Entre nous : Des excuses en toute humilité

1
Ils voulaient sa tĂŞte, Modibo Keita a eu leur peau !
Modibo Keita, premier ministre du Mali

« Mon intervention n’a pas pour but de me justifier, puisque l’attitude peu soucieuse de certains cadres, nous a conduits Ă  cette extrĂ©mitĂ©… Je sais que le peuple du Mali est très fier, très pointilleux sur son honneur et sa dignitĂ©. Tout ce qui peut Ă©corner cette image de marque doit nous interpeller et le Gouvernement est effectivement interpellé…. Permettez-moi de vous prĂ©senter les excuses du Gouvernement Ă  ce peuple si fier et si jaloux de son honneur. Qu’est-ce qui est arrivĂ© ? Le Gouvernement du Mali a toujours tenu ses engagements par rapport aux organisations internationales. Et il s’est fait un devoir de payer dans les dĂ©lais requis les cotisations dues Ă  l’Organisation des Nations-Unies. En la circonstance, les recherches que j’ai pu effectuer après avoir reçu cette information me permettent de vous dire que le 3 juin 2015, Ă  la demande du Ministère des Affaires Etrangères, le TrĂ©sor public du Mali, par l’intermĂ©diaire de la BCEAO, a Ă©mis des ordres de transfert tĂ©lĂ©graphique, pour s’acquitter de ses cotisations par rapport Ă  ses engagements envers les Nations-Unies, d’un montant d’à peu près 200 millions. Mais lĂ  oĂą les choses vĂ©ritablement nous prĂ©occupent, c’est que le numĂ©ro de compte qui a Ă©tĂ© communiquĂ© par les Affaires Etrangères n’était pas le bon. Et la BCEAO qui Ă©tait chargĂ©e de ce transfert a donc dĂ» retourner au TrĂ©sor du Mali les sommes qui devraient ĂŞtre transfĂ©rĂ©es. Les fonctionnaires qui ont reçu ce retour lĂ , auraient dĂ» s’inquiĂ©ter, se poser la question du pourquoi. Mais non, ça na pas Ă©tĂ© le cas, comme si de rien n’était. Notre diplomatie qui aurait dĂ» ĂŞtre très pointillĂ©e sur cette question n’a pas donc vĂ©rifiĂ©.

Ce n’est pas une excuse du tout. Ce qui est arrivé est injustifiable pour un Gouvernement, mais je l’assume. En l’assumant, je voudrais donner l’assurance au peuple du Mali que toutes les dispositions ont été prises pour que dans les plus brefs délais la situation soit régularisée. C’est pénible pour un pays que je connais. Il est vrai que nous devons en tirer tous les enseignements, toutes les conséquences et prendre toutes les mesures appropriées pour qu’un tel laxisme ne porte pas un ombrage… à l’image de notre pays ».

Voilà de larges extraits de l’intervention télévisée du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Modibo KEÏTA sur la suspension du droit de vote du Mali à l’Organisation des Nations-Unies (ONU) pour non paiement de sa cotisation. Cette sortie, a clarifié Modibo KEÏTA, ne visait nullement à justifier l’injustifiable. Il est incontestable que cette affaire porte atteinte à l’image, l’honorabilité, voire la respectabilité de notre Maliba.

Au laxisme évoqué par le Chef du Gouvernement, il faut ajouter l’insouciance des cadres qui, par leur comportement, viennent encore de jeter en pâture ce pays qui leur a tout donné. Modibo KEITA assume la faute en sa qualité de chef de l’équipe. En toute humilité, il présente ses sincères excuses au peuple malien. Une faute reconnue est à moitié pardonnée, dit-on. L’une des rares fois qu’un Chef du gouvernement s’adresse au peuple en des termes pareils. Cette démarche dénote de la plus haute personnalité du troisième Chef du Gouvernement du Président IBK.

Comme l’a dit le locataire de la Primature, les auteurs d’une telle humiliation qui vient de frapper notre peuple dans son ensemble, méritent une sanction à hauteur de leur forfaiture. Il faudra veiller à ce que les innocents ne paient pas à la place des vrais coupables. Il est de la responsabilité du Premier ministre de veiller à ce que l’enquête soit impartiale et que tous les cadres mis en cause aient la possibilité de se défendre. Il faut enquêter à charge et à décharge. Les inspections des finances et des affaires diplomatiques et consulaires peuvent faire la lumière sur cette affaire.

 Chiaka Doumbia

PARTAGER

1 commentaire

  1. Quel sens d’humilitĂ© de la part du chef du gouvernement qui s’assume entièrement sa faute contrairement Ă  son Chef qui jete toujours la faute aux autres de Kolodieba en passant par Bla jusqu’au Koulouba.

Comments are closed.