en particulier, sur la révision constitutionnelle, pour le retour de l’Etat à Kidal, pour le MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination), le retour de l’administration et du gouverneur  à Kidal. Merci au Président de ce groupe, Tiéna Coulibaly, Ministre de la défense du Mali.

Merci au Ministre Tapo Kassoum et le Secrétaire Général du Ministère des droits de l’Homme et de la reforme de l’Etat, Bengaly Abraham, pour leurs ténacités pour aboutir au projet de révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali.

 

Merci à l’assemblée nationale du Mali, en particulier à sa commission LOIS, pour toutes les écoutes réalisées pour que la proposition de la révision de la constitution prenne corps.

 

Merci à la CMP pour l’accompagnement et la dissémination du projet de révision de la constitution.

 

Merci à l’opposition pour leur grande contribution à la révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali ?

 

Merci pour les internautes pour leurs contributions à la recherche des solutions idoines pour sortir de la crise : Prenons de la hauteur pour chercher des solutions mettant le Mali et l’intérêt national en avant.

 

Merci aux parties prenantes à l’accord de paix que j’invite à un engagement  franc et sans complaisance pour la mise en œuvre intégrale de cet accord, en particulier pour l’indispensable révision de la constitution.

 

Merci à tous eux qui nous aident pour sortir de cette crise en restant équidistants des parties prenantes.

 

  1. Contact

Dr Anasser Ag Rhissa
Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

Président de l’ONG TILWAT International
E-mail : [email protected]
TEL 00223 95 58 48 97   //  00223 78 73 14 61

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

18 COMMENTAIRES

  1. Docteur, Celui qui veut parler de la reprise de la révision à cet instant est un ennemi du peuple malien. C’est maintenant qu’on va connaître les vrais visages des maliens. Comment peux ton parler à une femme qui vient de perdre son bébé de tout faire rapidement pour avoir un autre enfant. C’est ajouter une douleur à une autre douleur. même si on doit continuer c’est pas le moment. Je suis vraiment désolée pour toi car je croyais que tu étais pour le Mali mais je trouve que tu vises ton intérêt personnel.

    • Bonjour,
      Merci Batou Koné de votre contribution.

      Je ne peux pas semer la discorde entre Maliens pour preuve, lors des débats sur Africable auxquels j’ai participés, c’est moi qui ai fait appel aux notabilités de Bamako et aux religieux pour assurer la médiation actuelle entre les camps du NON et du OUI à travers le dialogue entre le Président, le camp du NON et tous les acteurs pour établir, entre autres, la paix et l’apaisement.

      J’AI TOUJOURS OPTE POUR LA PAIX ET LA CONCORDE ENTRE LES ACTEURS.

      De quel intérêt personnel parlez-vous lorsqu’on agit pour la paix et la concorde entre Maliens ?

      Le Président a bien compris la situation en proposant aux Maliens un dialogue inclusif dépassionné sur la révision constitutionnelle afin de l’adapter aux besoins de tous les Maliens et du MALI et la proposer, PLUS TARD, consensuellement, pour validation par référendum.

      Malgré l’existence de séquelles causées par les tiraillements entre les deux camps du NON et du OUI au référendum, il est important de faire le bilan et de commencer à réfléchir à ce dialogue inclusif entre tous les acteurs.

      Ouvrons-nous les uns aux autres et cultivons le vivre ensemble ET la coexistence pacifique pour un Mali de tolérance, havre de paix.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et sécurité
      TEL 00223 95 58 48 97

  2. Bonjour,
    Merci aux uns et aux autres pour vos contributions.

    Je ne peux pas créer la discorde entre Maliens pour preuve toutes mes contributions et lettres ouvertes ont pour objectifs de rapprocher les Maliens et d’établir la paix et la concorde entre eux.

    C’est moi, qui ai fait appel aux notabilités de Bamako et aux religieux pour assurer la médiation actuelle entre les camps du NON et du OUI en ayant sollicité le dialogue entre le Président, le camp du NON et tous les acteurs pour établir, entre autres, la paix et l’apaisement.

    En effet, lors des débats sur Africable des 23 juillet 2017, 30 juillet 2017, 06 août 2017 et 13 août 2017, auxquels j’ai participé, en tant que membre du panel des débateurs, j’ai lancé un appel aux notabilités de Bamako et aux religieux (Mahmoud Dicko, Ousmane Chérif Madane Haidara, Cheik Soufi Bilal Diallo, Cardinal Jean Zerbo, …) :

    (1) pour inviter les deux camps, du NON et du OUI au référendum, à l’apaisement, à la paix, à la cohésion sociale et à l’unité nationale ET

    (2) pour l’organisation d’un forum inclusif de toutes les forces vives Maliennes pour aplanir les divergences sur la révision de la constitution du Mali issue de la constitution de 1992 et pour converger, de façon consensuelle, vers la nécessité du référendum comme seul moyen de départager, de façon durable, les camps du NON et du OUI.

    Le 12 août 2017, lors d’une rencontre organisée par le Groupe Informel de Défense de la République (GIDR), dont je fais partie, pour le rapprochement des camps du NON et du OUI, j’ai rencontré le représentant à cette rencontre des notabilités de Bamako et j’ai échangé avec lui sur l’appel précédent que j’ai lancé à ces dernières et aux religieux.

    Le représentant des notabilités de Bamako m’a rassuré que la prise en charge de cet appel était en cours.

    Lors du débat Africable du 13 août 2017, portant sur la sortie du Président IBK sur le projet de révision de la constitution du Mali et l’ultimatum de la plateforme du NON et la main tendue de la CMA pour le retour de l’Etat à Kidal, j’ai rappelé l’appel précédent aux notabilités de Bamako et aux religieux et j’ai donné cette nouvelle rassurante.

    Avant la date butoir du 15 Août 2017, les notabilités de Bamako et les religieux ont contacté, le 14 Août 2017, le Président de la République et la Plateforme du NON pour appeler à l’apaisement, à la paix, à la cohésion nationale et à l’unité nationale en sursoyant à l’organisation du référendum jusqu’à la fin de toutes les consultations des forces vives que le Président de la République est en train de faire.

    Compte-tenu de cette démarche de médiation assurée par les notabilités de Bamako et les religieux, qu’ils en soient félicités, en ayant contacté le Président IBK, la plateforme du NON et la convention de la majorité présidentielle (CMP), la date de l’ultimatum de la plateforme du NON, ANTE ABANA, a été repoussée au samedi 19 août 2017.

    Pour répondre à la sollicitation de cette médiation et dans le cadre des consultations des forces vives que fait le Président IBK, le 18 août 2017, il a rencontré des représentants de la plateforme NON accompagnés par des représentants des notabilités de Bamako et des religieux.

    Le soir du 18 août 2017, sur l’ORTM, le Président IBK s’est adressé à la nation Malienne en indiquant qu’il sursoit à l’organisation du référendum sur la révision de la constitution de 1992 du Mali.

    Merci aux notabilités de Bamako et aux religieux Maliens d’avoir accepté de répondre à mon appel pour assurer cette médiation.

    Merci à cette médiation pour une sortie honorable pour tous de la crise que traverse notre pays en liaison avec la révision de la constitution issue de la constitution de 1992 du Mali.

    Il convient maintenant de mettre LE MALI EN AVANT et de nous focaliser sur la proposition d’IBK d’engager des échanges sans détour et un dialogue inclusif sans passion, ENTRE TOUS LES ACTEURS MALIENS, pour la révision de la constitution et son adaptation aux besoins de tous les Maliens.

    A TRAVERS CE GESTE PATRIOTIQUE ET DE SAGESSE D’IBK, C’EST LE MALI QUI GAGNE.

    Merci au Président de la République IBK dont la sage et unificatrice adresse à la nation l’a grandi et l’a placé, ainsi, au-dessus de la mêlée en sursoyant à l’organisation du référendum constitutionnel et en souhaitant engager des échanges sans détour et un dialogue inclusif, étendu à tous les acteurs, et dépassionné sur cette révision de la constitution et le référendum qui la validera.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 00223 95 58 48 97

  3. Nous prions Dieu pour lui pour qu’ il cesse de semer la zizanie au Mali. Satan pousse ses adeptes à faire la confusion dans les esprits. Tous les maliens ont bien compris leur Président qui a bien compris son peuple pour abandonner cette patate chaude. Que la paix soit avec le Mali.

    • Bonjour,
      Merci ABC de votre commentaire.

      Je ne peux pas semer la zizanie au Mali pour preuve, lors des débats sur Africable auxquels j’ai participés, c’est moi qui ai fait appel aux notabilités de Bamako et aux religieux pour assurer la médiation actuelle entre les camps du NON et du OUI à travers le dialogue entre le Président, le camp du NON et tous les acteurs pour établir, entre autres, la paix et l’apaisement.

      J’AI TOUJOURS OPTE POUR LA PAIX ET LA CONCORDE ENTRE LES ACTEURS.

      SACHEZ QUE LE SATAN N’AIME PAS LA PAIX ET LA CONCORDE ENTRE LES ACTEURS.

      Contrairement à ce que vous insinuez, en parlant d’abandon de cette patate chaude en faisant référence à la révision de la constitution, les Maliens ont bien compris leur Président qui a bien compris les Maliens en leur proposant un dialogue inclusif dépassionné sur la révision constitutionnelle afin de l’adapter aux besoins de tous les Maliens et du MALI et la proposer, plus tard, consensuellement, pour validation par référendum.

      Comme vous le dites, que la paix soit avec le Mali ET que Dieu établisse la concorde entre Maliens.

      Amine.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et sécurité
      TEL 00223 95 58 48 97

  4. 1- Des Dr de cet acabit comme ANASSER doit avoir au moins un peu de decence et d’humilité à calmer le jeu qu’ils joué pendant tout le temps et accepté qu’ils sont en train de le perdre grâce à la vigilence d’un peuple qui commence à se rendre compte de leurs jongleries d’Alger jusqu’à Bamako…

    2- Vous aviez défendu avec bec et ongles dans un cercle très restreint ces histoires d’accord sans accord sans l’aval de la grande partie de la poupulation malienne et justement c’est cette majorité qui se retourne contre…

    3- Alors il va falloir ne pas être plus royaliste que le roi. On lui a demandé le retrait, il a fait un sursis, parce que le contexte actuel ne s’y prête guère, d’ailleurs une des révendications de la plateforme “AN TÈ A BANA”. Où se trouve donc le problème de cette bande de Dr et avocats qui aveugle la gouvernance du pays en se confondant dans des terminologies…

    4- Surseoir c’est surseoir et ne signifie rien d’autre que la balle est désormais dans le camp du président IBK, à savoir recouvrer et sécuriser le terrain, les personnes et les biens, installer les administrations civile, militaire et politique, le retour des refugiés etc…POINT!

    5- Si l’histoire est toujours faite par des minorités agissantes au profit de la majorité silencieuse, la bande, qui maintient M IBK dans ce défaut de politesse qu’est l’obscurité et qui pense que plus on ennui le public avec des définitions plus on est profond, a intérêt à arrêter enfin avec ses tours de presdigitations sans pareil du genre “surseoir, abandonner, retirer” en s’acquittant du contrat social que le peuple Malien les a confié…

    • Croyez-moi notre frère n’est pas un pion humain mais plutôt une personne qui à besoin de délivrance
      Prions Dieu pour lui pour qu’ il cesse de semer la mauvaise graine que Satan lui a donné pour le Mali. Satan pousse ses adeptes à faire la confusion dans les esprits. Tous les maliens ont bien compris leur Président qui a bien compris son peuple pour abandonner cette patate chaude. Que la paix soit avec le Mali.

      • Bonjour,
        Merci ABC de votre message avec des amalgames.

        Comme je l’ai rappelé dans cette lettre ouverte, j’avais lancé, lors des bébats sur africable auxquels j’ai participé, un appel aux notabilités de Bamako et aux religieux pour qu’ils assurent la médiation entre les camps du NON et OUI au référendum, en contactant le Président IBK, la Plateforme du NON ante abana, et tous les acteurs pour l’apaisement et la paix et pour un forum inclusif sur la révision de la constitution, de ce fait, je ne peux pas être taxé de semer la zizanie entre frères et soeurs Maliens, au contraire.

        Je remercie les notabilités de Bamako et les religieux d’avoir répondu à mon appel en ayant accepté d’assurer cette médiation.

        C’est se tromper que de croire que quelqu’un, comme moi, crée la zizanie ou la mésentente en appellant ses frères et soeurs Maliens à prendre de la hauteur, à s’unir autour du Mali et des intérêts des Maliens et à sauvegarder la nation en s’unissant autour de la mise en oeuvre de l’accord de paix, en particulier en dialoguant ensemble sur la révision constitutionnelle pour l’adapter aux besoins de tous à travers des consensus.

        Vous dites que le peuple a compris IBK et IBK a compris le peuple, alors, focalisons-nous sur ce que IBK a proposé à savoir engager des échanges sans détour et un dialogue inclusif dépassionné sur la révision de la constitution.

        Etes-vous en train d’aller dans ce sens ?

        Retrouvons-nous entre frères et soeurs Maliens pour ce dialogue inclusif dépassionné.

        En mettant le Mali et sa sauvegarde en avant, Prenons-nous la main dans la main et avançons ensemble pour une paix et une réconciliation, véritables et durables, entre frères et soeurs Maliens.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gpouvernance et sécurité
        TEL 00223 95 58 48 97

      • CHER ABC, NE Prions PAS Dieu pour ANASSER, pour qu’ il cesse de semer la mauvaise graine que Satan lui a donné pour le Mali.

        MOI, TOUSSAINT LOUVERTURE, JE PRIE DÉJÁ SUR ANASSER. IL DOIT DÉJÁ SENTIR QUELQUE CHOSE…!

        CEUX QUI L’ OBSERVENT BIEN DOIVENT VOIR L’ ÉVOLUTION AUTO-DESTRUCTION ET AUTO-DISSOLUTION DE SON AME LOUÉ AU DIABLE. DIABLE AUQUEL JE DONNE CHAQUE LUNDI UN COQ ROUGE BORGNE OU AVEUGLE, OU ENCORE MUET.

        ANASSER EST DÉJÁ FINI, PERSONNE NE POURRA L’ AIDER…

        QUI NE REMARQUE PAS L’ AGRESSIVITÉ, LA HAINE (ENVERS LE MALI) , QUI SE CHACHENT DERRIERE SES ” FORMULES DE POLITESSE ET D’ AMOUR” SATANIQUES.

        QUE TOUS LE MONDE RESTE TRANQUILLE, CAR LES CHOSES DU DJITOUMOU ONT DÉJÁ ATTEINT ANASSER…. IL EST DÉJÁ FINI.. IL EST DÉJÁ FINI..

        PRIONS SUR ANASSER IL EST DÉJÁ FINI..
        PRIONS SUR ANASSER IL EST DÉJÁ FINI..
        PRIONS SUR ANASSER IL EST DÉJÁ FINI..

        • Bonjour,
          Merci Banconi Fato dit Toussaint Louverture ou l’anonyme de votre message plein d’amalgames ET de contre vérités.

          Vous tentez de nous détournez, comme d’habitude, de nos problématiques.

          VOUS CROYEZ ETRE CELUI QUE VOUS N’ETES PAS EN USURPANT ET EN VOUS METAMORPHOSANT A TRAVERS PLUSIEURS PSEUDOS : TANTOT L’ANONYME TANTOT vous souhaitez être DIEU, TANTOT BANCONI FATO TANTOT TOUSSAINT LOUVERTURE.

          C’est irresponsable et malhonnête.

          Vous me taxez d’agent de la DGSE Française. Pouvez-vous le prouver ?

          Si vous êtes honnête, montrez votre identité réelle comme je le fais.

          Si votre identité réelle était connue et votre nom et prénom étaient visibles en clair, je vous aurai convoqué devant les entités compétentes pour prouver ce que vous dites.

          Vous m’aviez déjà dit que vous êtes un militaire Malien. Malgré tout, vous procédez de cette manière, en usant des amalgames et des contre vérités et en vous opposant à la paix et au vivre ensemble entre Maliens.

          Soyez responsable.

          CONTRIBUEZ AU DIALOGUE INCLUSIF QUE PROPOSE IBK POUR VOUS RAPPROCHER DE TOUS LES ACTEURS AFIN D’ETABLIR LA PAIX ET L’APAISEMENT ET D’ABOUTIR, CONSENSUELLEMENT, A LA REVISION DE LA CONSTITUTION SOUHAITEE PAR TOUS.

          Bien cordialement
          Dr ANASSER AG RHISSA
          Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
          TEL 00223 95 58 48 97

          • ” C’est irresponsable et malhonnête.” ???

            POSEZ ICI MEME LA QUESTION , SI VOUS ANASSER, VOUS RESPONSABLE ET HONNETE !

            SUR 100 PERSONNES VOUS N’AUREZ PAS 2.

            MAIS IL Y 4 ANS, JE LISAIS AVEC PLAISIR VOS POSTES, AVANT DE DÉCOUVRIR LA HAINE ET L’ ARNAQUE QUE VOS POSTES VÉHICULENT.

            MAIS, DIEU MERCI, VOUS ETES FINI AUJOURD’ HUI …

            JE NE M’EN DOUTE PAS QUE VOUS SOYEZ LE DRNIER Á LE SAVOIR

            “….+….”

            BIEN ENTENDU !

  5. VOILÁ C’ EST FAIT, C’ EST DIT !

    L’ AGENT DE LA DGSE FRANCAISE A PARLÉ OUVERTEMENT !

    DANS TOUT LE CAMP DU “OUI” , EST LE PREMIER Á BONDIR DE NOUVEAU, S’ EST SON TRAVAIL !!

    LE MALI DIT ” NON” MEME SI LA 3eme GUERRE MONDIALE DOIT PARTIR DE KIDAL !

    NOUS LE SAVON, LA SURVIE DE LA FRANCE, DE L’ UE SE JOUE AU MALI !

    NE BRUTALISE, ANASSER, LE PEUPLE MALIEN!
    ANASSER,NE BRUTALISE, LE PEUPLE MALIEN!
    ANASSER,NE BRUTALISE, LE PEUPLE MALIEN!

    • La survie de la France et de l’UE se joue au Mali !!!

      Faut arrêter de se faire du Cinéma !!!

      La population de la France 65 millions d’habitants……. et celle de l’UE 581 MILLIONS..
      Population du Mali 15 millions (peut-être )

      • CHER RINZ,
        VOTRE ARITHMÉTIQUE EST SCOLAIRE, AU MOINS CELLE QUE VOUS NOUS PRÉSENTEZ ICI.

        LE CONTEXTE GÉOPLITIQUE DE CE MOMENT NE PEUT QUE FAIRE DES CHIFFRES QUE VOUS NOUS AVANCEZ ALLEGREMENT ET AVEC AUTOSATISFACTION.

        COMME VOUS SEMBLEZ VOUS SENTIR BIEN AVEC LES CHIFFRES, ALORS POUSSEZ UN PEU VOS IDÉES EN UTILISANT AU MOINS UNE DES INOMBRABLES ARITHMÉTIQUES BALANCÉES, POUR MIEUX SE SATISFAIRE ET EN FAIRE PART Á VOS LECTEURS …

        CONSEIL : POUR VOTRE ARITHMÉTIQUE BALANCÉE, TENEZ COMPTE DES SUPERFICIES DES RÉGIONS QUE VOUS CITEZ , DE MEME QUE LEURS RESSOURCES NATURELLES.
        LA FINESSE ET LE NIVEAU DE GRANULITÉ DES PARAMETRES-ENTITÉS QUE VOUS IMPLIQUREZ DANS VOS CALCULS, VOUS FERONT DÉCOUVIR TOUTE AUTRE CHOSE!

        BONNE CHANCE, RINZ !

        • Bonjour,
          Banconi Fato dit Toussaint Louverture, même si vous parlez de contextes géopolitique et géostratégique, vous devriez justifier ce que vous dites.

          RINZ a raison, sur quoi vous basez-vous pour dire que la SURVIE de la France et de l’UE se joue au Mali ?

          Bien cordialement
          Dr ANASSER AG RHISSA
          Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
          TEL 00223 95 58 48 97

    • Bonjour,
      Merci Banconi Fato dit Toussaint Louverture ou l’anonyme de votre message plein d’amalgames ET de contre vérités.

      Vous tentez de nous détourner, comme d’habitude, de nos problématiques.

      VOUS CROYEZ ETRE CELUI QUE VOUS N’ETES PAS EN USURPANT ET EN VOUS METAMORPHOSANT A TRAVERS PLUSIEURS PSEUDOS : TANTOT L’ANONYME TANTOT vous souhaitez être DIEU, TANTOT BANCONI FATO TANTOT TOUSSAINT LOUVERTURE.

      C’est irresponsable et malhonnête.

      Vous me taxez d’agent de la DGSE Française. Pouvez-vous le prouver ?

      Si vous êtes honnête, montrez votre identité réelle comme je le fais.

      Si votre identité réelle était connue et votre nom et prénom étaient visibles en clair, je vous aurai convoqué devant les entités compétentes pour prouver ce que vous dites.

      Vous m’aviez déjà dit que vous êtes un militaire Malien. Malgré tout, vous procédez de cette manière, en usant des amalgames et des contre vérités et en vous opposant à la paix et au vivre ensemble entre Maliens.

      Soyez responsable.

      CONTRIBUEZ AU DIALOGUE INCLUSIF QUE PROPOSE IBK POUR VOUS RAPPROCHER DE TOUS LES ACTEURS AFIN D’ETABLIR LA PAIX ET L’APAISEMENT ET D’ABOUTIR, CONSENSUELLEMENT, A LA REVISION DE LA CONSTITUTION SOUHAITEE PAR TOUS LES MALIENS.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL 00223 95 58 48 97

  6. Je veux vous assuré que les maliens sont vigilants sur les mots de Président. Ibk à cette réforme constitutionnelle intégrité territoriale insécurité du nord et au centre du Mali ce sa qui préoccupe la majorité maliens

  7. Bonjour
    Cher Anasser j’ai lu votre article avec intérêt qui veut nous préciser que sursoit ne veut pas dire abandon ni annulation sachez bien que nous sommes vigilent sur les mots et leur sens
    moi entant que citoyen ce que j’ai a vous précisez c’est le peuple longtemps endormi commence a se réveiller et nul ne peut aller contre la volonté d’un peuple .sachez que 0.98 % de la population ne vont pas dicter leur volonté au Mali tout entière .nous sommes patient il y a une limite en tout
    il aura pas de SUPER Malien mais il aura DES MALIENS tout cours
    Des gents qui ont pris des armes contre leur pays ne peut pas être considérer comme de citoyen de ce pays mais des ennemis
    des gents qui s’associent avec des colonisateur pour occuper notre pays ne peuvent pas être considérer comme des citoyens de ce pays
    Des gens qui ont fait toutes sorte de violence sans être juger ne doivent pas dicter leur volonté aux paisible citoyen que nous sommes
    En tout cas nous seront vigilant même s’il faut marcher de Bamako à kidal nous le faisons et on verra ce que vous et vos soutient colonialiste ce qu’ils vont faire contre un peuple décidée .
    merci cordialement

Comments are closed.