Relance du chemin de fer : Les maliens sur le point d’être floués à nouveau

1

Annoncé depuis deux ans, le bout du tunnel est loin d’être visible quant au redémarrage du train. C’est du moins ce que laisse penser la déclaration du ministre chargé des transports. En effet, lors d’une rencontre avec les cheminots, Makan Fily Dabo, a annoncé que « Le train bougera en juillet ou en août 2021 ». Seulement voilà : la reprise tant attendue se fera finalement avec de vieilles locomotives à l’arrêt depuis des années et que le département aurait décidé de retaper en lieu et place de l’acquisition de locomotives neuves. Comme quoi, l’appel d’offres pour l’achat des quatre locomotives n’est plus d’actualité. D’ailleurs, a-t-on appris, les mécanos, techniciens et ingénieurs de la Sopafer ont été mobilisés pour remettre en marche la vieille locomotive CC 2205. Selon nos confidences, la réparation de ces vieux engins aurait coûté aux contribuables maliens plusieurs dizaines de millions nos francs. Une manne à laquelle s’ajoute celle que la Sopafer a utilisée pour repeindre des gares ferroviaires alors que les trains avaient arrêté de siffler depuis des années. Et ce n’est pas tout. Toujours dans la perspective de la relance du chemin de fer, la même l’administration de la Sopafer a utilisé plusieurs millions pour dégager l’axe Bamako-Kayes.

La question est de savoir la durée de longévité de trains en cours de réparation. Les mécanos maliens sont certes une référence dans le domaine de la réparation, mais une vieille locomotive reste une vieille locomotive. Et ces trains sur le point d’être réparés vont difficilement tenir plus de deux années. Comme quoi, le cycle infernal des cheminots est loin de son épilogue

Amidou Keita

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’est pitoyable. On roule dans la farine 20 millions de maliens. Le train est capital dans le processus de développement. Le colonisateur l’avait bien compris. Les chemins de fer réduisent les couts et nous évitent les surcouts liés au contournement par voie routière. En plus du fait que l’entretien routier coute cher.
    La France nous a laissé un bel héritage que nous avons dilapidé à cause de nos égoïsmes, de notre penchant mortifère pour l’enrichissement personnel et illicite.
    Plus que le Sénégal c’est le Mali qui a beaucoup intérêt à rétablir le trafic. Nous sommes un pays enclavé.
    Les pauvres villes et villages le long des rails souffrent à cause de l’incurie de quelques uns qui se plaisent dans le détournement des impôts et taxes payés par ces pauvres citoyens.
    L’on sait que c’est le train qui contribuait à l’épanouissement(leur désenclavement surtout) des villes riveraines du rail. J’imagine aujourd’hui des villages mélancoliques ou il n y a plus d’animation eu égard aux allers et retour du train.
    Un ministre s’est pris en photo auprès d’une locomotive qui n’est jamais arrivée au Mali. Un mensonge à l’endroit du peuple resté impuni. Le ministre se promène et peut être qu’il reviendra nous narguer dans un prochain gouvernement. C’est possible car il est à craindre que l’on soit devenu amnésique dans ce pays ou c’est l’instant qui compte. Le passé est vite oublié.
    Pauvre train. Quand siffleras-tu à nouveau?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here