Mme Dédeou Ousmane, ministre de l’Education nationale : « Engageons-nous pour une gestion de notre école résolument axée sur les résultats »

0

Ce lundi, 1er novembre 2021, les élèves maliens reprennent le chemin de l’école. Pour l’occasion, le ministre de l’Education nationale, Mme Dédeou Ousmane, a animé un point de presse dans son département. C’était le vendredi, 29 octobre 2021.

Placée sous le signe de la lutte contre les changements climatiques, à en croire madame la ministre, l’année scolaire 2021-2022,  va se traduire dans les écoles par la relance de la plantation d’arbres selon le slogan « Un élève, un arbre » ; l’assainissement et l’embellissement de l’espace scolaire et de l’environnement de travail, etc.

Dans sa déclaration, Madame la ministre a d’abord loué les efforts de tous, car les résultats obtenus aux différents examens ont été satisfaisants. « Grâce aux efforts de tous, en particulier les enseignants, l’année scolaire 2020/2021, contrairement aux années précédentes, a été une année quasi-normale. Cette année scolaire n’a presque pas connu de perturbations et les élèves ont été exposés longuement aux enseignements/apprentissages. Tous les examens nationaux se sont déroulés dans les conditions conformes aux standards internationaux requis en la matière.», a-t-elle déclaré.   68,67% au DEF ; 39,23% au Baccalauréat général ; 33,35% au Baccalauréat technique ; 41,02% au CAP ; 27,27% (BT1) ; 77,68% au (BT2) ; et 99,64% aux examens des (IFM), ces résultats indiquent une meilleure performance des élèves aux examens de cette année en comparaison avec celle de l’année scolaire 2019/2020.  Cependant, ils ne doivent pas occulter les nombreux défis et difficultés qui doivent être relevés pour améliorer la qualité de l’éducation et de la gestion de notre système éducatif. Ainsi, elle a invité chaque acteur à tous les niveaux, à développer des stratégies pour contribuer à relever ces défis.

Par  ailleurs, elle demeure convaincue que sans enseignants, il n’y pas d’école, il n’y a pas de ressources humaines qualifiées, donc pas de développement tout court ! Ainsi, a-t-elle lancé un vibrant appel aux enseignants. « C’est le lieu, pour moi, de lancer un vibrant appel à tous les enseignants et enseignantes pour un sursaut patriotique et un sens élevé de responsabilité en vue d’une reprise en main de l’école malienne ! » Aux représentants des Collectivités territoriales,  elle a souligné leur rôle, combien important, dans la gestion de l’école, avant de  souhaiter  l’implication de tous. Mme la ministre n’a pas manqué de rappeler aux élèves, non moins ses enfants, de respecter scrupuleusement les mesures barrières de la Covid-19.« Enfin, les défis qui nous attendent sont nombreux. Mais c’est ce qui rend notre mission commune exaltante. Engageons-nous pour une gestion de notre école résolument axée sur les résultats ! Désormais, posons-nous constamment la question suivante : que faire et comment faire pour avoir de bons résultats et de tendre vers l’excellence ? », a-t-elle conclu.

Moussa DIARRA

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here