Sommet de Paris: éviter le décrochage de l’Afrique

1

Ce mardi 18 mai se tient à Paris un sommet consacré au financement des économies africaines et à l’épineuse question de la dette. La pandémie de Covid-19 a plongé l’an dernier le continent dans une récession sans précédent. Les pays africains ont besoin de financer leur relance, mais contrairement aux grandes puissances, ils n’ont pas les mêmes capacités. Le sommet de Paris doit notamment examiner les décisions prises par la communauté internationale à propos d’une réallocation de DTS, les fameux droits de tirage spéciaux.

« On ne meurt pas de dettes, mais on meurt de ne plus pouvoir en faire », écrivait en son temps le romancier français, Louis-Ferdinand Céline. Pour éviter que l’Afrique meurt de ne plus pouvoir emprunter, les pays riches, la France en tête, se penchent aujourd’hui avec leurs partenaires du continent sur les mécanismes devant permettre aux États d’Afrique de financer leur relance post-Covid-19 sans accroître le fardeau de la dette.

Le sommet doit confirmer une dynamique impulsée l’an dernier par les pays du G7 et du G20. Le président français, Emmanuel Macron, fut l’un des premiers à se mobiliser. « Dès les débuts de la pandémie, il était convaincu que le choc économique serait durable et profond pour les économies africaines qui ne disposent pas, contrairement aux États-Unis, à la Chine ou l’Europe, d’une banque centrale capable de financer des plans de relance pesant des centaines ou des milliers de milliards de dollars », explique un conseiller à l’Élysée. De fait, le FMI estime dans sa dernière note de conjoncture que l’Afrique connaîtra la reprise économique la plus faible en 2021, comparé aux autres zones géographiques. Il s’agit donc « d’aller plus loin que le simple soutien aux économies africaines, en posant les bases d’une croissance pérenne. Mais une croissance qui ne repose pas sur un nouvel endettement des pays », poursuit l’une des conseillers du président français.

Depuis plusieurs mois, les quatre envoyés spéciaux désignés par l’Union africaine, Tidjane Thiam, Donald Kaberuka, Ngozi Okonjo Iweala et Trevor Manuel, travaillent d’arrache-pied avec l’Élysée, mais aussi le FMI, la Banque mondiale, les États-Unis et la Chine pour mettre sur pied des solutions innovantes. Plusieurs pays africains se sont aussi fermement engagés dans ce travail, au premier rang desquels figure le Sénégal et son ministre de l’Économie et des finances, Amadou Hott.

Au total dix-huit chefs d’État et de gouvernement seront présent à Paris. Citons l’Angolais Joao Lourenço, le président en exercice de l’Union africaine et président de la RDC, Félix Tshisekedi, le Mozambicain Felipe Nyusi, le Rwandais Paul Kagame et les habitués du palais de l’Élysée que sont Alassane Ouattara et Macky Sall, les présidents de Côte d’Ivoire et du Sénégal. Washington sera représenté par la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qui participera en visio-conférence, de même que la Chine, et le Kenya. Côté institutions, l’armada européenne sera emmenée par la présidente de sa commission, Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel. Le FMI sera représenté par sa directrice générale, la Bulgare Kristalina Gueorguieva, et la Banque mondiale par le directeur général de sa branche privée – l’IFC- le Sénégalais Makhtar Diop. Le président David Malpass assistera aux débats en visio-conférence.

Les pays africains et le risque de dette.
Les pays africains et le risque de dette. © Studio graphique FMM

L’enjeu des droits de tirage spéciaux

…..LIRE LA SUITE SUR RFI.FR

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Foutez la paix à l’Afrique bon sang…………….. Qu’est-ce que nos dirigeants ont à toujours aller mandier chez les autres??????? Seul le travail paye et libère l’homme, ce ne sont pas les miettes de dollars qu’on nous donne qui vont nous faire avancer!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here