Répertoire des Industries au Mali en 2006 : rn343 unités enregistrées pour 17 593 emplois permanents

0

Le ministère de l”Industrie et du Commerce a réalisé en 2006 un recensement industriel. Les résultats de cette opération   restitués,  hier, au cours d”un atelier au Centre Awa Kéïta, révèlent que le secteur a enregistré, entre 2003 et 2006, la création de 105 nouvelles entreprises industrielles ayant abouti à la création de plus de 4000 nouveaux emplois permanents.rn

Le recensement industriel dont le rapport a été adopté par le gouvernement le 20 décembre 2006, avait pour but l”amélioration de l”information industrielle pour une bonne prise de décision des pouvoirs publics et le secteur privé national et étranger.

rn

 Aussi, l”opération avait pour objectifs de permettre l”actualisation de la base de données issue du recensement industriel de 2003, l”actualisation du répertoire des entreprises industrielles au Mali, l”analyse de l”évolution des indicateurs du secteur industriel. Il permettra également l”identification des principales difficultés que rencontrent les entreprises industrielles, l”évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de la politique d”industrialisation adoptée par le gouvernement en 2004 dont l’une des deux composantes essentielles est le programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises industrielles adopté également en 2004 et, enfin, l”analyse des différents aspects environnementaux liés aux entreprises nationales.

rn

Ainsi l”atelier d”hier dont l”ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l”Industrie et du Commerce, Mody N”Diaye, a permis aux participants d”échanger sur la méthodologie utilisée pour ce recensement , les principaux résultats obtenus, les problèmes rencontrés dans les entreprises et les solutions envisagées.

rn

Les résultats  issus du recensement indiquent une certaine progression du nombre d”unités de production de la place.

rn

Ainsi, le rapport nous apprend que le secteur a enregistré entre 2003 et 2006 la création de 105 nouvelles entreprises industrielles représentant 31 % du parc industriel existant.

rn

Ce parc comptait  en 2006, 406 entreprises industrielles dont 343 en activité, 44 fermées, 18 à l”arrêt et une en voie de liquidation. Ces unités ont réalisé une valeur ajoutée de 301 milliards de FCFA en 2005. Leur contribution dans la richesse nationale représente 11 %.

rn

Quant aux emplois permanents industriels, ils sont passés de 13 127 en 2002 à 17 593 en juin 2006  soit une augmentation de 4466 emplois.

rn

Il ressort toujours du rapport que la plupart des entreprises industrielles sont installées dans le District, soit 7 sur 10; 83 % des actionnaires personnes physiques sont des nationaux dont 17 % sont des femmes.

rn

Les plus fortes concentrations d”entreprises industrielles se trouvent dans les activités de fabrication (95 %), notamment dans la fabrication des produits alimentaires (62 %) et la branche édition, imprimerie et reproduction (13 %).

rn

Certes, cette augmentation croissante est la conséquence de la politique d”industrialisation du gouvernement et de la volonté d”investissement des opérateurs économiques, mais ces unités sont confrontées à certaines difficultés réelles : la fraude et la concurrence déloyale, le coût élevé des facteurs de production comme l”électricité, le coût élevé de la matière première, la lourdeur administrative…

rn

Comme dira le secrétaire général du ministère de l”Industrie et du Commerce, "il s”agit là d”un combat indispensable pour la survie dont les épreuves sont complexes dans un contexte marqué par l”ouverture des marchés".

rn

Cependant, il a réaffirmé toute l”attention que le gouvernement accorde au secteur de l”industrie. C”est pourquoi, en plus des efforts réguliers d”amélioration du climat des affaires et du lancement dans les entreprises du programme qualité, un programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises industrielles a été mis en place en 2005 pour conforter la compétitivité de nos entreprises.

rn

En plus de ces efforts, le rapport recommande l”instauration d”un tarif préférentiel d”électricité plus soutenable pour les industries, l”assouplissement des procédures administratives, la création de zones industrielles aménagées et équipées d”outils de traitement des déchets, l”utilisation des moyens de protection adéquats par le personnel des entreprises.

rnYoussouf CAMARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER