Editorial : La cherté de vie au Mali

125
marché
Un marché de Bamako

Eh Ala, la vie est dure dĂšh ! Tchié ! Comme la vie est dure, tout est cher au marchĂ©, le peuple fait face Ă  une situation de conjoncture, les politiciens s’en moquent ! Eh Ala, que sonne la trompette et vienne l’heure finale ! C’est ainsi que MozĂ© le dur s’exprimait avant-hier au « grin ». Quant aux « grinden », ils le regardaient en silence. Que pouvaient-ils dire de plus que d’approuver par la tĂȘte les dire de MozĂ©. Chers  lecteurs oui ! Les temps sont vraiment durs : la chertĂ© de la vie ne fait aucun cadeau, les fonctionnaires mal payĂ©s peinent Ă  joindre les deux bouts ; quant aux manƓuvres et aux pratiquants de petits mĂ©tiers, rien Ă  dire : c’est tout simplement dur.

Sur le marchĂ©, la bourse de la mĂ©nagĂšre ne fait que grimper. Chaque  matin elle  revient avec le mĂȘme refrain Ă  la bouche «  FĂšn bĂš gĂšlĂšyara ».  Le loyer ne cesse de grimper, tout s’augmente au marchĂ©.

Les frais de transport des vĂ©hicules en communs profitant de l’augmentation du prix de carburant ont su imposer  un prix Ă©levĂ©  surtout les  SOTRAMA,   oĂč allons-nous ? Masa ! Et si on n’y prend garde il y’aura une autre augmentation et finalement se sont les plus dĂ©munis qui subiront les consĂ©quences.

Malheureusement ce sont  là les tristes réalités dans notre pays.

Il est un devoir  de toucher ce problĂšme en interpellant les autoritĂ©s Ă  prendre vraiment conscience du calvaire de la population. Que deviennent  nos politiciens aprĂšs les vaines promesses, oĂč se cachent les  ministres en charge de  l’industrie et du commerce ?

Oui MozĂ©, « le dur »  n’est pas le seul Ă  vouloir la fin du monde, il a seulement dit haut ce que d’autres pensent bas.

A tous ceux qui pensent comme MozĂ© « le dur » et Ă  MozĂ© lui-mĂȘme, il faut du courage, oui courage encore un peu de patience et c’est la fin car je vois une lueur loin trĂšs loin Ă  l’horizon : c’est la dĂ©livrance.

Amadingué Sagara

PARTAGER

125 COMMENTAIRES

  1. Pour lutter contre la corruption , il faudra etre indĂ©pendant et libre (autonome ) sinon ça sera le serpent qui se mord la queue . Mr Zoumana Sacko ancien premier ministre en est fait les frais . Et pourtant son action avait commencĂ© Ă  porter ses fruits . Au lieu d’attendre 3 Ă  4 mois pour avoir un seul salaire et meme la bourse ( promotions 1982 aprĂšs la suspension ) , avec Zou le 28 du mois les salaires Ă©taient dispo . Mais dans sa lutte contre la corruption lorsqu’il a touchĂ© les barons du rĂ©gime de l’Ă©poque cela ne s’est pas fait attendre . Il a Ă©tĂ© purement et simplement remerciĂ© . Si IBK travaillait pour amĂ©liorer le niveau de vie des Maliens ,nous avons besoin de signaux forts de lutte contre cette corruption ? Mais oĂč sont les vrais actes qu’il a posĂ© depuis sa venue ? Il ne va qu’Ă  meme pas laisser le Sud immobile car il y a des problĂšmes au Nord .Le Mali est composĂ© du Nord, du Sud ,de l’Est et de L’Ouest . Si l’un de ses 4 points est en difficultĂ© , on peut trĂšs bien faire des pourparlers et en meme temps avancer dans ses PROJETS de DEVELOPPEMENT si PROJETS il y a . N’alignons pas des chiffres pour expliquer l’ABSTRAIT c’est trop compliquer Ă  COMPRENDRE . Merci

  2. Les livres saints ont dit que chacun mangera Ă  la sueur de son front.Mais toi tu es assis dans un salon Ă  Ă©crire des articles de merde,c’est sĂ»r que tu vas souffrir.Mais de lĂ  Ă©tendre ta situation Ă  tous les maliens,vous ĂȘtes dans le faux.Le prĂ©sident fait tout son possible pour que ses compatriotes soient Ă  l’aise.Merci Ă  IBK et vive le Mali.

  3. Le gouvernement IBK a fait des progrĂšs Ă  plusieurs niveaux; il a amĂ©liorĂ© sensiblement certains indicateurs. « Le salaire minimum inter professionnel garanti a Ă©tĂ© portĂ© Ă  35 000 F CFA en janvier 2015, a-t-il relevĂ©. Il sera de 40 000 F CFA en janvier 2016. Les traitements indiciaires des fonctionnaires et les salaires de base du personnel de l’Administration relevant du code du travail, du personnel enseignant contractuel de l’Etat et du personnel enseignant contractuel des collectivitĂ©s territoriales sont majorĂ©s de 10%, 3% et 7% respectivement pour compter du 1er janvier 2015, du 1er janvier 2016 et 1er janvier 2017. Le taux des allocations familiales est portĂ© Ă  compter du 1er juillet 2015 Ă  3 500 F CFA par mois et par enfant et 4 000 F CFA par mois et par enfant vivant avec un handicap. »

  4. Vous vous acharnez sur le PrĂ©sident et sa politique.Lui il travaille sans mĂȘme vous Ă©couter.Comprenez donc que ce que vous dites n’est pas du tout important.IBK a un seul souci: le bien ĂȘtre de ses compatriotes.Merci prĂ©sident,ton peuple te soutient. 😛 😛 😛 😛

  5. En termes de crĂ©ation d’emplois dans le secteur formel, 14 116 emplois crĂ©Ă©s du 1er janvier au 31 juillet 2015. Pour les deux ans d’exercices et 71 652 emplois durables ont Ă©tĂ© gĂ©nĂ©rĂ©s par les activitĂ©s Ă©conomiques sur l’étendue du territoire national, soit 36% de la promesse du PrĂ©sident de la RĂ©publique
    Environs 5 000 jeunes ont Ă©tĂ© placĂ©s en stage de formation professionnelle dans les structures publiques et privĂ©es par l’APEJ, en vue du renforcement de leur employabilitĂ©

  6. Le Mali figure parmi les sept pays d’Afrique subsaharienne qui ont atteint les Objectifs du millĂ©naire pour le dĂ©veloppement (OMD), en rĂ©duisant de 50% le nombre de personnes qui souffrent de la famine.

  7. Tout ce que nous pouvons faire c’est de soutenir le prĂ©sident pour ce qu’il fait dans le sens du bien ĂȘtre des maliens.Encore Ă  vous
 😛 😛 😛

  8. L’état malien a retrouvĂ© sa crĂ©dibilitĂ©, au-dedans comme au dehors, « en atteste l’apurement total de la dette intĂ©rieure du pays, depuis le 10 janvier 2015 pour un montant total de 575 milliards de Francs CFA »

    • Husayn heureusement que l ridicule ne tue pas un Ă©tat ne pas Ă©purĂ© sa dette intĂ©rieure elle est permanente

  9. IBK est arrivĂ© au pouvoir ça fait Ă  peine 2 ans, donnez-lui un peu de temps, le Mali Ă©tait KO depuis 20ans, alors, il reste suffisamment de temps pour qu’il rĂ©alise ce qu’il a dit.
    Vive le gouvernement, Vive IBK

  10. Monsieur le journaliste, vous n’ĂȘtes ni juriste, ni administrateur civil pour critiquer le gouvernement en rendant la justice au coupable.
    Vive IBK, vive le gouvernement
    Vive KANKELETIGI
    Vive le Mali uni et fort

  11. On reconnait la capacitĂ© d’un journaliste Ă  travers ses articles et ces idĂ©es qu’il Ă©voque.
    Vous ne dites que des mensonges, alors arrĂȘtez de dire des bĂȘtises sur l’autoritĂ© du pays.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  12. Pauvre journaliste, que voulez-vous que le prĂ©sident IBK fasse exactement, il est venu au pouvoir pour mettre fin Ă  la corruption, au vol des ressources de l’état et il fera tout pour punir les coupables.
    MalgrĂ© les efforts fournis par le chef de l’Etat certains journalistes tentent de nuire Ă  sa gouvernance.
    ArrĂȘtez de publier de tels articles, car ça n’a aucune importance et cela n’apporte rien Ă  la population.

    VIVE LE PRESIDENT IBK
    VIVE LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT
    VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE

  13. Actuellement le Mali est sur le chemin du bonheur, car depuis l’arrivĂ© d’IBK au pouvoir, il a rĂ©ussit Ă  maintenir la paix et la sĂ©curitĂ©.
    Le Mali a tourné la page de 20 ans de corruption de vol, de la tricherie, de violences, de détournement du dernier public.
    LE MALI AVANCE

  14. La population est fier de IBK, car c’est la solution, il est mĂ©dicament de notre maladie, IBK fait la fiertĂ© du Mali. Il mĂšne ce pays dans le droit chemin.
    Tout ce qu’il a dit, il le fera seulement certains journalistes cherchent à salir son nom.

  15. La communautĂ© internationale reste toujours acquise Ă  la cause de IBK et l’aidera Ă  rĂ©aliser ces projets dans le bien-ĂȘtre du Maliba.

  16. On sait maintenant que les mĂ©dias Maliens n’ont rien Ă  dire, c’est le cas de ce fameux journaliste, qui est en train de nous distraire encore.

  17. Le mali connaitra l’essor Ă©conomique tant recherchĂ© pour le bonheur de tous.

  18. « En 2014, l’économie malienne a renouĂ© avec une croissance vigoureuse, enregistrant une augmentation de 7,2% du PNB. Ce chiffre est Ă  comparer aux rĂ©sultats de 2012, annĂ©e oĂč la croissance a Ă©tĂ© nulle en raison de la crise sĂ©curitaire », a dĂ©clarĂ© vendredi Christian Josz, chef d’une dĂ©lĂ©gation du FMI qui s’est rendue Ă  Bamako.
    Au cours d’une confĂ©rence de presse, il a rappelĂ© qu’en 2013 « la croissance n’a pas dĂ©passĂ© 1,7% Ă  cause d’une mauvaise rĂ©colte ». Le pays avait plongĂ© en 2012 dans une trĂšs grave crise marquĂ©e par un coup d’Etat militaire et la prise de contrĂŽle du nord du pays par des groupes islamistes – alliĂ©s Ă  Al-QaĂŻda – jusqu’au dĂ©but 2013.
    Se fĂ©licitant de la confiance retrouvĂ©e entre son pays et le FMI, Mamadou Igor Diarra, le ministre malien de l’Economie, a dĂ©clarĂ© que « le gouvernement malien Ă©tait dĂ©cidĂ© Ă  lutter contre la culture de l’impunitĂ© et Ă  s’atteler Ă  avoir une Ă©conomie performante pour assurer le dĂ©veloppement du Mali ».
    Alors qu’a fais le prĂ©sident
    Alors on constate que l’Ă©conomie malienne accroĂźt et aussi la jeunesse comm)ience Ă  beneficier des emploi alors quel est le problĂšme

  19. « En 2014, l’économie malienne a renouĂ© avec une croissance vigoureuse, enregistrant une augmentation de 7,2% du PNB. Ce chiffre est Ă  comparer aux rĂ©sultats de 2012, annĂ©e oĂč la croissance a Ă©tĂ© nulle en raison de la crise sĂ©curitaire », a dĂ©clarĂ© vendredi Christian Josz, chef d’une dĂ©lĂ©gation du FMI qui s’est rendue Ă  Bamako.
    Au cours d’une confĂ©rence de presse, il a rappelĂ© qu’en 2013 « la croissance n’a pas dĂ©passĂ© 1,7% Ă  cause d’une mauvaise rĂ©colte ». Le pays avait plongĂ© en 2012 dans une trĂšs grave crise marquĂ©e par un coup d’Etat militaire et la prise de contrĂŽle du nord du pays par des groupes islamistes – alliĂ©s Ă  Al-QaĂŻda – jusqu’au dĂ©but 2013.
    InterrogĂ© sur l’achat d’un avion prĂ©sidentiel et d’équipements militaires dans des conditions opaques qui avait provoquĂ© l’ire du FMI, M. Josz a estimĂ© que le Mali avait mis de l’ordre dans ses affaires. « La situation a Ă©tĂ© rĂ©gularisĂ©e, des mesures ont Ă©tĂ© prises « a-t-il affirmĂ©.
    « Le dernier trimestre 2014 a été marqué par des efforts importants pour renforcer la gestion des finances publiques en insistant sur le respect des rÚgles budgétaires et de passations des marchés », a-t-il ajouté.
    Se fĂ©licitant de la confiance retrouvĂ©e entre son pays et le FMI, Mamadou Igor Diarra, le ministre malien de l’Economie, a dĂ©clarĂ© que « le gouvernement malien Ă©tait dĂ©cidĂ© Ă  lutter contre la culture de l’impunitĂ© et Ă  s’atteler Ă  avoir une Ă©conomie performante pour assurer le dĂ©veloppement du Mali ».
    Alors qu’a fais le prĂ©sident

  20. Vous savez chers journalistes le mali regorge en lui d’énormes qualitĂ© politique et un entourage intellectuel et travailleurs. C’est ça le mali .il faut encourager l’état malien dans ces action pour vous mettre en sĂ©curitĂ©. Merci IBK et vive le Mali.
    Vous savez aussi bien que le mali de par se terre importe certains produits des pays voisins.
    Alors IBK a quoi Ă  voir lĂ  dĂ©dans. PrĂ©sident le peuple t’encourage.Travaille

  21. Pour moi l’état malien est Ă  sollicitĂ©. Il faut comprendre et savoir qu’en moins de 2ans IBK n’a jamais cessĂ© de nous surprendre, Ă  savoir les 3milliards d’euros et l’arrivĂ©e des futurs investisseurs.
    IBK est Ă  saluer et Ă  encourager

  22. Par le biais de la corruption que subit notre pays Nous pouvons affirmer que la corruption des mĂ©dias bat son plein dans ce pays. Les diffĂ©rents partis politiques contrĂŽlent les mĂ©dias en vue de solliciter leurs Ɠuvres
    la vie a toujours Ă©tĂ© cher et personne ne s’est plein depuis les prĂ©sidents antecedants

  23. Un pays dĂ©veloppĂ© c’est un pays d’abord non corrompu. Qui travaille sur les rĂšgles du chef de l’état. Si les mĂ©dia maliens ne travaillent pas sous les rĂšgles de la nation. Notre pays cours vers la ruine.

  24. la politique n’est pas faite pour ceux qui ne veulent pas comprendre. Le journalisme du mali court directement Ă  la dĂ©rive. Pour parler d’un Ă©tat en faillite il faut d’abord Ă©valuer les mĂ©dias qui n’informent pas la population des actions posĂ©es par l’état malien.

  25. J’ai confiance en l’état malien. En sa souverainetĂ© et en sa qualitĂ© de gĂ©rer les affaires de l’état.
    De part et d’autre nous pouvons affirmer que le mali est un pays ordonnĂ© depuis la superbe venu de IBK. J’ai confiance en notre prĂ©sident et je croix en lui

  26. Je suis malien et je suis fier voir mĂȘme heureux d’apprĂ©cier avec honnĂȘtetĂ© les bienfaits de IBK. Pendant que d’autre pays souffre de martyre soyons tous fier des compĂ©tences d’IBK. C’est le meilleur.

  27. Avec IBK l’espoir est permis, Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra Ă  notre cher pays de recouvrer la souverainetĂ© perdue dans la rĂ©gion de Kidal.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. MalgrĂ© les difficultĂ©s conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment oĂč IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!

    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays oĂč le climat des affaires est propice, un pays prisĂ© par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le ReprĂ©sentant de la Banque Mondiale pour les opĂ©rations au Mali vient de confirmer que les clignotants Ă  Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets Ă  venir au Mali.

    MĂȘme son de cloche chez le ReprĂ©sentant du FMI au Mali, qui martĂšle haut et fort qu’avec l’avĂšnement d’IBK au pouvoir, «le Mali a dĂ©collé».
    Pourquoi inciter la haine mon cher pacotille de journaliste

  28. Autant de rĂ©formes qui ont apportĂ© une bouffĂ©e d’oxygĂšne Ă  notre Ă©conomie. L’annulation des 45 milliards de F CFA [68,6 millions d’euros] de dette avec la France, le retour de l’aide au dĂ©veloppement, ainsi que la signature de nombreuses conventions de financement portant sur la rĂ©alisation d’un grand nombre de projets illustrent ce retour de confiance de nos partenaires

  29. Le gouvernement malien a entrepris de nombreuses réformes incitatives afin de valoriser son formidable potentiel naturel. Grùce à un code des investissements trÚs attrayant, Bamako entend redorer son image et devenir la plaque tournante des investisseurs.

  30. Le travail du Ministre de l’économie et des finances, son dĂ©vouement, son envie de bien faire, son engagement et sa volontĂ© de voir ce pays se dĂ©velopper font qu’aujourd’hui notre pays a atteint un niveau de croissance record jamais Ă©galĂ©, soit 7,2% de croissance !!!

  31. Le gouvernement IBK a fait des progrĂšs Ă  plusieurs niveaux; il a amĂ©liorĂ© sensiblement certains indicateurs. « Le salaire minimum inter professionnel garanti a Ă©tĂ© portĂ© Ă  35 000 F CFA en janvier 2015, a-t-il relevĂ©. Il sera de 40 000 F CFA en janvier 2016. Les traitements indiciaires des fonctionnaires et les salaires de base du personnel de l’Administration relevant du code du travail, du personnel enseignant contractuel de l’Etat et du personnel enseignant contractuel des collectivitĂ©s territoriales sont majorĂ©s de 10%, 3% et 7% respectivement pour compter du 1er janvier 2015, du 1er janvier 2016 et 1er janvier 2017. Le taux des allocations familiales est portĂ© Ă  compter du 1er juillet 2015 Ă  3 500 F CFA par mois et par enfant et 4 000 F CFA par mois et par enfant vivant avec un handicap. »

  32. En hĂ©ritant d’une Ă©conomie en pleine Ă©pave, il Ă©tait primordial de l’assainir donc sous peu les retombĂ©es se verront sentir sur la population.

  33. La cherté de la vie est un phénomÚne mondial donc ne cherchons pas à soulever des discours de sourds.

  34. Des mesures sont en cours sur le cout des maisons. Les propriétaires des maisons profitent pour augmenter les loyers

  35. Cette chertĂ© nous avons notre part de responsabilitĂ© dans cette histoire. Les commerçants augmentent les denrĂ©es comme ils veulent alors qu’il n’y a plus de barrages sur nos routes

  36. Nous venons d’une crise donc cela n’est pas facile. IBK a mis une Ă©quipe trĂšs compĂ©tence pour la lutte contre la pauvretĂ©

  37. La chertĂ© de la vie ne date pas d’aujourd’hui c’est la loi du commerce celle de l’offre et de la demande.

  38. La cherté de la vie est du à l incapacité et au négligence de nos hommes politiques qui sont prisent en charge par le peuple
    Je suis sur que la plupart de nos deputes ministre pdg dg ne connaissent pas le prix du litre d’essence l’huile ou du sucre
    Il est temps que le peuple demande des comptes Ă  nos l’hommes politique Corrumpu

    • 😆 😆 😆 kopin Sikasso,
      ces ministres, deputes, pdgs etc…hypocrites et cons-escrots ont refue une diminution de leur salaire et de leurs avantages sociaux pour aider a la creation des emplois pour les jeunes.
      Certainement un petit pas de tortue est a ete fait par ladji bourama woloni kabakoh le zonbrin et sa racaille mais combien de jeunes sont assis sur les fesses a ne rien foutre ❓ . Oui cerains sont des selectionneurs de jobs et pensent qu’ils ne sont pas fait pour certains emplois de menages, de nettoyage, de securite etc….Ces jeunes ne mais aucune pitie pour eux et ils peuvent creuses a attendre un job de bureau comme si c’et le travail de bureau qui est signe de bonheur et classe 😆 😆 😆 .
      Sinon la jeunesse souffre de manque de manque d’emplois, a joindre les 2 bouts.
      Le pire c’est la vie facile encourage par les argentiers et barons de l’etat, du gouvernement, des banques, des societes prives a s’amuser avec les jeunes surotut avec les filles a leurs donnant de l’argent facile et stupides et ignorantes comme, tout le monde se laisse aller par ces sommes voles, detournes, de la drogue, des traffics illicites……Pauvre Maliba, c’est la Honte Totale et helas et dommage c’est comme ca le Mali d’aujourdhui.
      Esperons que la jeunesse et surtout les adultes vont reprendre leur place et avoitr la plus grande moralite afin de la societe redore Son Blason. 😉 .

  39. Nous sommes avons de l’espoir avec le prĂ©sident IBK, cet homme apporte des bons rĂ©sultat pour ce qui concerne la partie Ă©conomique du pays. bientĂŽt nous pouvons prendre ce problĂšme comme une petite soucis du PassĂ©.
    Des emploies sont en cours de création,
    Des programmes seront pour combattre la faim, et atteindre la sécurité alimentaire au Mali.
    Avec IBK nous avons juste besoin d’un tout peu de patience car ça vas aller.

  40. Tandis que le pays bat son pleine allure au développement nous pouvions considérer ce moment comme moment de sacrifice.
    Le prĂ©sident IBK saura apporter ce qu’il disait, les conditions de vie connaĂźtront des changements et pour cela nous devons avoir de la patience.

    • Ibk ne connais pas la chertĂ© de la vie il a passer sa vie sur le dos des contribuables maliens

  41. Cette cherté de vie tend bien à sa fin au Mali, nous avons comme président IBK un homme qui pense aux maliens. IBK nous a promis une vie paisible au Mali et des conditions sont prises pour apporter des réponses à ses différentes questions posées pour combattre ce fléau.

  42. On ne peut pas aimer une chose et son contraire, le peuple malien aspire au dĂ©veloppement sans faire de sacrifice. J’invite tous les vrais patriotes, je dis et redire tous les vrais patriotes doivent apporter leurs pierre Ă  l’édifice. IBK est un grand Ă©conomiste, il gĂšre trĂšs bien la situation. Le Ministre de l’économie et des finances Mahamadou Igor Diarra est en train de relever l’économie malienne, raison pour laquelle temporairement nous remarquons que les denrĂ©es de premiĂšre nĂ©cessitĂ© ont augmentĂ©s. La population doit prendre son mal en patience dans peu de temps le gouvernement trouvera une suite favorable Ă  tous.

    • Makanaki le patriotisme ces n est pas les paroles mais des actes Ibk est un apatride

  43. Certes, le gouvernement est le premier concerner, mais en rĂ©alitĂ© le gouvernement pas le fautif. C’est la faute de la sociĂ©tĂ© civile en particulier, les revendeurs. Le gouvernement n’est en Ɠuvre pour que le couts des denrĂ©es soient abordable Ă  la population.

  44. Le mois passĂ© nous avons assistĂ© Ă  la rechute du prix de la viande, seulement pour vous soulignez que le gouvernement n’est pas en reste mĂȘme le gaz butane est subventionner par l’Etat. L’Etat fait de son mieux comme il peut pour qu’au moins les denrĂ©es de premiĂšre nĂ©cessitĂ© soit Ă  la porter de la population. Comme on le dit si bien « Il n’y a pas de fumĂ©e sans feu ». Les autoritĂ©s ont simplement poussĂ©s le bouchon loin pour que l’économie de notre pays puisse se redresser et voler de ses propres ailes.

  45. Dans tous les pays d’Afrique la chertĂ© de la vie est devenue presqu’un quotidien. Notre pays traverse l’une des crises les plus pĂ©nible de son existence. Les marchandes, transporteurs, opĂ©rateurs Ă©conomiques et commerçants grossisses comme dĂ©taillants de mauvaise foi profite de la situation.

  46. Moi ce dont je ne comprends pas dans mon quartier, les commerçants dĂ©taillants ont pas tous la mĂȘme quantitĂ© malgrĂ© que les prix sont les mĂȘme. Surtout concernant les denrĂ©es de premiĂšre nĂ©cessitĂ©. J’ai fait ma petite enquĂȘte et j’ai remarquĂ© que c’est toujours la faute des fournisseurs mais trĂšs souvent des revendeurs aussi. Tout le monde Ă  sa part de responsabilitĂ© dans cette affaire de la hausse des denrĂ©es de premiĂšre nĂ©cessitĂ©.

  47. Dans peut nous pouvions dire adieu à la cherté de la vie au Mali, le président et le gouvernement travaillent jours et nuits pour voir comment donner une vie convenable à cette population du Mali.

  48. Je pense que la chertĂ© de la vie sous le rĂ©gime d’IBK est le plus dĂ» Ă  la crise dont traverse le pays. Le pays traverse une crise existentielle et multidimensionnelle. Certes, les temps sont durs mais la population doit prendre son mal en patience.

  49. Tu as raison comme le dit l’adage bamanan « La dĂ©pouille de la chĂšvre est sans propriĂ©taire et l’hyĂšne se dĂ©cide toujours propriĂ©taire ». C’est dans ce genre de situation que la population devient elle-mĂȘme son pire ennemie.

  50. Certes, le gouvernement Ă  sa part de responsabilitĂ© dans cette affaire mais, les commerçants aussi. Les commerçants doivent ĂȘtre de bonne foi et tarifiĂ© raisonnablement leurs marchandise.

  51. Vue la crise multidimensionnelle dont traverse le pays les commerçants et les fournisseurs doivent faire preuve de patriotisme et de bonne foi. Les fournisseurs, les commerçants grossis et détaillants profitent toujours de la situation pour rehausser le prix des denrées de premiÚre nécessité. Le pays appartient à tous et tout le monde doit donner le meilleur de soit pour sa bonne cause.

  52. Je pense que le gouvernement fait de son mieux, pour la régularisation de cette situation. Le gouvernement ne reste pas indifférent vis-à-vis de la situation mais, la crise dont traverse le pays est connu de tous.

  53. Oui la vie reste dure lorsque que le riche n’as pas de pitiĂ© sur le pauvre, La vie reste dure quand le pauvre rĂȘve toujours de rĂ©ussir cette vie dans la faciliter, elle reste dure lorsque nous continuons d’attendre l’aide des autres au lieu de faire de nous-mĂȘme.

  54. Peut-ĂȘtre que la vie est chĂšre maintenant, mais je suis sĂ»r que ça va aller avec IBK !!! MĂȘme son de cloche chez le ReprĂ©sentant du FMI au Mali, qui martĂšle haut et fort qu’avec l’avĂšnement d’IBK au pouvoir, «le Mali a dĂ©collé». Donc on a vraiment pas Ă  s’inquiĂ©ter !!!

  55. Merci IBK! Merci pour votre utilité à votre peuple, merci pour les routes, les logements sociaux, le désenclavement intérieur du pays, les centres de santé, les instituts et centres de formation. Merci pour votre respect envers le peuple. Merci pour tout et, surtout, beaucoup de courage.

  56. Oui, l’espoir est permis, parce que la lutte contre la corruption, qui anĂ©antit tous les efforts du gouvernement, est bel et bien engagĂ©e. La volontĂ© politique et la dĂ©termination du chef de l’État Ă  combattre ce flĂ©au ne font l’ombre d’aucun doute. Tous les dossiers Ă  son niveau ont Ă©tĂ© transmis Ă  la justice. Il revient donc Ă  celle-ci de jouer pleinement sa partition.

  57. Oui, l’espoir est permis, parce que notre armĂ©e nationale, auparavant dans un dĂ©nuement total, est en train d’ĂȘtre Ă©quipĂ©e, doucement mais sĂ»rement. Avec la Loi de programmation militaire, soit 1500 milliards de nos francs sur 5 ans. Ses primes et autres avantages ont Ă©galement connu une hausse sensible.

  58. Oui, l’espoir est permis, parce que l’école se stabilise d’annĂ©e en annĂ©e. L’enseignement supĂ©rieur se modernise, les examens se crĂ©dibilisent davantage, les bourses sont distribuĂ©es dans la plus grande transparence, performance jamais Ă©galĂ©e au Mali.

  59. Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intĂ©rieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

  60. Oui, l’espoir est permis, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscuritĂ©, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de dĂ©veloppement, de sĂ©curitĂ© et de joie de vivre dans une agglomĂ©ration.

  61. Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays oĂč le climat des affaires est propice, un pays prisĂ© par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le ReprĂ©sentant de la Banque Mondiale pour les opĂ©rations au Mali vient de confirmer que les clignotants Ă  Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets Ă  venir au Mali.

  62. Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. MalgrĂ© les difficultĂ©s conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment oĂč IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!

  63. Elu Ă  77% par le peuple malien en 2013, le PrĂ©sident IBK a fĂȘtĂ© les premiers deux ans de son accession au pouvoir le vendredi 4 septembre dernier, dans un climat de confiance et d’espoir de toute une Nation.
    Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra Ă  notre cher pays de recouvrer la souverainetĂ© perdue dans la rĂ©gion de Kidal.

  64. Monsieur le journaliste, en toute franchise, j’ai Ă©tĂ© déçu par votre article du jour. Je m’attendais pas Ă  une telle analyse de votre part. Dites-moi en toute sincĂ©ritĂ© si la vie est toujours chĂšre, malgrĂ© les efforts dĂ©ployĂ©s par les autoritĂ©s en places depuis fin 2013? 😛 🙁 😀 😀 😀

  65. Vous ĂȘtes un sale Ă©goĂŻste, cher journaliste. Aujourd’hui, les maliens peuvent dire Dieu. GrĂące Ă  l’avĂšnement d’Ibrahim Boubacar, les maux des maliens ont tendance Ă  disparaĂźtre pour de bon. LA vie n’est plus chĂšre comme elle l’était avant l’arrivĂ©e d’IBK. 😛 😛 💡 💡 💡

  66. Il y a des services qui doivent s’occuper de certaines choses. Le prĂ©sident Ă  plein de choses Ă  faire qu’il ne peut tout seul s’occuper de tout. Raison pour laquelle aussi les tĂąche dans une rĂ©publique sont partagĂ©s entre diffĂ©rentes structures. 👿 👿 👿

  67. C’est vous qui avez Ă©lu ce prĂ©sident, mĂȘme si c’est dur on est obligĂ© de supporter d’ici 2018 .

  68. La chertĂ© de la vie n’est pas du tout une fin. Comme on a l’habitude de le dire, çaa fini touours bien. Donc si ça va pas c’est que ce n’est pas la fin.

  69. Quand est-ce que les maliens comprendront que le prĂ©sident de la rĂ©publique ne doit et ne peut pas ĂȘtre tenu responsable de tous les maux du pays. Les frais de transports relĂšvent d’une structure qui a une tutelle. Pourquoi ne pas s’en prendre au ministre des transports? 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  70. MĂȘme si le gouvernement malien passe tout son temps sur ces problĂšmes tant que les maliens eux-mĂȘmes ne prennent pas conscience, ces cris resterons vaines. Le changement commence par nous les maliens d’abord. Il faut que la base change en premier lieu, ensuite les dirigeants feront autant.

  71. Le problĂšme du Mali n’est pas nos dirigeants, mais les citoyens. En Ăąme et en conscience nous savons tous que le gouvernement n’est pas garant des produits importĂ© au sein de notre cher pays. Pourquoi s’obstiner Ă  l’indexĂ© pour la hausse des prix des denrĂ©es alimentaires ?

  72. Si les prix des denrĂ©es alimentaires connaissent une hausse dĂ©mesurĂ©s, cela n’est nullement la faute du gouvernement. DĂ©solĂ©, nos dirigeants seuls ne peuvent pas construire ce pays, Ă  nous aussi de contribuer. Le Mali nous appartient tous, je rappelle que ce rĂ©gime est lĂ  juste pour un bout de temps. La chertĂ© de la vie est dĂ» aux fournisseurs et aux producteurs des produits, c’est Ă  eux de revoir leur dĂ©cret.

  73. C’est aussi facile que cela de dire que la vie est chĂšre au Mali. Notre pays vient de traverser une crise. C’est le fondement de la chertĂ© de la vie. 😆 😆 😆 😈 😈

  74. Assumons nos responsabilitĂ©s et laissons le gouvernement en dehors de ces dĂ©tails. Le malien est le seul garant de ce qu’il lui arrive. La hausse des prix de premiĂšre nĂ©cessitĂ© ne repose pas sur la volontĂ© du gouvernement malien. Qu’on se dit la vĂ©ritĂ© ce n’est IBK ou ses ministres qui produisent ou importent les produits. C’est plutĂŽt les citoyens eux-mĂȘmes. Donc nos prĂ©jugĂ©s envers nos gouvernants sont injustes et insensĂ©s, du moment oĂč nous savons tous la vĂ©ritĂ©.

  75. Je me demande ce que les attendaient et attendent toujours d’IBK. AprĂšs avoir Ă©tĂ© Ă©lu Ă  la Magistrature SuprĂȘme de notre pays en pĂ©riode exceptionnelle, la rĂ©bellion qui n’Ă©pargne rien. Les compatriotes malintentionnĂ©s disent encore que la vie est devenue chĂšre sous le rĂ©gime d’IBK. Aucun malien n’est censĂ© ignorĂ© cette chertĂ© depuis le rĂ©gime d’Alpha Oumar KonarĂ©. Mais je ne suis pas surpris d’attendre cela de la bouche d’un journaliste. Car nos journalistes sont tous des corrompus et des dĂ©tracteurs payĂ©s par les opposants, tels que SoumaĂŻla CissĂ© et TiĂ©bilĂ© DramĂ©. 😛 😛 💡 💡

  76. L’augmentation des prix des denrĂ©es ne dĂ©pend pas des autoritĂ©s. Force est de reconnaitre que chacun de nous veut se procurer de l’argent vite fait. A ce que je sache, cela n’est pas la solution propice. Par contre au Mali le taux de pauvretĂ© est plus Ă©levĂ© que celui de la richesse. Donc, c’est Ă  la population elle-mĂȘme de rĂ©duire les prix des produits et non le gouvernement. Ce n’est pas le gouvernement qui doit apporter le surpoids Ă  ce niveau.

  77. Ibrahim Boubacar KeĂŻta a donnĂ© l’impression aux maliens de faire mieux que ses successeurs Ă  travers ses actes patriotiques. Il s’agit de la signature d’un compromis de paix, de la loi de programmation militaire, de l’institution du poste de chef de file de l’opposition politiques, des 15552 logements sociaux de N’Tbacoro, des 16000 emplois crĂ©Ă©s, de la premiĂšre place qu’a occupĂ©e notre aĂ©roport dans l’Afrique de l’Ouest, des commandes des aĂ©ronefs, j’en passe. Cela pendant deux ans de crise multidimensionnelle. Il faut ĂȘtre un ingrat pour ne pas valider le bilan des 2 ans de gouvernance d’IBK. 👿 👿 👿 👿

  78. La chertĂ© de la vie n’est pas une chose d’extraordinaire dans un pays qui traverse la crise. Au moins Ibrahim Boubacar a pris le pouvoir en faveur de cette crise, contrairement Ă  ses prĂ©dĂ©cesseurs. Les gestions de ces derniers ont Ă©tĂ© toutes frappĂ©es par les maux que vous dites ici, M. le journaliste. Et pourtant eux ils sont venus en temps normal. Je peux mĂȘme dire qu’IBK a hĂ©ritĂ© de ces mauvaises gestions des affaires publiques qui ont donnĂ© naissance Ă  la crise d’aujourd’hui. 😛 😛 😛 😆 😆

  79. La chertĂ© de la vie dans notre pays a Ă©tĂ© le quotidien des maliens depuis la gouvernance d’Alpha Oumar KonarĂ© en passant par celle d’Amadou Toumani TourĂ©, le mĂ©diocre des chefs d’Etat mĂ©diocres de cette planĂšte. Je me souviens lors d’un de ses discours, ATT disait aux maliens que chacun est entre les mains des bienfaits et des bĂ©nĂ©dictions de sa chĂšre mĂšre (en Bamabar: BĂš bi Ba bolo). Ce n’est pas aujourd’hui que le malien est confrontĂ© Ă  ces maux, il s’agit de la chertĂ© de la vie et du calvaire au quotidien de la mĂ©nagĂšre. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  80. Cher journaliste, le problĂšme n’est pas le PrĂ©sident, mais la mauvaise volontĂ© de la population malienne pour le bon dĂ©veloppement du Mali. Il faut que la population malienne comprenne que la montĂ© des prix ne dĂ©pend pas de l’Etat. Les autoritĂ©s font de leur mieux pour remĂ©dier Ă  ce problĂšme. La preuve en est que, le prix de la viande Ă  baisser suite Ă  un accord entre le gouvernement et le syndicat des bouchers. Il faut les fournisseurs et les revendeurs comprennent aussi que, sans leur participation, l’Etat ne peut pas faire un miracle. L’Etat fait dĂ©jĂ  de son mieux. Il faut que la population elle-mĂȘme comprenne que l’Etat n’a pas un grand rĂŽle Ă  jouer dans cette situation.

  81. A bas les journalistes collecteur des rumeurs
    A bas les journalistes affamés
    A bas les journalistes politiciens
    A bas les journalistes alimentaires
    A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!! A BAS !!!

  82. Ne soyez pas ingrat, reconnaissez les bonnes actions posĂ©es par le chef de l’Etat. C’est Ă©vident que tout ne peut pas entre rĂ©solue en un clin d’Ɠil. Mais autant de comprendre que le Mali avance lentement mais surement.

  83. Vive un Mali Ă©mergent
    Vive un Mali uni et prospĂšre
    Vive le Mali un et indivisible

  84. Deux ans n’est pas deux mois encore moins deux jours, au lieu de vous en prendre Ă  ceux qui ont passĂ© dix Ă  la tĂȘte du sommet sans pourtant rĂ©alisĂ© la moindre inquiĂ©tude des maliens. Vous prĂ©fĂ©rez passer tout votre temps Ă  critiquer celui-lĂ  mĂȘme, qui essaie Ă  tout prix de sauver le Mali.

  85. Si vous estimez que nos gouvernants ne font rien, alors que direz-vous de ce bilan de deux ans du prĂ©sident IBK. Comment qualifierez-vous la prĂ©vision 36% des 200 000 emplois promis par IBK pour ce quinquennat. Le Mali s’acquitte ses dettes intĂ©rieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois. MalgrĂ© les difficultĂ©s conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment oĂč IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra Ă  notre cher pays de recouvrer la souverainetĂ© perdue dans la rĂ©gion de Kidal. MĂȘme son de cloche chez le ReprĂ©sentant du FMI au Mali, qui martĂšle haut et fort qu’avec l’avĂšnement d’IBK au pouvoir, «le Mali a dĂ©collé».
    Des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscuritĂ©, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de dĂ©veloppement, de sĂ©curitĂ© et de joie de vivre dans une agglomĂ©ration. L’enseignement supĂ©rieur se modernise, les examens se crĂ©dibilisent davantage, les bourses sont distribuĂ©es dans la plus grande transparence, performance jamais Ă©galĂ©e au Mali. armĂ©e nationale, auparavant dans un dĂ©nuement total, est en train d’ĂȘtre Ă©quipĂ©e, doucement mais sĂ»rement.
    Avec la Loi de programmation militaire, soit 1500 milliards de nos francs sur 5 ans. Ses primes et autres avantages ont Ă©galement connu une hausse sensible. La lutte contre la corruption, qui anĂ©antit tous les efforts du gouvernement, est bel et bien engagĂ©e. La volontĂ© politique et la dĂ©termination du chef de l’Etat Ă  combattre ce flĂ©au ne font l’ombre d’aucun doute. Tous les dossiers Ă  son niveau ont Ă©tĂ© transmis Ă  la justice.
    Franchement dit, il n’y a plus rien à dire. Qui dit mieux !!!!

  86. Comme on le dit l’homme est le boulanger de sa vie, donc il ne faut pas qu’on mette tout au dos du gouvernement. Nos dirigeants font vraiment beaucoup pour nous et nous devons leurs aider pour leurs faciliter la tĂąche.

  87. La population n’est pas victime pour rien de ces calvaires. Qui sont les commerçants, les ouvriers, les cultivateurs, les chauffeurs? Bon la chertĂ© de la vie du pays vient de ces classes de personne, donc nous sommes Ă  la base de tout.

  88. Nous devons Ă©viter les dĂ©penses inutiles et chacun d’entre nous se sent coupable de ces calvaires pour qu’ensemble nous mettons fin Ă  la chertĂ© de la vie dans ce pays.

  89. Prenons le cas du prix de transport des SOTRAMA, il avait eu une hausse des prix des carburants raison pour laquelle les transports avaient augmentĂ©s et maintenant le prix de litre du carburant est moins cher pourquoi les syndicats des SOTRAMA acceptent toujours que la population paye le mĂȘme prix de transport? Nous sommes les premiers coupables de notre difficultĂ©.

  90. Ce qui nous fatigue beaucoup aussi, nous devons nous poser la question “qu’est ce que j’ai pu faire pour mon pays au lieu de qu’est que ce dernier m’a offert?” Chacun d’entre nous a une part de responsabilitĂ© dans la situation ou gestion du pays.

  91. Pour se rendre la vie facile, il faut savoir faire la politique de ses moyens et Ă©viter les dĂ©penses inutiles. Sauvons nous mĂȘme au lieu de tout mettre Ă  l’Etat.

  92. Il est temps que la population aussi joue son rĂŽle dans la gestion du pays. Il y’a des commerçants qui vendent des produits Ă  un prix Ă©levĂ© au delĂ  du prix fixĂ© par le gouvernement ce qui rend encore la vie trĂšs difficile.

  93. Le Mali est un pays qui sort de la crise, la chertĂ© de la vie au Mali c’est normale et nous devons tous soutenir nos dirigeants pour vite sauver le pays.

  94. Tout n’est pas la faute au gouvernement, ni au prĂ©sident de la rĂ©publique. Les autoritĂ©s font tout pour que la population vive dans le confort mais le problĂšme vient de cette mĂȘme population qui n’a pas pitiĂ© d’elle mĂȘme.

  95. La chertĂ© de la vie est un problĂšme de nous tous et cela dĂ©pend de nous tous aussi. Il faut qu’on se place tous au cƓur des calvaires et des maux de la sociĂ©tĂ©. .

  96. @AmadinguĂ© Sagara.Comment la vie peut ĂȘtre autrement que dure dans un pays oĂč l’enseignement n’est plus gratuit depuis la chute de GMT?Combien d’entre vous n’avez pas de portable de derniĂšre gĂ©nĂ©ration?Combien d’entre vous au Mali ne sont pas connectĂ©s sur le net 24H/24?Je ne parle pas de forfaits Orange ou Malitel, mĂȘme les Ă©tudiants les ont alorsque beaucoup n’ont pas la nĂ©cessite!Vous roulez presque tous en 4X4 alorsque le carburant coĂ»te cher.En un mot (comme le dirait DAK) vous vivez au dessus de vos moyens et cela ne ferait qu’aggraver la chertĂ© de la vie.ConsĂ©quences: les gens se mettent Ă  piller dans le caisses de l’Etat…. 😉

Comments are closed.