Comprendre le franc CFA en quatre questions

16
franc CFA
Des francs CFA. © RFI/Paulina Zidi

En mettant le feu un billet de 5 000 FCFA lors d’un rassemblement il y a dix jours à Dakar, le polémiste Kémi Séba a relancé un débat brûlant. Le Franco-Béninois, très controversé, proche de certains membres de l’extrême droite française, a finalement été relaxé mardi 29 août par la justice sénégalaise. Mais ce geste a suscité une avalanche de réactions sur le CFA, la dernière monnaie coloniale encore utilisée.

■ Comment fonctionne le franc CFA ?

Depuis les accords de Bretton Woods de 1945, le franc CFA est la monnaie commune de la zone franc. Cette zone comprend 14 pays répartis au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) auxquels s’ajoutent les Comores. Près de 155 millions de personnes utilisent le franc CFA.

Au moment de sa création, l’acronyme signifiait « Franc des Colonies françaises d’Afrique ». Par la suite, il est devenu le franc de la Communauté financière africaine pour les Etats de l’UEMOA et le franc de la coopération financière en Afrique centrale pour les pays de la CEMAC. Dans chacune de ces deux zones, une banque centrale est chargée de régir la politique du franc. Il s’agit de la Banque des Etats d’Afrique de l’Ouest pour l’UEMOA, et de la Banque des Etats d’Afrique centrale pour la CEMAC.

Depuis 1945, la Banque de France est le troisième acteur de ce système monétaire. Le franc CFA est arrimé à l’euro selon une parité fixe décidée par la France. En contrepartie, les pays de la zone franc ont l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change au Trésor français. C’est aussi en France que sont imprimés les billets de francs CFA, à des milliers de kilomètres des banques centrales africaines.

■ Quelles conséquences pour les pays de la zone franc ?

Le système garantit aux pays africains concernés la possibilité de convertir le franc dans n’importe quelle autre devise et garantit également la stabilité de la monnaie. Comme le franc CFA est indexé sur l’euro, pas de brusques dévaluations possibles. Toujours à cause de ce lien avec l’euro, le franc CFA est une monnaie plutôt forte, ce qui facilite les importations. En revanche, les pays de la zone franc sont pénalisés pour les exportations.

■ Quelles sont les critiques portées par les opposants à ce système ?

En plus de 70 ans, le franc CFA a essuyé de nombreuses critiques. Les opposants à cette monnaie commune estiment qu’elle est la preuve d’une « survivance coloniale ». L’économiste Kako Nubukpo dénonce la « servitude monétaire » issue de l’obligation pour les pays africains de déposer 50 % de leur réserve au Trésor français. « Le mécanisme d’assurance qu’offre le Trésor français à la zone franc est un mécanisme qui permet de s’assurer contre les défaillances de la gouvernance économique et politique en Afrique. Ce n’est pas un mécanisme qui peut permettre à l’Afrique d’enclencher sa transformation structurelle. Donc, cette question de la souveraineté monétaire de l’Afrique est une question cruciale ».

Pour l’économiste, trois choses posent problème : le franc français n’existe plus, pourquoi le franc CFA existe donc encore ? Pourquoi les billets de banque CFA – fabriqués uniquement en France – ne peuvent-ils pas être fabriqués en Afrique ? Enfin, la BCEAO, comme la BEAC en Afrique centrale sont désormais indépendantes des Etats et elles vont s’inféoder un ministère d’un pays étranger, le ministère français des Finances pour gérer le franc CFA.

« La France, une ancienne puissance coloniale, fait circuler sa monnaie dans 15 pays alors même qu’elle ne l’utilise plus, c’est une situation exceptionnelle », s’insurge l’économiste Martial Ze Belinga. Les deux experts voient également dans cette monnaie un frein au développement des pays de la zone franc. L’arrimage à l’euro, une monnaie forte, empêcherait les Etats de proposer des prix compétitifs au détriment des exportations.

L’économiste Carlos Lopes, lorsqu’il était encore secrétaire général adjoint de l’ONU, a fait sensation en remettant en cause le franc CFA de manière publique. Dans un entretien à RFI, il a qualifié les mécanismes du franc CFA de « désuets ». « Il faut que le mécanisme soit dynamique. Il ne faut pas voir la composition et les caractéristiques actuelles, parce qu’elles ne sont pas de nature à répondre à la dynamique des croissances et à la dynamique internationale économique », expliquait-il alors.

Pour lui, la stabilité des taux de change a eu ses avantages, mais « la consommation interne est devenue la plus importante des composantes de la croissance » dans les régions de la zone franc, rendant cette politique des taux fixes handicapante.

Il reste cependant persuadé qu’« une zone monétaire est un atout », mais qu’il faut se pencher sur les caractéristiques de cette zone monétaire : « Quelle politique est associée à cette zone monétaire ? Comment on utilise les réserves ? Comment on fait en sorte qu’il y ait un peu plus de contribution des politiques monétaires à la transformation structurelle ? » Pour Carlos Lopes, « le débat doit être un débat de fond et pas un débat idéologique ». Dans des pays où les secteurs agricoles sont fragiles et le secteur industriel souvent embryonnaire, les économies des pays de la zone franc sont engagées dans des transformations structurelles importantes. « Il faut que la monnaie accompagne ces politiques avec des mesures spécifiques. Actuellement, les mesures ne sont pas d’accompagnement, mais plutôt immuables, où l’on essaie de protéger les pays de la zone », jugeait Carlos Lopes en octobre dernier.

Quels avantages pour la France ?

Le système permet de garantir un cadre sûr dans une zone où la France a beaucoup d’intérêts économiques et de liens commerciaux. D’ailleurs, l’indexation du franc CFA sur l’euro et le fait qu’il soit une monnaie forte facilitent les investissements d’entreprises françaises en Afrique. Plusieurs économistes précisent en revanche que Paris ne gagne pas d’argent avec les fameux 50 % des réserves obligatoirement déposés en France. Cette somme se trouve à la Banque de France. Tous les ans, l’institution reverse les intérêts aux pays africains. Et il existe un taux minimum fixé en 2013 : 0,75 %. Concrètement, cela signifie que les pays africains ne peuvent pas toucher moins, même si le taux d’intérêt officiel est plus bas. C’est le cas en ce moment, le taux se situe autour de 0,25 %.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. Maliennes,maliens,avez vous la mêmoire courte?
    Vous aviez bien votre propre monnaie.
    Le fameux franc malien.La guinée Conakry aussi.
    Pourquoi êtes vous revenus au franc CFA?
    S’il y a des pays qui protestent contre le franc CFA ça ne doit surtout pas être vous.

  2. Mille mercis Blocus. Nos dirigeants actuels sont des demeurés incapables sans vision pour le bien de leurs peuples figés dans la misère.
    Vivement la désobéissance civile.

  3. lors monnaie coloniale il qui lui pour nous dis se que ont doit faire il Croyez plus intelligence qui Afrique 5000 f CFA peu nourris en Familles non franchement il rendez pas honte il me dans sa tête quoi moi aussi fait quelque voila se tous mais franchement L’Afrique elle Belle mais foute nous peux tu vie plus Europe il connais d’Afrique rien dis il va la ba vacance, les combat ont d’abord Afrique

  4. pour moi c’est une faut débat Afrique se unis pour une seule moné mais vous revêt ou quoi joue pas a ça pour c’est une black pour organisée ça demande pour L’ Afrique se travail qui demande 50 an encore pas sur des’ africain se mis d’accord ça se dis travailles a faire

  5. Faire du bruit autour du CFA n’avance pas le problème..
    Si les pays qui utilisent cette monnaie se sentent murs , que les spécialistes se retrouvent pour penser
    au problème et le résoudre
    Il y a deux banques et des économistes certainement capables
    il faut rappeler que le CFA de la zône UEMOA est géré par la France il se porte bien
    Le CFA de la zône CEMAC est géré par la banque BEAC a récemment failli être dévalué ,il a fallu que le FMI intervienne pour redresser la situation…
    Intéressant aussi de savoir qu’un taux plancher existe fixé à 0.75% alors que taux officiel est de 0.25%..Cela veut dire que la Banque de France ou le trésor français verse 0.75% sur l’argent déposé par les états..cela doit représenter pas mal d’argent
    ATTENTION GERER UNE MONNAIE TOUCHANT 155 millions de personnes est une lourde responsabilité

    • “Si les pays qui utilisent cette monnaie se sentent murs , que les spécialistes se retrouvent pour penser
      au problème et le résoudre”

      µLes spécialistes ne font que ça: ils écrivent les livres qui dénoncent le franc des colonies franSSaise d’afrique, ils proposent des solutions, ils démontrent que personne ne se développe avec la monnaie d’un autre, ils font des conférences, des interviews, des documentaires etc…

      Le problème n’est pas les spécialistes, mais nos fougaridens de sous dirigeants!

      • Wsr

        Cette fois tu charges les dirigeants de nos pays c’est vrai qu’ils devraient agir
        Mais ta ire était plus dirigée contre la France alors que de ce côté je suis sur qu’il n’y aura pas de freins..
        J’ai même compris que la France versait 0.50% d’intérêts sorti peut-être de ses caisses !!!

        • Wsr

          Tes commentaires sont comme les feuilles d’un arbre ..Ces feuilles tombent sous l’effet du vent..
          Pour toi le vent souffle toujours dans le même sens..
          Si nous voulons construire des états africains viables , évitons d’être dans l’humeur et la partialité

          • 1. “Cette fois tu charges les dirigeants de nos pays”

            Nous avons TOUJOURS, TOUJOURS, TOUJOURS chargé nos sous diirgeants!!! Si l’afrique francofolle, cette partie de l’afrique éternelle esclave de la franSS, est encore dans la cette merde blanche, cette situation minable, c’est uniquement à cause de nos dirigeants!
            Nous avons toujours été clair sur ce point, contrairement à d’autres!

            2. “J’ai même compris que la France versait 0.50% d’intérêts sorti peut-être de ses caisses !!!

            Réfléchi 2 secondes: nos états versent, en réalité ils donnent à la franSS, 50% de leurs exportations!!!
            Ces 0.50% dont tu parles sont les intérêts de l’argent des africains!!! Et le reste des 0.50% multiplié par 14 pays francofous qui utilisent cette, la franSS garde pour elle-même tout cet argent, sans avoir travailler une seule seconde. Cela représente des milliards d’euros depuis la mise en place de cette monnaie coloniale! La franSS soigne son image avec les aides au développements alors qu’en réalité, elle vole ces 14 pays.
            Et puis je te rappelle a franSS ne jamais de l’argent, elle prête de l’argent, leur propre argent, avec des intérêts!!!
            Seuls les imbecilles et les nègres idiots ne voient pas l’arnaque!
            Et ils croient naïvement à la gentillesse du maître bêtement !

            3.”Tes commentaires sont comme les feuilles d’un arbre ..Ces feuilles tombent sous l’effet du vent..”

            ruinz as-tu lu ne serait-ce qu’un seul livre de ces spécialistes?
            assister à une seule conférence de nos spécialistes économiques qui dénoncent le franc des colonies franSSaises d’afrique!!!

            4. Idées de lecture pour toi, tu es ignorant sur le sujet:
            Le Franc CFA et l’Euro contre Afrique Broché – de Nicoolas Agbohou
            —https://www.amazon.fr/Franc-CFA-lEuro-contre-Afrique/dp/2951405405

            Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : A qui profite le franc CFA ? Broché – de Kako Nubukpo
            —https://www.amazon.fr/Sortir-lAfrique-servitude-mon%C3%A9taire-profite/dp/2843032806/ref=pd_sim_14_1/259-1444801-9672742?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=PT95R5BKRXGYRZDP7JZ7

            De la Françafrique à la Mafiafrique Broché – 10 janvier 2005
            de François-Xavier Verschave
            —https://www.amazon.fr/Fran%C3%A7afrique-%C3%A0-Mafiafrique-Fran%C3%A7ois-Xavier-Verschave/dp/2930390107/ref=pd_sim_14_2/259-1444801-9672742?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=PT95R5BKRXGYRZDP7JZ7

            Monnaie servitude et liberte:repression monetaire de l’afriq
            J. Tchundjang Pouemi
            —https://livre.fnac.com/a1124535/J-Tchundjang-Pouemi-Monnaie-servitude-et-liberte-repression-monetaire-de-l-afriq

            Et comme je sais que la paresse intellectuelle vous anime toi, comme nfp, et que vous croyez tout savoir déjà, je te propose même de regarder sur youtube “franc cfa”, tu verras des tas de spécialistes qui dénoncent cette monnaie de domination franSSaise!

            Bonne lecture!

  6. WSR bonsoire,
    Merci bien pour c analyse intellectuelle.
    Le problem profond des Maliens c la critique a tou c qui nest pas leur gout et oublie la rationalisation des choses.
    SID doi aller apprendre encore bien avan de pause des commentaires ici.
    Merci

  7. C’est facile de critiquer ou de vouloir se séparer d’une monnaie!! Mais dans la pratique en toute état de connaissance, nos Etats ont ils la maturité de gérer leurs propres monnaies??? Des états politiquement économiquement défaillants???? Des états gangrénés par la corruption et la malgouvernance???????

    • “nos Etats ont ils la maturité de gérer leurs propres monnaies??? Des états politiquement économiquement défaillants???? Des états gangrenés par la corruption et la mal-gouvernance???????”

      Sid, je t’invite à réfléchir une minute à ce que tu dis!!!

      Tu dis que nos états sont DÉJÀ, je répété DÉJÀ: “politiquement défaillant, économiquement défaillant, gangrenés par la corruption, gangrenés par la mal-gouvernance”.
      Je te signale juste que tout cela se fait avec le franc des colonies franSSaises d’afrique!!!

      Tu fais ce qu’on appelle en psychanalyse: “une projection”!!!
      C’est-à-dire que tu constates une situation catastrophique, qui est générée par le système franceafricain. Mais tu projettes ces défaillances sur une situation, qui n’est pas la cause de ces défaillances; Une situation où nos nos états sortent de ce système mafieux franceafricain qui a généré ses défaillances.
      Je t’assure, réfléchi quelques minutes sur ce que tu penses, tu vas comprendre ce que j’essaie de faire comprendre!

      Le système franceafricain: bases militaires, ingérences de la franSS dans les affaires de nos pays, francofolie, franc des colonies franSSaise d’afrique… est la source des défaillances que tu dénonces!!

      Le fait de se prendre en mains: être libres, participera à résoudre ces défaillances!

  8. Les africains francfous aiment tellement la soumission à la franSS.
    A ce point là, c’est inédit dans l’historie de l’humanité!

  9. Les pays africains ne peuvent pas gérer leur monnaie. Et c’est un pays en faillite, surendetté, dont tous les dirigeants sont mêlés dans des traitrises et assassinats de présidents patriotes africains comme De Gaulle, des génocidaires et voleurs comme Mitterrand, Sarkozy, Juppé, Lagarde, donc c’est ce pays comme la France qui serait un exemple de bonne gouvernance! Et c’est ce pays nazi qui va gérer la monnaie de pays africains pour leurs beaux yeux!!!!!!
    Il est évident que tous les pays doivent être bien gérés. Que les africains se conduisent en enfant délégant la gestion de leur pays à un colon, cela dépasse l’entendement.
    Dans ces conditions, la désobéissance civile à des lois iniques est un devoir.

    • Blocus, je te remercie et suis sur que tous les fils et filles dignes de ces pays te remercient de ton intervention et t’encouge a continuer a oeuvrer dans ce sens. La jeunesse a besoin des intervenants comme toi qui lur met devant le fait.

Comments are closed.