Affaire de la troisième licence : Me Konaté, ministre de la Justice, réclame Un milliard à l’Etat malien au profit de son client, Cessé Komé

L’Indicateur du Renouveau, dans sa parution du lundi dernier sous la plume de son Directeur de Publication, Dramane Aliou Koné, titrait: ‘’Un ministre du Gouvernement réclame près d’un Milliard à l’Etat’’.

0

L’Indicateur du Renouveau, dans sa parution du lundi dernier sous la plume de son Directeur de Publication, Dramane Aliou Koné, titrait: ‘’Un ministre du Gouvernement réclame près d’un Milliard à l’Etat’’. Il s’agit bien de Me Konaté, Ministre de la Justice. Cet homme dont le nom résonne dans plusieurs scandales contre l’Etat malien.

Avocat de Cessé Komé dans la procédure d’arbitrage intentée par eux contre l’Etat du Mali devant le tribunal de grande instance de Paris, dans l’affaire de cession de licence pour un troisième opérateur téléphonique au Mali, Me Konaté continue de défendre les intérêts de son client contre l’Etat dont il est Ministre et défenseur.  Certains trouvent cette position de Me Konaté normale sans tenir compte du serment qu’il a prêté dès l’entame de sa profession.

“Je jure comme Avocat d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité”. Cela lui oblige à  respecter un certain nombre de règles juridiques et d’éthiques dans sa pratique et ses relations professionnelles et extraprofessionnelles.

Dans le chapitre des incompatibilités, les textes du barreau stipulent entre autres :

L’exercice de la profession est incompatible avec toutes activités de nature à porter atteinte à l’indépendance, à la dignité de l’avocat, au caractère libéral de la profession et avec tout emploi salarié autre que celui d’avocat salarié ou d’enseignant… Plus loin, les textes prévoient que ‘’les avocats peuvent exercer certaines hautes fonctions de l’Etat, à condition de n’exercer aucun acte de la profession pendant la durée de sa mission : Président de la République, ministre, ambassadeur en mission extraordinaire etc. Les avocats anciens fonctionnaires de l’Etat ou territoriaux ne peuvent plaider contre l’administration à laquelle ils ont appartenu pendant un délai de 5 ans à dater de la cessation de leurs fonctions. La même règle s’applique pour les anciens assistants parlementaires contre un membre du Parlement. Ces interdictions s’appliquent dès que l’avocat intervient personnellement ou par l’intermédiaire d’associé, de collaborateur ou de salarié.

Me Konaté, n’est pas heureusement le 1er Avocat à occuper la fonction de Ministre pour ne pas savoir l’obligation de suspendre toute fonction d’avocat pendant sa fonction de ministre  afin  d’éviter le risque de conflit d’intérêt. Avant lui,  furent ministres de la justice, Me Hamidou Diabaté du Parena, Me Bathily etc., qui ont tous cessé de défendre les dossiers qu’ils défendaient. D’autres Avocat,  tels Me Boubacar Karamoko, Me Gaussou Diarra ….n’ont pas dérogé à la règle et à la dignité. Dans nos précédentes parutions, nous avions alerté au sujet du caractère peu orthodoxe de Me Konaté.

Que Me Konaté envoie à son homologue des finances, la facture pour paiement au nom et pour le compte de son client Komé n’est point une surprise pour ses amis et collaborateurs de la famille judicaire.   Depuis qu’il est ministre de la justice, tous les dossiers de ses  clients et ceux qui le concernent personnellement font l’objet d’instruction spéciale et ferme au près des juges en leurs charges. Aujourd’hui, si l’Etat du Mali décidait de vouloir contester cette décision du tribunal de Paris, c’est au Ministre de la justice qu’il sera demandé de faire étudier les voies et moyens juridiques afin d’obtenir la défense à exécution, révision de cette sentence. Y a t-il lieu de croire qu’il sera de bonne foi à l’égard du Mali ? Non par ce qu’il privilégie son intérêt.  En tant que Ministre, payé par l’argent du contribuable, il n’a pas hésité à trahir son gouvernement,  son Etat et vouloir saigner ses concitoyens au profit de son client qui va lui verser sa part dans un compte bancaire certainement en Europe.

Ce comportement,  des sources nous confirment, qu’il l’avait bien dit à Ras Bath lors de leur entretien le Mardi 09 Août dans son bureau en ces termes : ” j’aime l’argent, n’oublie pas que lorsque tu deviens ministre, tes 1ers  ennemis deviennent  ceux qui ont signé ton décret de nomination à savoir le 1er ministre et le Président’’. Cette conception du rapport humain et professionnel qu’il a, traduit le caractère  de l’homme. Mais tout compte fait, le seul responsable de la présence d’une telle calamité dans le gouvernement, c’est IBK.

Dans un Etat de principe, un tel acte est synonyme de sanction et dans le gouvernement et dans le barreau.

Kèlètigui Danioko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER