IBK a accordé une audience aux investisseurs allemands: Bientôt une usine phytosanitaire à Bamako avec BASF

1
Table Ronde Mali-Allemagne pour soutenir l’investissement au Mali

Au cours de son séjour de 48 h à Berlin, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a échangé avec des investisseurs allemands. Réunis au sein de l’Association des entreprises germano-africaines, une prestigieuse organisation de l’industrie, les investisseurs allemands sont très actifs en Afrique. La structure compte 600 membres, présents sur le continent noir.

Cette association dénommée Afrika- Verin a été conduite chez IBK par Dr. Stefan, président de son Conseil d’administration. Dr. Stefan et les membres de son association ont manifesté un intérêt particulier pour investir au Mali.

Parmi le groupe, il y’a BASF, une entreprise leader mondial de la chimie et des solutions pour l’agriculture, qui est prête à installer une usine dans notre pays en 2019.

Nous nous sommes intéressés au directeur régional de ce géant, Dr Giorgio Simone et son collègue Hassan Elamri, responsable de l’Afrique de l’Ouest.

Selon ces deux dirigeants de la société BASF, depuis plusieurs mois, ils ont entamé des discussions avec Tuguna Industrie, dans l’optique de l’installation d’une usine de conditionnement des produits phytosanitaires ( insecticides, herbicides). Nos interlocuteurs disent que le projet est bloqué, faute d’un espace adéquat pour l’implantation de l’unité industrielle. Nos interlocuteurs soutiennent que s’ils ont la superficie demandée, l’usine sera opérationnelle d’ici mars 2019. C’est dire que tout est fin prêt pour monter l’unité à Bamako.

Oumar Guindo, directeur général de Toguna, qui a pris part à la rencontre, confirme que BASF est partenaire de sa société. Selon lui, le TF extrait du domaine aéroportuaire, qui abritera l’usine a été mis à la disposition de Toguna. Il reste, à en croire Guindo, des détails administratifs à gérer, le président s’était engagé à faciliter l’octroi du terrain.  Malgré tout, les services des domaines continuent à exercer un chantage qui pourrait faire fuir les investisseurs. Le Sénégal et la Côte d’Ivoire sont à l’affût, au cas où les tracasseries administratives les freinent dans leur élan.

En tout cas, IBK leur demande de venir rapidement, parce qu’il sait l’apport d’une telle unité pour l’agriculture, sur lequel il compte pour doper l’économie malienne.

Depuis plusieurs années, l’agriculture bénéficie de toute l’attention du président. IBK a alloué 15% du budget, pour soutenir la mécanisation de l’agriculture, l’appui accordé aux paysans pour les intrants agricoles et l’achat des tracteurs.

Avec cette unité phytosanitaire, les produits seront moins chers, et surtout de qualité. S’y ajoute la régulation de l’approvisionnement. Il favorisera également la création d’emplois permanents, des taxes et impôts que le Trésor percevra. C’est donc de la valeur ajoutée.

La deuxième phase de l’usine, qui concernera les insecticides, Après les herbicides, projette d’ici 2020 de monter une autre usine de recyclage des produits phytosanitaires, pour prendre en compte les questions environnementales.

Notre agriculture, avec tous ces éléments, se porterait de mieux en mieux, avec des productions records tant au niveau du coton que des céréales. Vivement donc, un suivi minutieux de cet investissement pour le bonheur de nos populations.

Elhadj Chahana Takiou,

envoyé spécial à Berlin

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. On surface this appear to be a win win deal being it will bring jobs to Mali plus greater agricultural production. However, my concerns are have long term who, what, when where, why as related to how, how long, how much plus how often been answered as to what damage those insecticides plus pesticides do plus how they may be cost efficiently plus safely managed with insignificant or no harm to Malians or arable farming territory of Mali? We must at no time allow profit to be put above safe management of production of pesticides plus herbicides. If we do it surely will have long term destructive effect on our underdeveloped nation with little chance of us duly managing problem in future at price we are able to afford. If those questions have been answered plus assurances given. What are we waiting for?
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

    P.S.
    I have new email address.
    [email protected]

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here