Recettes douanières 2015 : Du satisfecit à Koulikoro et Kayes

1

Dans le sillage de la Direction Régionale des Douanes de Bamako et certains Bureaux spécialisés, Koulikoro et Kayes aussi ne sont pas restés en marge de la performance exceptionnelle de l’année écoulée. Sur une prévision de 64,770 milliards FCFA, Koulikoro a réalisé environ 71,766 milliards FCFA, soit un taux de réalisation de 110,80% représentant un gap positif d’environ 6,995 milliards FCFA. Kayes a aussi versé au compte du Trésor public plus de 60,024 milliards FCFA sur une prévision de 58,293 milliards FCFA, soit un taux de réalisation de 102,97%. Ce qui représente un gap positif d’un peu plus de 1,731 milliards FCFA.  Ces résultats, surtout à Kayes, ne pouvaient mieux tomber que maintenant. C’est un grand soulagement pour le Directeur régional dont l’honneur avait été trainé dans la boue en plein exercice. Les détracteurs, qui avaient peur de sa rigueur dans le traitement des dossiers, avaient tenté de jeter du discrédit sur son travail. Alors qu’il n’en était rien. Les chiffres viennent de confirmer l’excellent travail qu’il abat à Kayes pour redresser les manivelles, pour que l’argent des contribuables ne tombe pas dans les seules poches d’une poignée d’individus au détriment de la Caisse publique.

Koulikoro aussi est tenue par une dame de fer, Alima Drabo. Une sœur des  frères Drabo. Avec un air d’innocente, Alima Drabo s’avère intraitable sur la règlementation. Sinon, les axes qui sont placés sous son contrôle sont parmi les plus poreux. Ne parlons pas de l’état défectueux des routes qui relient notre pays à la Guinée. La circulation clandestine sur le fleuve Niger aussi rend compliqué le travail. Ce pays est réputé être une voie de transit par excellence pour des articles frauduleux, notamment les médicaments contrefaits, les engins à deux roues (Moto KTM ou Djarkata), les explosifs, etc. Même les armes et les minutions nous arrivent via ce pays. Pour donc sécuriser cette porte, il faut être excellente et intelligence et en permanence en veille. En outre, le Mali et la Guinée sont d’une proximité sociologique telle que c’est difficile de maitriser le mouvement des populations dont la plupart travaillent dans les ‘’placeurs’’ (exploitations artisanales d’or). C’est dans ce contexte difficile que les deux Bureaux ont honoré leurs engagements avec le directeur général Modibo Kane Kéita.

M . A. Diakité

PARTAGER

1 commentaire

  1. je dénoce l atutude les emploier de l ambassade du mali en france,oui n est aucun réspe au resortisan malien,il nous fait vivre des calvers,il faut de solution,sino ca faire mal,vive le mali,merce

Comments are closed.