Flambée des prix de produits de première nécessité : Une batterie de mesures annoncées par la DGCC

0

Le directeur général du commerce, de la consommation et de la concurrence (DGCC), Boubacary Doumbia, était face à la presse le lundi 05 juillet dans la salle de conférence de la DGCC. Objectif : expliquer les raisons de la flambée des prix de produits de première nécessité et les mesures envisagées par le gouvernement pour atténuer la situation.

Il s’agissait, à travers ce point de  Presse, d’informer les hommes de médias sur les efforts consentis par le gouvernement dans l’amélioration de la qualité du “Panier de la Ménagère”. Selon  Boubacary Doumbia, directeur général du commerce, de la consommation et de la concurrence (DGCC), la flambée des prix au Mali s’explique par le contexte international. Elle s’explique aussi par la crise du coton qui a impacté négativement sur la production locale. L’augmentation du prix des produits, notamment de la viande, est due aussi à la situation sécuritaire dans le nord et le centre du pays, limitant les mouvements du cheptel et créant du coup la pénurie.

De l’avis de Boucadary Doumbia, cette situation a entraîné une crise à la fois de l’offre et de la demande. «Face cette inadéquation l’adoption de mesures d’atténuation s’impose», a-t-il indiqué. C’est dans ce cadre  que le gouvernement a adopté d’importantes mesures. Il s’agit de l’adoption de l’arrêté portant exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), applicable aux importations et aux achats locaux de graine de coton des unités industrielles productrices d’huile alimentaire, et la baisse de la valeur taxable au niveau des cordons douaniers.

Il a indiqué que le gouvernement de transition a décidé de suivre 13 produits de première nécessité sur le marché, afin d’atténuer la souffrance de la population. Il s’agit de l’huile, du sucre, de la farine, du poisson fumé, du pain, de la viande, etc.

Sur le cas précis de la viande, le DG Doumbia a annoncé qu’une subvention directe sera accordée dans les jours à venir aux bouchers et aux acteurs de l’encadrement de l’interprofession de la filière Bétail viande, pour ramener le prix du kilogramme de la viande de bœuf à 2 300FCFA.

Un dispositif de stabilisation des prix a été mis en place par la DGCC, pour suivre de près l’application stricte des prix indicatifs plafonds fixés dans les cahiers des charges. Ce dispositif sera renforcé par les services de répression.

«Des numéros verts ont été mis à la disposition des consommateurs à travers le pays, pour dénoncer toutes formes de surenchère. Les contrevenants s’exposeront à la réglementation en vigueur», a-t-il assuré.

Anne Marie SOUMOUTHERA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here